Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer sport adapté au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Sport, faites-vous suer !

{{ config.mag.article.published }} 11 décembre 2015

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Dedans ou dehors, peu importe. L’essentiel est de bouger, de s’activer. Bref, de faire du sport. C’est la Faculté qui le dit. Alors, hop, action.

{{ config.mag.article.warning }}

Le sport contribue à réduire de 25 % le risque de développer un cancer du côlon et de 50 % celui de connaître une rechute (cancéreuse en général). « Des études rétrospectives qui restent à étayer laissent présager que le bénéfice attendu en termes de réduction du risque de rechute de certains cancers opérés pourrait être du même ordre de grandeur que celui procuré par les traitements médicaux », précise même le Pr Laurent Zelek, oncologue à l’hôpital Avicenne, à Bobigny. La raison : le sport agit directement sur les hormones (œstrogènes, insuline, IGF-1), le système immunitaire, l’inflammation de l’organisme et les kilos en trop. Autant de facteurs qui influent sur la progression du cancer et les récidives. Il augmenterait aussi le nombre de cellules NK dans le sang, dont l’action est de tuer les cellules cancéreuses, donc d’enrayer leur propagation. Autrement dit, même pendant les traitements, le sport agit contre la maladie. Rien d’étonnant du coup à ce que ce serial killer soit reconnu comme soin non médicamenteux par la Haute Autorité de santé…

De plus, l’activité physique a une autre vertu : elle combat la fatigue. Vous trouvez ça bizarre ? C’est logique, au contraire : l’inertie fait fondre les muscles, diminue la circulation sanguine et l’oxygénation et, cerise sur l’oreiller, dérègle le sommeil. Moralité : moins vous en faites, plus vous êtes épuisé… En moyenne, il faut six mois d’exercices pour changer les paramètres biochimiques, d’où l’intérêt de commencer pendant le traitement, idéalement de manière régulière et relativement intense. Pas facile pourtant de s’y mettre lorsqu’on se sent sur les rotules… « C’est vrai, c’est plus facile pour ceux qui sont déjà sportifs car le facteur plaisir est l’un des plus motivants qui soit, note Thierry Bouillet, oncologue à l’hôpital Avicenne, à Bobigny (93), et cofondateur de la Cami Sport et cancer (sportetcancer.com. À ceux-là, on conseille de poursuivre leur activité physique, en l’adaptant au besoin, car sortir de sa position de malade est un premier pas vers la réappropriation de son corps. » Mais les plus sédentaires sont aussi invités à s’y mettre, pendant ou après les traitements, à condition seulement d’être suivis par un personnel formé. Nos conseils.

Tous les sports sont-ils permis ?

Avant de commencer, « un bilan complet est essentiel », indique Roland Krzentowski, médecin du sport et fondateur de Mon stade (monstade.fr, clinicprosport.com), une association proposant aux patients des pratiques inspirées du sport de haut niveau et calibrées avec des médecins. « Des analyses sanguines et une évaluation des capacités cardiaques, respiratoires et musculaires seront effectuées au préalable », précise-t-il. D’autant que certains médicaments administrés peuvent altérer la fonction cardiaque. En théorie, sinon, aucun sport n’est interdit. « C’est plus l’intensité de la pratique qui importe », souligne Laure Copel, cancérologue à l’Institut Curie, qui travaille avec Siel Bleu (sielbleu.org) à la mise au point d’ateliers sportifs adaptés. Plus on va aller vers des sports à dépense énergétique élevée, mieux le traitement sera vécu. Les contre-indications sont peu nombreuses et concernent les patients en perte d’autonomie, sujets aux insuffisances respiratoires ou atteints d’une pathologie lourde (métastases osseuses, par exemple). D’une manière générale, d’ailleurs, les sports à risque de chute (tennis, parapente, jet-ski…) peuvent être dangereux pour tous les patients souffrant de fragilité osseuse.

Quel rythme ?

