Coronavirus : les meilleures plateformes de télé-consultation

Face à l'épidémie de coronavirus, les consultations à distance de médecins généralistes s'organisent. Le point sur les plateformes validées par la CPAM.

Téléconsultation

En cas de symptômes de coronavirus toux, fièvre, ou même une perte du goût et de l’odorat, la première réponse est de consulter votre généraliste et d’en informer votre oncologue. Devant le danger d’exposer les soignants et les patients au COVID-19, la CPAM a accéléré la validation des plateformes de consultation permettant un remboursement des actes.

100 solutions de télé-consultations agréées

Le ministère de la santé a publié le 17 mars 2020 une liste de solutions de télé-consultations. Avec le détail des fonctionnalités et du niveau de sécurité pour chacune d’entre elles. Parmi ces fonctionnalités : la possibilité de vidéo-transmission, le partage de documents, le paiement de l’acte, la facturation à l’assurance maladie.

Au total, 100 solutions ont été validées, différentes suivant les régions – sous forme d’applications, de plateformes, de logiciels ou d’accès web permettant un acte médical à distance.

Les plateformes les mieux notées

Un « score de sécurité » a été calculé pour chaque solution (conformité à la protection des données (RGPD), identifications du patient et du professionnel, par exemple). Ce sont les plateformes  AvecMonDoc, Clickdoc, Livi et TeleMedica, présentes dans toute la France, qui ont reçu les meilleurs notes en matière de sécurité et de fonctionnalités.

Doctolib, toujours le vent en poupe

Le spécialiste des rendez-vous en ligne, doctolib, même s’il ne reçoit qu’une note de 8/10, demeure cependant la plateforme de téléconsultation la plus utilisée.

« Le nombre de rendez-vous pris pour des télé-consultations vidéos a été multiplié par 18 au cours du dernier mois sur la plateforme Doctolib », rappelle son fondateur Stanislas Niox-Chateau. Il promet de mettre à disposition gratuitement cette solution de télé-consultation à 80 000 professionnels de santé dans les jours qui viennent. Une nécessité vitale quand 34% des médecins généralistes ont arrêté les visites à domicile ou annulé les consultations non urgentes.

Claire Manière