Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Fabrice André : « Il faut une réelle volonté politique pour passer d’une médecine de masse à une médecine de précision »

{{ config.mag.article.published }} 21 février 2019

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Il y a quelques semaines, la HAS donnait un avis défavorable au remboursement des signatures génomiques dans les cancers du sein de stade précoce, allant ainsi à contresens des autres pays qui ont largement inclus ces tests dans leurs référentiels de soin. Une décision injustifiée qui montre un « grave retard de la France dans ce domaine » selon Fabrice André, oncologue spécialiste de la prise en charge des cancers par médecine personnalisée à Gustave Roussy. Entretien.

{{ config.mag.article.warning }}

Vous avez réagi sur Twitter suite à l’avis défavorable de la HAS au remboursement par l’assurance maladie des tests génomiques dans le cancer du sein1. Pourquoi avez-vous souhaité commenter cette décision ?

Parce que le groupe d’experts qui a participé au rapport de la HAS a conclu que ces tests n’ont pas de valeur. Or, ils ont prouvé leur utilité clinique, c’est-à-dire que leur utilisation conduit à réduire le recours à la chimiothérapie, avec le niveau de preuve le plus élevé en médecine.

Comment sont-ils arrivés à une telle conclusion selon vous ?

Ma seule explication est que les experts du rapport avaient de toute évidence une croyance : celle que les tests anatomo-pathologiques [tests utilisés traditionnellement pour caractériser les tumeurs qui prennent en compte différents critères comme l’âge de la patiente, la taille et l’agressivité de la tumeur, l’envahissement ganglionnaire…, NDLR] sont le summum de la médecine de précision. Ils n’ont pas mis cette croyance à l’épreuve de la réalité scientifique : malgré les études, ils continuent de nier que des tests différents apportent un réel bénéfice aux patients.

Quel bénéfice apporteraient l’utilisation des tests génomiques ?

Aujourd’hui, la décision d’avoir recours à une chimiothérapie repose sur des critères anatomopathologiques. Or, les études ont montré qu’il existe une grande disparité dans leur interprétation en fonction des hôpitaux3. Les tests génomiques sont, quant à eux, semi-centralisés puisqu’ils sont réalisés dans des laboratoires de référence. Tous les patients ont donc le même. C’est le meilleur moyen de lutter contre les inégalités.

La ligne directrice du dernier plan cancer est justement la réduction des inégalités d’accès au soin. Décider de ne pas rembourser les tests génomiques est donc totalement incohérent avec les lignes directrices du plan cancer.

Les tests génomiques sont-ils un cas isolé ?

Non, il y a un problème général en France avec les tests biologiques. On l’a vu aussi avec les tests de déficience en DPD dans le cas des toxicités au 5-FU (voir notre dossier « Chimiothérapies à base de 5-FU »). Aujourd’hui, la France n’a pas de procédure simple et rapide pour rembourser les tests biologiques.

Les tests biologiques sont pourtant pris en charge dans le cadre du RIHN4 ?

Oui mais ce dispositif n’est pas pérenne et surtout le niveau de remboursement n’est pas à la hauteur. Il s’agit d’une enveloppe temporaire pour le soutien à l’innovation. Et ce n’est pas seulement problématique pour les hôpitaux. Quand on décide de ne pas rembourser des tests biologiques, on envoie un signal négatif aux investisseurs. Ça ne les incite pas à développer des compagnies de biotechnologies dans ce domaine en France. Or, la médecine de précision a besoin d’investissements privés pour faire de la recherche et du développement de nouveaux biomarqueurs prédictifs, de façon à arrêter l’escalade de traitements chers et de faible bénéfice pour les patients.

Que faudrait-il faire pour que cela change ?

Il faudrait une réelle volonté politique de passer d’une médecine de masse, où on donne de la chimiothérapie à tout le monde, à une médecine de précision.

Emilie Groyer

  1. Technique de coloration des tissus qui permet en oncologie de caractériser les tumeurs

{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

ChimiothérapieActualité

Cancer du sein : “Exclure les femmes de plus de 70 ans de l’indication des signatures génomiques est arbitraire”

Le Dr Eric-Charles Antoine, oncologue à la clinique Hartmann, revient pour nous sur le récent avis de la HAS d’exclure les femmes âgées de plus de 70 ans de l’indication des signatures génomiques. Un outil qui permettrait pourtant à certaines d’entre elles d’échapper à une chimiothérapie inutile.

