Accueil Article

Article

Mélanie a 34 ans et maman de 2 jeunes enfants lorsqu’on lui découvre une tumeur au rein au détour d’une échographie. Un diagnostic difficile à accepter quand on sait que ce cancer touche majoritairement les hommes âgés.
De plus en plus de malades touchés par un cancer recourent à des plantes ou des compléments alimentaires, souvent sans en informer leur médecin. Ces substances ne sont pourtant pas toujours inoffensives. Le Dr Véronique Pélagatti, pharmacienne à l'Institut universitaire du cancer de Toulouse Oncopole, œuvre à informer les patients sur les risques qu’ils prennent sans le savoir...
La chirurgie du sein post-mastectomie, un luxe ? Avec 1 400 euros en moyenne de reste à charge, de nombreuses femmes y renoncent.
Demain, les malades seront-ils bien soignées des séquelles de leur mastectomie ? On peut s’en inquiéter : la CPAM accuse Fabienne Le Guevel Dausse, kiné spécialisée dans le suivi post-cancer, d'avoir surfacturé 15.000 euros. Son tort ? Sa méthode développée avec des chirurgiens et désormais enseignée à l'université n’entre dans aucune "case" tarifaire de la sécu.
Carte d’imprégnation des sols peu fiable, absence de traçabilité de la provenance des fruits et légumes, culture vivrière et étals en bord de route… bien difficile de savoir si les aliments sont contaminés
L’insecticide, classé « cancérogène probable » en 1979 mais interdit aux États-Unis dès 1977, a traité les bananeraies antillaises jusqu’en 1993. Et contaminé les sols, l’eau, le sang et les esprits.
En marge des grandes annonces autour des immunothérapies et des thérapies ciblées, l'ASCO 2019 a été marqué par de belles avancées dans les soins de support. Petite sélection des études marquantes avec le Dr Florian Scotté, chef de service des soins de support de l'Hôpital Foch.
Grâce à la nouvelle grille AERAS, les femmes ayant eu un cancer du sein pT1NOM0 (24.000 cas par an) ne paieront plus de surprimes assurantielles sept ans après la fin de leur traitement. Isabelle Huet-Dusollier, directrice adjointe de l'association RoseUp, qui a participé aux négociations avec les assureurs, décrypte les avancées-arrachées de haute lutte- et réaffirme l'ambition de notre association : réduire à cinq ans le délai pour tous les cancers de bon pronostic.
Pour la première fois, une étude se focalise sur les femmes en préménopause touchées par un cancer du sein métastatique. Elle démontre que la combinaison d'une hormonothérapie et d'une thérapie ciblée augmente considérablement la survie des patientes.
Plutôt que de chercher de nouvelles molécules innovantes, Christophe Le Tourneau, oncologue médical à l'Institut Curie a décidé de potentialiser l'effet d'un traitement classique : la radiothérapie. Il s'est servi pour cela de nanoparticules. Il nous explique comment ça marche.