Le PET-Scan : késako ?

Le Pet-Scan est un examen incontournable dans le parcours de soin d'une personne atteinte d'un cancer. Comment ça marche ? À quoi ça sert ? Comment se déroule une séance ? On répond à vos questions.

Le PetScan permet de détecter des cellules tumorales dans le corps - rosemagazine - roseupassociation

C’est quoi ?

Le PET-Scan ou TEP-Scan (pour Tomographie par Émission de Positons) est un examen d’imagerie médicale qui permet de détecter la présence de cellules tumorales. Il donne une représentation du corps entier qui superpose 2 images. La première, obtenue par le scanner, qui donne des informations anatomiques. Et une seconde, obtenue par l’injection d’un traceur faiblement radioactif, qui donne des informations sur l’activité métabolique des cellules.

Comment ça marche ?

Ce PET-Scan révèle une tumeur au foie.

Pour comprendre comment fonctionne le PET-Scan, il faut savoir que toutes nos cellules consomment du glucose pour fonctionner. Les cellules cancéreuses, parce qu’elles se multiplient plus vite que les cellules normales, en consomment davantage. Le PET-Scan va permettre de mettre en évidence cette activité métabolique.

Pour cela, on vous injecte dans le sang du glucose rendu faiblement radioactif : le [18F]flurodéoxyglucose (ou [18F]-FDG). Celui-ci va se fixer préférentiellement dans les cellules tumorales et son rayonnement radioactif sera détecté par le PET-Scan.

Pour obtenir un marquage plus spécifique, il est possible d’utiliser des marqueurs ciblant certaines tumeurs. La choline et le PMSA sont par exemple utilisés dans certains cancers de la prostate, l’iode, dans le cancer de la thyroïde, ou encore la L-Dopa dans les cancers neurologiques. L’arrivée de nouvelles molécules comme les FAPI, se fixant uniquement sur les cellules tumorales, contribue également à rendre l’imagerie par PET-Scan plus précise.

L'analyse de la biopsie permet de choisir le bon traitement contre le cancer - roseupassociation - rosemagazineLIRE AUSSI : L’amélioration de la spécificité du PET-Scan contribue à une désescalade thérapeutique dans le cancer du sein. À lire dans notre article « Cancer du sein : L’intelligence artificielle au service de la désescalade thérapeutique« .

 

À quoi ça sert ?

Le PET-Scan est indiqué dans plusieurs situations.

Il peut être indiqué en début de parcours, dans le cadre d’un bilan d’extension, pour évaluer l’étendue du cancer et déterminer s’il a métastasé. En général, le bilan d’extension se fait par scanner mais le PET-Scan peut être utilisé si le cancer est particulièrement agressif et qu’il y a un risque élevé qu’il se soit disséminé. Le PET-Scan peut alors révéler des lésions qui n’auraient pas été détectées par scanner.

Le PET-Scan est également utilisé pour confirmer une récidive si d’autres marqueurs, notamment sanguins (comme le CA15-3 dans le cancer du sein), suggèrent que le cancer est revenu.

Enfin le PET-Scan peut être utile pour évaluer la réponse à un traitement. Il est en effet parfois difficile avec un scanner de différencier une lésion d’origine tumorale d’une simple lésion cicatricielle consécutive aux traitements. Le PET-Scan, en révélant l’activité métabolique des cellules, permet de faire la distinction entre une lésion cicatricielle inerte (composée de cellules mortes) et une tumeur active (composée de cellules vivantes).

INFO +

Si le PET-Scan est majoritairement utilisé à des fins diagnostiques, il est parfois utilisé à des fins thérapeutiques. Dans ce cas, le traceur utilisé est marqué avec un isotope dont la radioactivité est suffisamment importante pour détruire les cellules cancéreuses sur lesquelles il se fixe. C’est le cas par exemple avec le traceur PMSA marqué au Lutécium 177 utilisé dans le cancer de la prostate.

Est-ce que je risque de devenir radioactif ?