Selon le Dr Michel Pavic, oncohématologue à l’hôpital d’instruction des armées Desgenettes, à Lyon, « l’idéal est de pratiquer une activité physique dès le début de la prise en charge, en séances de 30 à 45 minutes 4 ou 5 fois par semaine, que vous pouvez fractionner en 2 fois 15 minutes ou 3 fois 10 minutes. Une fois le traitement terminé, on peut proposer aux patients 10 à 15 séances dans des structures de SSR (soins de suite et de réadaptation) pour leur redonner de l’autonomie ».

Training soft ou intense ?

L’activité physique doit certes être adaptée et bien encadrée, mais elle doit quand même faire augmenter le rythme cardiaque au-delà d’un certain seuil. Pour trouver la bonne intensité, un petit test tout simple : vous devez pouvoir parler mais pas chanter. Si vous fredonnez toujours, intensifiez votre effort. À l’inverse, si aucun son ne peut plus sortir de votre bouche, levez le pied.

Sport individuel ou collectif ?

Les deux ! S’il est parfois plus facile d’entreprendre une activité individuelle au début (crainte du regard des autres sur son corps, angoisse de ne pas réussir…), la reconstruction du schéma corporel sera facilitée par une activité de groupe. Se retrouver dans la même galère, rire, échanger tuyaux et bonnes adresses, s’encourager, aller boire un verre après les cours : c’est thé-ra-peu-tique !

Quel moment de la journée pratiquer du sport ?

Le matin et en deuxième partie d’après-midi de préférence. Si vous avez du mal à dormir, laissez-vous cinq-six heures de calme avant de vous coucher.


Fiche Sport 1: le vélo

Sur route, à la maison ou même dans l’eau, avec l’aquabiking, les vertus du vélo ne sont plus à prouver. Comme tous les sports d’endurance, il oxygène les tissus. Or, on sait désormais que la croissance et la dissémination des cellules cancéreuses se font plus difficilement dans des tissus bien oxygénés. Pédaler permet aussi d’améliorer sa fonction immunitaire, donc d’aider son corps à lutter contre les cellules cancéreuses. Enfin, contrairement à la course à pied, le vélo ne traumatise pas les articulations, puisqu’il n’y a pas de chocs. Pour s’y mettre : ffc.fr rubrique loisirs. Pour trouver une séance d’aquabiking : masalledesport. com

Fiche Sport 2 : l’escalade

Les sports en binôme sont très bons pour le moral, parce qu’ils créent du lien et une saine émulation. Grimper amène à se dépasser, à regagner une estime de soi… sous les encouragements de sa ou son partenaire. La gestuelle est esthétique, les risques de blessures minimes si tant est que vous passiez en second (donc que vous soyez assuré par le haut). Comme les falaises sont situées dans des lieux splendides, en pleine nature, on en prend souvent plein la vue. Avec à la clé une bonne montée cardiaque à chaque mouvement un peu délicat, ce qui ne peut que rebooster l’organisme. À chacun son Everest (achacunsoneverest.com) organise des sessions encadrées. Fédération française  de la montagne et  de l’escalade : ffme.fr 

Fiche Sport 3 : la gym suedoise

C’est l’un des rares cours de gym où il y autant d’hommes que de femmes ! Le but : se renforcer tout en préservant son intégrité physique. Chaque séance répond en effet à une nomenclature très précise : les 700 mouvements et leurs enchaînements ont été conçus par des kinésithérapeutes et des ostéopathes. La gym suédoise a été créée par un médecin, ce qui explique ce souci du détail dans le bien-être. Les mouvements sont très simples à réaliser car ils font appel au mimétisme. Et même s’ils ne sont pas effectués complètement dans les normes, on ne peut pas se faire mal ou se mettre en difficulté en les faisant. D’autant que dans chaque cours il y a au moins deux hôtesses en renfort de l’animateur, qui sont  là pour corriger les éventuels défauts de posture:  gymsuedoise.com

Fiche Sport 4 : le miédété

Cette discipline au nom étrange, mise au point par les formateurs de la Cami Sport et cancer, prépare l’organisme à être capable d’exécuter n’importe quel exercice physique de manière efficace et sûre. Effort progressif, consignes précises, mouvements naturels et justes : cette méthode est idéale pour reprendre les rênes de son corps. En pratique, une séance consiste en une série de mouvements mêlant à la fois développement de la souplesse, renforcement musculaire et utilisation rationnelle du système articulaire. Effet déstressant en prime ! sportetcancer.com

