Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

L’intelligence artificielle pour mieux diagnostiquer les cancers d’origine inconnue

{{ config.mag.article.published }} 22 novembre 2021

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

L’institut Curie développe un nouvel outil informatique pour identifier le point de départ des cancers métastatiques. Une donnée déterminante pour le choix d’un traitement efficace.

{{ config.mag.article.warning }}

Pour soigner efficacement un cancer métastatique, il faut connaître son origine : savoir dans quel organe la première tumeur est apparue. Dans 2 à 3 % des cas, cela s’avère impossible avec les examens actuels. « Les résultats de la biopsie indiquent souvent qu’il s’agit d’un cancer peu différencié, c’est-à-dire que la tumeur ne ressemble à rien de ce que l’on connait », explique le Dr Sarah Watson, oncologue médicale à l’institut Curie.

Chaque année, 7 000 patients se retrouvent dans cette situation en France. « Leur survie est de 10 à 12 mois en moyenne car ces cancers sont particulièrement agressifs et de mauvais diagnostic» précise l’oncologue. Face à ces cancers d’origine inconnue, les médecins n’ont souvent qu’une solution : recourir à une chimiothérapie “à large spectre”, non spécifique et donc moins efficace qu’un traitement adapté.

Tenter une nouvelle technique

C’est le traitement que Valentin* aurait dû recevoir. En septembre 2019, ce jeune homme arrive à l’institut Curie dans un état critique, avec une lésion importante au bassin et des métastases aux os. « C’était un jeune de 30 ans, il fallait qu’on fasse le maximum » se rappelle le Dr Watson. Les médecins suspectent un sarcome, mais le résultat de la biopsie ne permet pas de le confirmer. La chercheuse a alors l’idée de recourir au séquençage ARN (RNAseq), qu’elle utilise depuis 2015 pour identifier les sarcomes, des cancers difficiles à caractériser.

Cette technique de biologie moléculaire permet de déterminer le profil d’expression des tumeurs. « Les gènes exprimés dans une cellule dépendent du tissu ou de l’organe dans lequel elle se trouve », explique le Dr Watson. Ainsi, une cellule du foie n’exprimera pas les mêmes gènes qu’une cellule de poumon. « Grâce à la spécificité de ce profil d’expression, on est donc capable de déterminer l’origine d’une cellule ». Et a fortiori, d’une tumeur.

Un cerveau informatique

L’idée du Dr Watson est simple : comparer le profil d’expression de ces tumeurs inconnues avec ceux de tumeurs dont on connaît l’origine. Simple. En théorie. Car, lorsque la chercheuse se lance dans ce projet, il n’existe pas de “bibliothèque” regroupant ces données. Le Dr Watson et son équipe s’attèlent alors à un travail de fourmi : fouiller dans les bases scientifiques et répertorier les profils d’expression de 20 000 gènes dans près de 20 000 échantillons de tumeurs et de tissus sains.

Le volume d’information est colossal. Trop pour être analysé par un cerveau humain. L’équipe fait donc appel à l’intelligence artificielle, et crée un outil de “deep learning” [“apprentissage profond” en français, NDLR] qu’elle entraîne à associer un profil d’expression à un organe.

Des résultats inattendus

L’équipe teste l’outil sur 48 patients atteints de cancers d’origine inconnue. Les résultats sont au-delà de leurs espérances : TransCUPtomics(1) – de son petit nom –  identifie l’organe d’origine du cancer dans 80% des cas. Mieux encore, parmi 11 patients récemment diagnostiqués, les résultats permettent d’orienter le choix du traitement de 8 d’entre eux et de contrôler le développement de leur tumeur.

Cela a été le cas pour Valentin. « La veille du jour où on devait lui administrer une chimiothérapie à large spectre, l’outil a montré que son cancer avait pris naissance dans son rein. C’était une information majeure car ces cancers sont très résistants à la chimio. On a donc décidé de l’inclure dans un essai clinique avec de l’immunothérapie et des thérapies ciblées. Aujourd’hui, il est en réponse complète ».

Normaliser la pratique

Grâce à ces résultats convaincants, TransCUPtomics est maintenant utilisé en routine à l’institut Curie. Une première pour un outil d’intelligence artificielle. Le Dr Sarah Watson espère bien le déployer sur toute la France :  « La prochaine étape est d’intégrer notre outil à une RCP nationale(2) des cancers d’origine inconnue pour que les patients extérieurs à l’institut Curie puissent en bénéficier. Le séquençage va devenir un outil majeur pour le diagnostic et le traitement des cancers. D’ici 2025, on en fera en routine partout ».

