Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Celles qui disent non à l’hormonothérapie

{{ config.mag.article.published }} 29 août 2017

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Elles sont plus de 30 % chaque année à refuser l’hormonothérapie et à accroître leur risque de récidive. Pourquoi tant de femmes inobservantes ?

{{ config.mag.article.warning }}

Diagnostiquée d’un cancer du sein à l’été 2014, Maritxu, 34 ans, a terminé son traitement en octobre 2015. Quand son oncologue lui a parlé d’hormonothérapie, elle a refusé net. « Déjà, en tant qu’infirmière, je connaissais les effets secondaires. Mais surtout, je n’avais pas envie d’attendre cinq ans avant d’avoir un enfant. Alors j’ai pris un risque, c’est vrai, mais personne ne sait si je vais récidiver avec ou sans traitement… Là, au moins, j’ai repris le travail normalement, je rejoue au basket, je cours, je sors. Bref, je vis ! » Même besoin de se retrouver pour Sylvianne, 42 ans, qui a joué le jeu pendant deux ans et demi avant de tout arrêter. « J’avais de telles douleurs articulaires que je me cramponnais aux murs. Je ressemblais aux grand-mères dont je m’occupe en maison de retraite. Je n’étais pas du tout préparée à ça. Sur les conseils de mon oncologue, j’ai fait plusieurs pauses, changé le tamoxifène pour de l’Aromasine, mais ce n’était pas mieux. Un jour, j’ai craqué et j’ai jeté toutes les boîtes à la poubelle. »

Comme Maritxu et Sylvianne, elles sont plus de 30 % à refuser ou interrompre chaque année leur hormonothérapie. Un taux qui, selon une étude allemande publiée en 2013 dans la revue Breast cancer research and treatment, grimpe à 50 % chez les patientes ménopausées après trois ans de traitement. Comment expliquer une telle bronca quand on sait que ce traitement (dont l’action, à l’avenir, pourrait même être renforcée par des thérapies ciblées) réduit de 45 à 55 % les risques de récidive pour les femmes atteintes d’un cancer hormonodépendant ?

« Si je continue comme ça, je vais divorcer et je serai obèse et dépressive dans cinq ans »

Raison principale : les effets secondaires. Problèmes articulaires (chevilles, genoux, hanches), bouffées de chaleur, prise de poids, migraines… La liste est longue de tous ces maux qui, au quotidien et trois à cinq ans durant (voire sept à dix), rongent la vie des malades. Sabrina, sous tamoxifène pendant trois mois avant d’arrêter, en sait quelque chose. « Je devenais complètement dingue. J’ai fini par dire à mon oncologue : “Vous ne me garantissez pas la guérison à 100 %. En revanche, ce que je peux vous certifier, c’est que si je continue comme ça, je vais divorcer et je serai obèse et dépressive dans cinq ans.” »

Refuser l’hormonothérapie pour reprendre sa vie en main et ne plus penser être malade

Le ras-le-bol thérapeutique ne surprend pas le Dr Alfred Fitoussi, chirurgien cancérologue et plasticien au Centre du sein et de la femme, à Paris. « Celles qui souffrent le plus d’effets secondaires sont celles qui risquent le plus d’arrêter. À nous de les accompagner, de les aider à mieux supporter les médicaments. Avant, il nous suffisait de dire : “Vous risquez de mourir, c’est très grave, donc vous devez suivre votre traitement, point.” Aujourd’hui, on sait que si on n’écoute pas les patientes, il n’y aura pas d’observance. » Changement de dose ou de molécule, pause de deux ou trois mois, anti-inflammatoires, sport, acupuncture, massages, homéopathie, cures thermales… « Il y a plein de petites choses à essayer », précise le cancérologue.