Céline Dufranc et Patricia Oudit


{{ config.mag.team }}

Céline Dufranc

Journaliste

Activité physiqueTémoignages

Mon « sport-thérapie » : le football par Catherine

Militaire, sportive depuis toujours, cette strasbourgeoise de 43 ans, avait remisé ses crampons lors de son premier cancer en 2010, pour finalement les rechausser à l’annonce du second en 2023. Plus qu’un sport, le foot est une passion qui lui fait oublier sa maladie.

Activité physiqueInterviews d'experts

Ça m’énerve ! : « L’activité physique doit être remboursée ! »

Le Dr Alexandre Feltz est pionnier du sport-santé. Il milite pour un accès égalitaire à l'activité physique adaptée et à sa prise en charge par l'assurance maladie.

12 juillet 2024

Activité physiqueTémoignages

Mon « sport-thérapie » : le CrossFit par Sandie

Avant le diagnostic de son cancer, cette jeune femme de 33 ans pratiquait déjà assidûment le CrossFit depuis plus de 2 ans. Avec la maladie pas question de laisser tomber ! Son sport lui a permis de garder un lien social. Un atout précieux pour mieux vivre la maladie.

Activité physiqueTémoignages

Mon « sport-thérapie » : le rugby par Anne-Lise

Son premier cancer du sein, il y a 12 ans, avait déclenché chez cette montpelliéraine un besoin vital de faire du sport. Course à pied, handball… Aujourd’hui en récidive métastatique, elle s’est mise au rugby-santé. Une discipline où elle se sent portée par la force du collectif.

{{ config.event.all }}

En ligne

Cuisine et nutritionConférence

Nutrition : Comment réaliser un pique nique équilibré ?

22 juillet 2024 • 11h00 - 12h00

Pas toujours évident de se cuisiner un repas équilibré à emmener en pique nique ! Au cours de ce webinaire, notre onco-diététicienne Emilie Masi, diététicienne, vous donnera toutes ses astuces pour un panier repas sans fausses notes !

Paris

Activité physiqueAtelier

Rose pilates

22 juillet 2024 • 15h00 - 16h00

Créée par Jocelyne Rolland, kinésithérapeute, la gymnastique Rose Pilates, fait partie des activités physiques adaptées dans le cadre du cancer, pour aider les femmes à se réconcilier avec leur corps. Étirements, renforcement musculaire et exercices doux vous aideront à vous remettre en mouvement, à retrouver du tonus et à combattre les douleurs musculaires et articulaires. C'est Juliette Moreau, kinésithérapeute qui vous guidera dans sa pratique.

Paris

Activité physiqueAtelier

Avirose

22 juillet 2024 • 16h00 - 17h00

L'aviron Indoor (ou Avirose) se pratique sur un rameur, il est préconisé après une opération du sein et du creux de l'aisselle ou après une reconstruction. Ses bienfaits ? renforcer les 4 membres et le tronc, avec un geste adapté. Sa pratique remuscle les membres inférieurs et supérieurs parfois malmenés par les traitements de chimiothérapie et d’hormonothérapie. L'Avirose a été crée par Jocelyne Rolland, kinésithérapeute et est animée par Juliette Moreau, elle aussi kinésithérapeute et professionnelle de la Fédération Française d'Aviron.

En ligne

Activité physiqueAtelier

Atelier Yoga

22 juillet 2024 • 16h00 - 17h00

Venez comme vous êtes ! Laissez vous guider par les Flow de Sabrina, notre professeur de yoga. C'est avec douceur, humour et simplicité que je me fais une joie de vous faire découvrir cette.pratique inclusive, un chemin d'exploration de soi, du corps et des sensations, au travers de postures douces et dynamiques, de respiration et de relaxation. Ici, ce n'est pas à vous de vous adapter au yoga, c'est le yoga qui s'adapte à vous.