21 février 2024

Thérapies ciblées et ADCDécryptage

Tests génétiques : leur remboursement, source d’inégalité pour les personnes touchées par un cancer

Les thérapies ciblées ont révolutionné la lutte contre le cancer. Cependant, parce que les tests génétiques qui permettent de déterminer quels patients pourront en bénéficier sont actuellement partiellement remboursés, tous ne peuvent pas en bénéficier. Une véritable perte de chance pour les malades.

7 décembre 2023

3:15

Cancers métastatiquesActualité

ESMO 2023. Cancer du sein : ce qu’il faut retenir

Un nouveau traitement prometteur pour les femmes touchées par un cancer du sein métastatique ayant déjà reçu plusieurs lignes de traitements. Le Dr Barbara Pistilli, , cheffe du comité de pathologie mammaire à Gustave Roussy, nous explique tout sur le Datopotamab deruxtecan.

3 novembre 2023

Actualité

ESMO 2023. L’exposition aux particules fines augmente le risque de cancer du sein

Selon une étude française présentée cette année à l’ESMO, les PM2,5 présentes dans l’air augmentent le risque de développer un cancer du sein, et ce même quand les seuils réglementaires sont respectés. Décryptage avec le Pr  Béatrice Fervers, l’épidémiologiste qui a conduit l’étude. 

30 octobre 2023

{{ config.event.all }}

Bordeaux

HormonothérapieAtelier

Conseils nutritionnels et mise en pratique – Spécial Hormonothérapie

6 mai 2024 • 13h30 - 15h30

Je suis sous hormonothérapie, dois-je bannir certains aliments de mes repas ? C'est quoi les aliments dits hormone-like ? Dois-je opter pour des compléments alimentaires et en éviter certains ?  Notre onco-diététicienne répondra à toutes ces questions (et bien d'autres) lors de cet atelier. Elle vous donnera également des conseils pour conserver une alimentation saine et équilibrée, pendant votre traitement d'hormonothérapie. 

Bordeaux

HormonothérapieConférence

Conférence – Comprendre et pallier les effets indésirables de l’hormonothérapie

16 mai 2024 • 10h00 - 11h30

L’hormonothérapie est synonyme pour beaucoup de bouffées de chaleur, prise poids, douleurs articulaires, sécheresse vaginale et autres joyeusetés ! Comment vivre avec une hormonothérapie ? Comment adoucir ou éviter les effets secondaires ? Venez rencontrer Bérangère ARNAL-MORVAN, médecin de la femme et phytothérapeute. Conférencière et enseignante en France et à l’étranger, elle est l’auteure de nombreux ouvrages et articles sur la santé de la femme au naturel. 

Bordeaux

HormonothérapieAtelier

Café RoseUp- Spécial Hormonothérapie

14 mai 2024 • 15h00 - 16h30

Le Café RoseUp est un moment de partage organisé autour d'un goûter convivial et chaleureux.  L'idée ? Vous offrir l'opportunité d'échanger avec d'autres femmes qui traversent la même épreuve que vous, dans un cadre bienveillant. Chaque semaine, une nouvelle thématique est abordée. Aujourd'hui, le Café RoseUp est animé par Valérie, une patiente partenaire qui a elle-même été touchée par la maladie. Thème du jour : L'hormonothérapie

En ligne

Activité physiqueAtelier

Atelier Pratique Kiné : Les routines de renforcement musculaire

17 avril 2024 • 11h30 - 12h30

Vous êtes fatiguée au quotidien ? A cause des traitements et parce que vous pouvez moins bouger, vos muscles ont fondu et vous souhaitez y remédier ? Lors de cet atelier en petit groupe de mise en pratique, Jocelyne Rolland, kinésithérapeute et fondatrice des méthodes Rose Pilates et Avirose, vous montrera une routine simple à mettre en place pour vous remobiliser en douceur et lutter contre la fonte musculaire.