Mais la crainte ou la douleur des effets secondaires ne constitue pas toujours la seule raison d’un abandon thérapeutique. S’y ajoute souvent un frein psychologique au traitement, plus difficile à appréhender. Pour Maritxu, par exemple, refuser l’hormonothérapie après un an et demi de chirurgie chimio-radio… revenait à reprendre le contrôle de sa vie. « Cinq ans de traitement supplémentaires, ça voulait dire que ce n’était pas fini, que je n’avais pas gagné. » Telle est précisément, selon le Dr Suzette Delaloge, oncologue et chef du comité de pathologie mammaire à l’institut Gustave-Roussy, la spécificité de l’hormonothérapie, celle qui la rend si différente d’un traitement contre le cholestérol ou la tension.« Avoir à prendre ce médicament chaque jour peut vous donner l’impression d’être de nouveau malade, alors que vous sentez que vous ne l’êtes plus. Ne pas le prendre peut être une façon de refuser le cancer, sa réalité, la puissance du médecin qui décide à votre place. »

Une situation que le corps médical a parfois du mal à gérer. « Les oncologues se sentent investis de la mission de convaincre leurs patients et ils peuvent culpabiliser s’ils n’y parviennent pas, précise le Dr Delaloge. Au passage, ce qu’ils vivent déjà douloureusement leur est parfois reproché plus tard, en cas de rechute, éventuellement par le patient lui-même. » De leur côté, et même si, en apparence, leur décision semble ferme, les malades aussi culpabilisent. D’ailleurs, près de la moitié des femmes arrêtent leur traitement sans oser en parler à leur médecin…

Favoriser les échanges et les discussions avec son oncologue

Pour éviter d’en arriver à ce point de rupture, mieux vaut plutôt « considérer que tout est possible et discutable, qu’il ne doit pas y avoir de décision unilatérale », préconise le Dr Delaloge. À la faveur de ces discussions, il arrive alors que l’oncologue lui-même reconnaisse l’opportunité d’un arrêt thérapeutique. C’est ce qui s’est passé pour Sylvianne. « Après deux ans et demi d’effets secondaires qui me gâchaient la vie, mon médecin a fini par me dire “OK, vous êtes atteinte d’un cancer de grade 1, vous pouvez l’arrêter.” C’était rassurant d’avoir son feu vert. On culpabilise de décider toute seule. »

« En résumé, explique le Dr Delaloge, on considère qu’une femme avec une tumeur de 8 mm sans envahissement ganglionnaire qui nous dit : “Je n’en peux plus, j’ai trop de douleurs, je veux arrêter” prend un risque acceptable en stoppant ses traitements parce que sa qualité de vie est trop dégradée et que son risque de récidive est faible. En revanche, une femme de 40 ans avec huit ganglions atteints prend un risque très important si elle arrête son traitement. Dans la mesure du possible, on essaiera donc de la convaincre de continuer. Et puis, il y a tous les cas entre les deux, plus compliqués, pour lesquels bénéfices et risques doivent être sérieusement discutés. » Sabrina en fait partie. Atteinte d’un cancer de stade 2, elle a pris sa décision en conscience : « Je sais que si je retombe malade je ne pourrai m’en prendre qu’à moi- même, mais je ne regrette pas mon choix. Je préfère vivre heureuse avec ma famille plutôt qu’être malade pendant encore cinq ans. » Une décision finale qui, pour le Dr Fitoussi, appartient de toute façon aux patientes. Elles sont beaucoup mieux informées qu’il y a vingt ans. Si, en connaissance de cause, elles décident d’arrêter, c’est leur droit. Elles sont libres. »

Laëtitia Moller


{{ config.mag.team }}

La rédaction de Rose magazine

20:16

Podcast {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Cynthia : « Mon gynéco m’envoie un email : “Ce n’est pas bon…” »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Cynthia. Cynthia est créatrice de contenu sur les réseaux sociaux. Elle y fédère beaucoup de femmes touchées par un cancer du sein. Elle-même a vaincu la maladie. Elle garde un souvenir très précis du moment elle a su qu’elle avait un cancer. Elle se trouve alors à Paris, sur le toit du BHV. On est le mardi 13 septembre 2016.