Paul Thorineau et Emilie Groyer

*Son prénom a été modifié par la rédaction

1. En référence à la transcriptomique, la technique d’analyse de l’ARN, et les “cancer of unknown primary” (CUP), les cancers d’origine inconnue en français
2.
La Réunion de concertation pluridisciplinaire nationale des cancers de primitif inconnu (RCP nationale CUP) a pour objectif la prise en charge de patients atteints d’un cancer métastatique d’emblée dont l’origine primitive n’a pu être déterminée. Elle réunit une fois par mois un groupe d’experts chargés de donner leur avis sur la meilleure option thérapeutique pour le patient.


{{ config.mag.team }}

Paul Thorineau

Journaliste

21:44

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Nké : « Je découvre qu’on peut être atteint d’un cancer du poumon sans avoir jamais fumé »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu.  Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Nké. En novembre 2020, Nké a été diagnostiquée d'un cancer du poumon. Un choc. Elle n’a jamais fumé.  Pourquoi elle ? Devenu rapidement métastatique, son cancer s’est finalement révélé être d’une forme rare. Admise dans un essai clinique en avril 2022, cette maman solo de 49 ans en a été exclu 7 mois plus tard.  À ce jour, aucun traitement spécifique n’existe pour elle.

25 mars 2024

51:36

Conférence {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire médical – Les cancers du sein triple négatifs

Le cancer du sein triple négatif est un sous-type de cancer du sein particulièrement agressif qui touche souvent les femmes jeunes. Pourquoi ? Qu'est-ce qui le distingue des autres cancers du sein ? Est-il plus à risque de devenir métastatique ? Comment le soigne-t-on actuellement ? Où en est la recherche ? Le Dr Olivier Tredan, coordonnateur du département de cancérologie médicale du Centre Léon Bérard, accompagné de Claude Coutier, présidente du Collectif Triplettes Roses et Christelle, une Triplette, répondent à toutes vos questions.

14 mars 2024

63:00

Recherche et essais cliniques {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire médical – La biopsie liquide

Et si l'on pouvait diagnostiquer un cancer, détecter une récidive ou une résistance à un traitement par une simple prise de sang ? C'est la promesse de la biopsie liquide. Le Pr Catherine Alix Panabières, directrice du laboratoire des Cellules Circulantes Rares Humaines du CHU de Montpellier et co-inventrice de ce mot, vous explique comment fonctionne cette technique et comment elle pourrait très bientôt révolutionner la lutte contre le cancer.

8 décembre 2023

01:55

Cancers métastatiquesActualité

ESMO 2023. Cancer de l’endomètre : ce qu’il faut retenir

Le Dr Manuel Rodrigues, oncologue et chercheur à l’Institut Curie, décrypte pour nous les derniers résultats présentés au congrès européen de cancérologie de l'ESMO.

3 novembre 2023

{{ config.event.all }}

Paris

Cancers métastatiquesAtelier

Mon nouveau parcours – Atelier cuisine spécial cancer métastatique

10 juin 2024 • 11h30 - 13h30

Atelier plaisir pour apprendre à constituer un repas équilibré et adapté aux effets secondaires des traitements. Cet atelier se fait en petit groupe de 8 personnes et vous pourrez déjeuner ce que vous avez préparé. L'atelier nutrition fait partie du programme Mon Nouveau Parcours, dispositif dédié aux femmes touchées par un cancer métastatique. Le programme Mon nouveau parcours propose des ateliers de soins de support autour de 3 thématiques : l'activité physique adaptée, la nutrition, et la rencontre d'Hélène de la Ménardière.

Paris

Activité physiqueAtelier

Activité Physique Adaptée : spéciale cancer métastatique

26 juin 2024 • 15h30 - 17h00

L’activité physique peut être proposée de manière bénéfique à toute personne atteinte de cancer, qu’elle soit en cours de traitement ou après traitement.

Paris

Activité physiqueAtelier

Activité Physique Adaptée : spéciale cancer métastatique

24 juin 2024 • 13h00 - 14h30

L’activité physique peut être proposée de manière bénéfique à toute personne atteinte de cancer, qu’elle soit en cours de traitement ou après traitement.

Paris

Activité physiqueAtelier

Activité Physique Adaptée : spéciale cancer métastatique

19 juin 2024 • 15h30 - 17h00

L’activité physique peut être proposée de manière bénéfique à toute personne atteinte de cancer, qu’elle soit en cours de traitement ou après traitement.