Transitoirement. Le traceur radioactif est éliminé dans vos urines. Cela peut mettre plus ou moins de temps selon le niveau de radioactivité du traceur utilisé. Le glucose marqué perd par exemple la moitié de sa radioactivité en 2 heures. La majorité du produit est donc éliminée à l’hôpital dans des toilettes protégées. À votre sortie, vous serez encore faiblement radioactif mais ce niveau de radioactivité n’est pas dangereux. Par principe de précaution, on vous demandera toutefois d’éviter de prendre un enfant en bas âge dans les bras ou d’être en contact avec une femme enceinte pendant 24 heures.

Pour les traceurs utilisés à des fins thérapeutiques, comme les niveaux de radioactivité sont plus élevés, les précautions sont plus importantes. Pour l’iode utilisée dans le cancer de la thyroïde, vous devrez par exemple rester 2 nuits à l’hôpital dans un chambre protégée. Votre radioactivité sera mesurée et vous ne serez autorisé à sortir qu’une fois son niveau revenu à une dose normale.

Comment se déroule une séance de PET-Scan ?

L’examen de PET-Scan est long – entre 2 et 3 heures – car un certain nombre d’étapes doivent être respectées pour éviter de fausser les résultats :

– Vous devrez être à jeun depuis au moins 6 heures. Si vous avez du sucre dans le sang, il risque en effet d’interférer avec le glucose marqué. Si vous êtes diabétique, on mesurera votre glycémie et on vérifiera que votre diabète est équilibré. C’est le manipulateur radio qui vérifiera ces points avec vous au travers d’un questionnaire.

– Vous devrez également avoir bu au moins un litre d’eau pour que vous uriniez avant l’examen. Si votre vessie est pleine pendant le PET-Scan, l’excédent de traceur qui ne s’est pas fixé aux cellules tumorales (et qui est éliminé dans l’urine) risque en effet d’y stagner, ce qui peut générer de “fausses” images.

– Vous serez mis au repos pendant au moins 40 minutes dans une pièce calme et chauffée. Le but de cette étape est de vous relaxer (autant que faire se peut). Si vos muscles sont contractés ou que votre cœur bat trop rapidement parce que vous êtes anxieux, ils consommeront le glucose marqué, ce qui faussera les images.

Une fois ces étapes passées, on vous injectera le traceur marqué par intraveineuse. Vous attendrez ensuite encore 30 minutes avant d’entrer dans le PET-Scan. L’examen dure entre 10 et 25 minutes selon les machines. Vous devrez ensuite uriner dans des toilettes dédiées avant d’être autorisé à quitter l’hôpital.

Existe-t-il des contre-indications au PET-Scan ?

Les femmes enceintes ne peuvent pas passer de PET-Scan car cet examen utilise des produits radioactifs potentiellement dangereux pour un foetus. En cas de suspicion de grossesse, on vous demandera donc de faire un test urinaire ou sanguin avant l’examen.

Il n’existe pas d’allergie connue au glucose marqué. En revanche, l’iode marqué peut provoquer des réactions chez certains patients.

Le PET-Scan ne peut pas non plus être réalisé si votre cure de chimiothérapie remonte à moins de 3 semaines car cela peut fausser les images.

Dans quels cas le PET-Scan peut-il se révéler peu fiable ?

La résolution du PET-Scan est de l’ordre de 5 voire 3 millimètres pour les appareils les plus performants. Cet examen ne sera donc pas en mesure de détecter des tumeurs plus petites.

Le PET-Scan est aussi peu performant pour détecter les cancers du cerveau car cet organe, toujours actif, consomme du glucose en permanence, ce qui fausse les images.

Enfin, quelques rares tumeurs ne fixent pas le glucose marqué. C’est le cas par exemple des tumeurs à granulosa de l’ovaire ou de certains cancers du côlon. Dans ce cas, le médecin nucléaire décidera soit de recourir à un autre type d’examen, soit à un autre traceur.

Emilie Groyer

Merci au Pr Corinne Balleyguier, chef de d’Imagerie Médicale de Gustave Roussy, pour son aide dans l’écriture de cet article.