Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

ASCO 2022. Révolution dans la prise en charge des cancers du sein

{{ config.mag.article.published }} 24 juin 2022

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}
La Liberté guidant le peuple. Photo : ©François Rousseau

Le Trastuzumab Deruxtecan permet d'améliorer considérablement la survie des patientes atteintes d'un cancer métastatique dont la tumeur exprime même faiblement le HER2. C'est ce que démontre une étude présentée à l'ASCO qui va révolutionner la prise en charge du cancer du sein. Explications du Pr Saghatchian.

{{ config.mag.article.warning }}

Cette année, la présentation de l’étude DESTINY-Breast04 au congrès international de cancérologie de l’ASCO a été saluée par une standing ovation. Une enthousiasme justifié :  ces résultats vont profondément changer la prise en charge des femmes atteintes d’un cancer du sein. Ils remettent également en question la classification même de cette pathologie plurielle. Le Pr Saghatchian, oncologue spécialiste du cancer du sein à l’hôpital américain de Paris, nous explique en quoi cette annonce est révolutionnaire.

Pouvez-vous nous présenter l’étude DESTINY-Breast04 qui a galvanisé les oncologues lors du dernier congrès de l’ASCO ?

Pr Saghatchian, oncologue spécialiste du cancer du sein.

Pr Mahasti Saghatchian : Il s’agit d’une étude de phase III qui compare l’efficacité des chimiothérapies standards au Trastuzumab déruxtécan – ou Enhertu – chez des patientes atteintes d’un cancer du sein métastatique et ayant déjà reçu une ou deux lignes de chimiothérapie. Ce traitement conjugue une chimiothérapie, le Deruxtecan, à un anticorps, le Trastuzumab. Le but étant d’acheminer la chimiothérapie directement dans les cellules cancéreuses qui expriment le HER2.

 

Quelle est la particularité de cette étude ?

Habituellement, ce traitement est indiqué pour les cancers du sein dit « HER2+ », c’est-à-dire qui surexpriment le marqueur HER2. Mais dans cette étude, il a été administré à des patientes exprimant faiblement le HER2. On parle de HER2low : faible en Anglais.

Quels sont les résultats ?

Le traitement par Trastuzumab déruxtécan a permis d’augmenter la survie globale des patientes de 6,6 mois. La survie sans progression, c’est-à-dire sans aggravation de la maladie ou rechute, a également été améliorée de 4,8 mois. C’est considérable. C’est rare d’avoir de tels résultats dans des situations de cancer métastatique avancé. Historiquement, peu de chimiothérapies ont montré un tel gain en 2ème ou 3ème ligne.

Par ailleurs, il est intéressant de noter que ce traitement est efficace que la tumeur exprime ou non les récepteurs aux hormones sexuelles.

« C’est une vraie rupture dans l’histoire du cancer du sein »

En quoi est-ce un changement majeur ?

Il faut savoir que les cancers du sein sont classés en 3 sous-catégories : les cancers HER2+ qui surexpriment ce marqueur, les cancers hormonodépendants dits « RH+ » qui expriment les récepteurs aux hormones sexuelles (oestrogènes et progestérones) et les cancers triple négatifs qui n’expriment aucun de ces marqueurs.

Jusqu’à présent les thérapies ciblant le HER2, comme l’Herceptin, le Perjeta ou le Kadcyla, n’étaient efficaces que sur les tumeurs surexprimant ce marqueur. Faute de traitement, on considérait donc les patientes avec une tumeur HER2low comme des patientes avec une tumeur négative pour le HER2. On les classait dans les 2 autres sous-types de cancer du sein : soit dans les cancers hormonodépendants si leur tumeur exprimait les récepteurs aux hormones sexuelles, soit dans les cancers triples négatifs si elle ne l’exprimait pas.

Maintenant que nous avons un traitement pour les cancers HER2low, cela nous oblige à reconsidérer la classification des cancers du sein. Nous avons 2 nouvelles sous-catégories :  les cancers triples négatifs HER2low et les cancers hormonodépendants HER2low.

C’est une vraie rupture dans l’histoire du cancer du sein.

En quoi cela va changer la prise en charge des patientes ?

Cela signifie que nous avons un nouveau traitement pour les patientes souffrant d’un cancer triple négatif ou d’un cancer hormonodépendant qui exprime un peu le HER2. C’est révolutionnaire !

Est-ce que cela va également impacter vos pratiques ?

Tout à fait. Les anatomopathologistes, qui analysent les biopsies et classifient les tumeurs, indiquent actuellement l’expression de HER2 selon une graduation : entre 0 et +3. Entre 0 et +1, ils considéraient jusqu’à présent que la tumeur était négative pour le HER2. Maintenant que nous savons que nous pouvons cibler des tumeurs qui expriment même faiblement le HER2, il va nous falloir retourner dans les dossiers des patientes classées HER2- pour vérifier si leur tumeur expriment un peu le HER2.

Cela va nous inciter aussi à davantage biopsier nos patients au stade métastatique. On sait en effet que l’expression de HER2 varie selon le stade de la maladie. Il peut arriver par exemple qu’une patiente qui était HER2- au stade localisé, se mette à exprimer ce marqueur au stade métastatique. Il sera important de le vérifier en faisant de nouvelles biopsies pour déterminer si elle peut bénéficier du traitement.

Les patientes éligibles peuvent-elles bénéficier dès maintenant de ce traitement ?