8 avril 2024

51:36

Conférence {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire médical – Les cancers du sein triple négatifs

Le cancer du sein triple négatif est un sous-type de cancer du sein particulièrement agressif qui touche souvent les femmes jeunes. Pourquoi ? Qu'est-ce qui le distingue des autres cancers du sein ? Est-il plus à risque de devenir métastatique ? Comment le soigne-t-on actuellement ? Où en est la recherche ? Le Dr Olivier Tredan, coordonnateur du département de cancérologie médicale du Centre Léon Bérard, accompagné de Claude Coutier, présidente du Collectif Triplettes Roses et Christelle, une Triplette, répondent à toutes vos questions.

14 mars 2024

21:14

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Emma : « Je vais sélectionner les personnes qui seront à mes côtés »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire d’Emma. Alors qu’elle passe un oral d’anglais, Emma ressent une forte douleur dans sa poitrine. Elle consulte rapidement son médecin généraliste qui n’est autre que sa meilleure amie. C’est pas elle qu’elle apprendra qu’elle est atteinte d’un cancer du sein, une annonce qui réveille le côté guerrier de cette ancienne sportive.

11 mars 2024

02:05

VaccinothérapieTout savoir sur

La Minute du Dr RoseUp – La vaccinothérapie, késako ?

La vaccinothérapie fait partie de ce qu’on appelle les immunothérapies : ces nouveaux traitements dont le but est de stimuler notre organisme pour qu’il lutte par lui-même contre le cancer. Comment ça marche ? On vous explique tout.

8 mars 2024

{{ config.event.all }}

En ligne

Activité physiqueAtelier

Atelier Pratique Kiné : Les routines de renforcement musculaire

17 avril 202411h30 - 12h30

Vous êtes fatiguée au quotidien ? A cause des traitements et parce que vous pouvez moins bouger, vos muscles ont fondu et vous souhaitez y remédier ? Lors de cet atelier en petit groupe de mise en pratique, Jocelyne Rolland, kinésithérapeute et fondatrice des méthodes Rose Pilates et Avirose, vous montrera une routine simple à mettre en place pour vous remobiliser en douceur et lutter contre la fonte musculaire.

En ligne

Activité physiqueAtelier

Atelier Pratique Kiné : Les routines de renforcement musculaire

17 avril 202410h30 - 11h30

Vous êtes fatiguée au quotidien ? A cause des traitements et parce que vous pouvez moins bouger, vos muscles ont fondu et vous souhaitez y remédier ? Lors de cet atelier en petit groupe de mise en pratique, Jocelyne Rolland, kinésithérapeute et fondatrice des méthodes Rose Pilates et Avirose, vous montrera une routine simple à mettre en place pour vous remobiliser en douceur et lutter contre la fonte musculaire.

En ligne

Activité physiqueConférence

Webinaire Kiné – Limiter la fonte musculaire

3 avril 202411h00 - 12h00

Saviez-vous que la kinésithérapie peut vous aider à remobiliser votre corps en douceur pendant et après les traitements de votre cancer ? Lors de ce webinaire, Jocelyne Rolland, kinésithérapeute et fondatrice des méthodes Rose Pilates et Avirose, vous expliquera comment limiter la fonte musculaire et ainsi mieux gérer certains effets secondaires comme la fatigue, le lymphœdème ou encore la prise de poids.

En ligne

Reconstruction mammaireConférence

Tout savoir sur la reconstruction de l’aréole et du mamelon

3 juin 202418h30 - 19h30

Après une mastectomie, voir son mamelon et son aréole "redessinés" constitue souvent la touche finale à un (long…) parcours de reconstruction. Le Dr Benoit Couturaud, chirurgien plasticien et cancérologue à l'institut Curie, et Laurence Malzard, tatoueuse, fondatrice de Dermaréole et ancienne patiente, vous montreront comment la chirurgie et le tatouage peuvent y aider.