« Cancer sans déc’», un court-métrage décalé sur les bourdes des proches

Émilie Marsollat s'est inspiré de sa propre expérience pour livrer un court métrage drôle et tendre sur les réactions, parfois maladroites, des proches lors de l’annonce de la maladie.

Cancer sans dec. rosemagazine. Roseupassociation

En 2013, Émilie Marsollat est touchée par un cancer du sein très agressif. Les soins sont lourds : mastectomie, chimiothérapie, radiothérapie et thérapie ciblée. Elle traverse cette période avec une sensibilité particulière, celle de son métier de scénariste dans l’audiovisuel. Elle capte des images, des scènes. « Je me disais : je récolte et on verra plus tard ce que j’en fais. » 

C, sex and Sun

Plusieurs projets prennent forme dans son esprit. Un roman d’abord : C, Sex and Sun – Journal C. d’une fée Jouisseuse. L’histoire d’une jeune femme diagnostiquée d’un cancer du sein qui apprend qu’elle en a pour 18 mois de traitements. Sa première réaction : elle doit faire l’amour. « C’est le point de départ d’une fiction sur comment traverser la maladie avec une perspective : rester vivante et vibrante.»

Dans les coulisses de Cancer sans déc’

Plus récemment, son histoire la mène vers le court-métrage. Cancer sans déc’ évoque avec humour et tendresse les réactions des proches à l’annonce de la maladie. Inspiré d’anecdotes véridiques, le scénario narre les maladresses, les moments d’émotion durant le parcours de soin de Jeanne et de ses acolytes Bruno et Eva, tous traités pour un cancer du sein. Le casting est cinq étoiles : le personnage principal incarné par Anne Girouard (Guenièvre dans Kamelott, Bis, Papi-Sitter), donne la réplique à Damien Jouillerot (Baron Noir, Les Fautes d’orthographes, No Limit) Jules Sitruk (Monsieur Batignole, Vipère au poing, le Bazar de la Charité)…

Quant au décor : il s’agit des couloirs de l’hôpital Saint Joseph, à Paris. Un partenaire financier et en nature de taille pour Émilie et son équipe. « On a pu tourner deux jours complets dans leurs locaux, ils nous ont prêté les costumes et le matériel médical, explique Émilie. Ils ont été d’une gentillesse incroyable, c’est d’ailleurs la démarche globale de l’hôpital : décloisonner, ouvrir l’institution au dialogue, à l’équité. » Rose Magazine était présent sur le tournage d’une des scènes. On vous y emmène :

 

Les adaptations du parcours d’Émilie Marsollat ne s’arrêtent pas là. La réalisatrice a pour projet des courts métrages sur la reconstruction et sur l’annonce en comédie musicale !

AVANT PREMIERE VIRTUELLE

Pour cause de confinement, l’avant-première du court métrage sera diffusée sur YouTube. Le bénéfice du roman C, Sex and Sun sera entièrement reversé au Centre du Sein et au Service d’Oncologie pour les patients fragilisés face au COVID-19.         

Mathilde Durand