Malheureusement non. Il n’y a plus d’essais cliniques dans lesquels on pourrait les inclure. Il va donc falloir attendre que le laboratoire obtienne un accès précoce auprès des autorités de santé pour qu’elles y aient accès. On a bon espoir que cela arrive dans les prochains mois car ce même traitement a récemment bénéficié rapidement d’un accès précoce dans une autre indication – celle des cancers du sein HER2+ – suite à de très bons résultats.

CE QU’IL FAUT RETENIR :

  • Le traitement Trastuzumab déruxtécan (ou Enhertu) conjugue une chimiothérapie (le Deruxtecan) à un anticorps (le Trastuzumab). Le but étant d’acheminer la chimiothérapie directement dans les cellules cancéreuses qui expriment le HER2.
  • Ce traitement permet de cibler les tumeurs qui expriment même faiblement le HER2 (HER2low).
  • Ce traitement permet d’augmenter la survie des femmes atteintes d’un cancer du sein métastatique HER2low ayant déjà reçu 1 ou 2 chimiothérapie.
  • Ces résultats remettent en cause la classification des cancers du sein. Ils mettent en évidence une sous-population, parmi les cancers triples négatifs et les cancers hormonodépendants, qui exprime faiblement le HER2.
  • Ce traitement pourrait être proposé aux femmes atteintes d’un cancer considéré jusque-là comme négatif pour le HER2 si leur tumeur exprime un peu le HER2.

Propos recueillis par Emilie Groyer


{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

Recherche et essais cliniquesC'est quoi la différence

Essais cliniques. Phases 1, 2, 3, c’est quoi la différence ?

Les essais cliniques permettent de déterminer l’efficacité et la toxicité d’un médicament. Cette évaluation comporte 3 phases. Quelles sont leurs différences dans le cadre du cancer ? On vous explique.

12 avril 2024

20:16

Podcast {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Cynthia : « Mon gynéco m’envoie un email : “Ce n’est pas bon…” »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Cynthia. Cynthia est créatrice de contenu sur les réseaux sociaux. Elle y fédère beaucoup de femmes touchées par un cancer du sein. Elle-même a vaincu la maladie. Elle garde un souvenir très précis du moment elle a su qu’elle avait un cancer. Elle se trouve alors à Paris, sur le toit du BHV. On est le mardi 13 septembre 2016.

8 avril 2024

51:36

Conférence {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire médical – Les cancers du sein triple négatifs

Le cancer du sein triple négatif est un sous-type de cancer du sein particulièrement agressif qui touche souvent les femmes jeunes. Pourquoi ? Qu'est-ce qui le distingue des autres cancers du sein ? Est-il plus à risque de devenir métastatique ? Comment le soigne-t-on actuellement ? Où en est la recherche ? Le Dr Olivier Tredan, coordonnateur du département de cancérologie médicale du Centre Léon Bérard, accompagné de Claude Coutier, présidente du Collectif Triplettes Roses et Christelle, une Triplette, répondent à toutes vos questions.

14 mars 2024

21:14

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Emma : « Je vais sélectionner les personnes qui seront à mes côtés »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire d’Emma. Alors qu’elle passe un oral d’anglais, Emma ressent une forte douleur dans sa poitrine. Elle consulte rapidement son médecin généraliste qui n’est autre que sa meilleure amie. C’est pas elle qu’elle apprendra qu’elle est atteinte d’un cancer du sein, une annonce qui réveille le côté guerrier de cette ancienne sportive.

11 mars 2024

{{ config.event.all }}

En ligne

Activité physiqueAtelier

Atelier Pratique Kiné : Les routines de renforcement musculaire

17 avril 202411h30 - 12h30

Vous êtes fatiguée au quotidien ? A cause des traitements et parce que vous pouvez moins bouger, vos muscles ont fondu et vous souhaitez y remédier ? Lors de cet atelier en petit groupe de mise en pratique, Jocelyne Rolland, kinésithérapeute et fondatrice des méthodes Rose Pilates et Avirose, vous montrera une routine simple à mettre en place pour vous remobiliser en douceur et lutter contre la fonte musculaire.

En ligne

Activité physiqueAtelier

Atelier Pratique Kiné : Les routines de renforcement musculaire

17 avril 202410h30 - 11h30

Vous êtes fatiguée au quotidien ? A cause des traitements et parce que vous pouvez moins bouger, vos muscles ont fondu et vous souhaitez y remédier ? Lors de cet atelier en petit groupe de mise en pratique, Jocelyne Rolland, kinésithérapeute et fondatrice des méthodes Rose Pilates et Avirose, vous montrera une routine simple à mettre en place pour vous remobiliser en douceur et lutter contre la fonte musculaire.

En ligne

Activité physiqueConférence

Webinaire Kiné – Limiter la fonte musculaire

3 avril 202411h00 - 12h00

Saviez-vous que la kinésithérapie peut vous aider à remobiliser votre corps en douceur pendant et après les traitements de votre cancer ? Lors de ce webinaire, Jocelyne Rolland, kinésithérapeute et fondatrice des méthodes Rose Pilates et Avirose, vous expliquera comment limiter la fonte musculaire et ainsi mieux gérer certains effets secondaires comme la fatigue, le lymphœdème ou encore la prise de poids.

En ligne

Reconstruction mammaireConférence

Tout savoir sur la reconstruction de l’aréole et du mamelon

3 juin 202418h30 - 19h30

Après une mastectomie, voir son mamelon et son aréole "redessinés" constitue souvent la touche finale à un (long…) parcours de reconstruction. Le Dr Benoit Couturaud, chirurgien plasticien et cancérologue à l'institut Curie, et Laurence Malzard, tatoueuse, fondatrice de Dermaréole et ancienne patiente, vous montreront comment la chirurgie et le tatouage peuvent y aider.