Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer sport adapté au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

ASCO 2023. Cancer du poumon : l’osimertinib divise par 2 le risque de décès chez les patients opérés mutés dans l’EGFR

{{ config.mag.article.published }} 8 juin 2023

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Les résultats en survie globale de l'étude AUDORA présentés cette année à l'ASCO confirme que la recherche systématique d'une mutation de l'EGFR dans le cancer du poumon non à petites cellules sauve des vies.

{{ config.mag.article.warning }}

Lorsqu’il est opérable, le cancer du poumon non à petites cellules1 se guérit par chirurgie (suivie ou non d’une chimiothérapie) dans 70% des cas. Mais pour les 30% de patients restants, le risque de rechute à court terme est élevé.

Il y a 3 ans, l’arrivée de l’osimertinib (Tagrisso) faisait grand bruit au congrès international de cancérologie de l’ASCO. Ce traitement, qui cible une mutation de l’EGFR, a en effet permis de réduire de plus de 80% le risque de rechute chez les patients opérables présentant cette mutation. Environ 1500 patients sont concernés en France chaque année. La thérapie ciblée revient sur le devant de la scène avec des résultats en survie globale impressionnants : une réduction de moitié du risque de décès.

Ne pas attendre la rechute

Le Pr Girard, oncologue spécialiste du poumon à l’institut Curie, confirme l’importance de ces résultats : « Ils vont changer les pratiques sans l’ombre d’un doute. Après les résultats de 2020, on se demandait encore s’il ne valait mieux pas attendre la rechute avant d’utiliser cette thérapie ciblée. Après tout, la grande majorité de nos patients sont guéris après la chirurgie, alors pourquoi les exposer inutilement à un nouveau traitement ? » Ces nouveaux résultats apportent une réponse claire : mieux vaut prévenir la rechute que la guérir, en d’autres termes, agir avant qu’elle ne soit là.

Rechercher systématiquement une mutation de l’EGFR

Ces résultats s’accompagneront obligatoirement d’un autre changement de pratique : rechercher systématiquement une mutation de l’EGFR chez les patients. « Actuellement, on recherche en générale cette mutation quand le cancer du patient reprogresse. Au vu de ces résultats, il faudra la faire dorénavant dès le diagnostic, selon le Pr Girard. Cela représenterait une perte de chance pour le patient de ne pas le faire »

CE QU’IL FAUT RETENIR :

Le traitement : L’osimertinib (Tagrisso) est une thérapie ciblée contre une mutation de l’EGFR
Les patients concernés : des personnes touchées par un cancer du poumon non à petites cellules, opérable et présentant une mutation de l’EGFR (ce qui représente environ 1500 personnes par an France)
Les bénéfices obtenus : réduction de 50% le risque de décès

Emilie Groyer

1. Forme la plus répandue du cancer du poumon


{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

Tristesse et dépressionActualité

ASCO 2024 – Détecter précocement les signes de dépression post-cancer

Identifier les femmes susceptibles de développer une dépression après un cancer du sein et ce, dès leur diagnostic, c’était l’objectif des travaux présentés cette année au congrès international de cancérologie de l’ASCO par le Dr Antonio Di Meglio. Il les décrypte pour nous.

14 juin 2024

Thérapie cellulaireActualité

ASCO 2024. Les dernières avancées dans le myélome multiple

Le Pr Steven Le Gouill, hématologue, directeur de l’Ensemble hospitalier de l'Institut Curie, décrypte pour nous les derniers résultats dans le traitement du myélome multiple présentés au congrès international de cancérologie de l'ASCO.

12 juin 2024

ImmunothérapiesActualité

ASCO 2024. Le point sur les avancées dans le cancer du poumon

Cette année encore des annonces importantes ont été faites lors du congrès international de cancérologie de l'ASCO. On revient sur celles qui concernent les traitements des cancers du poumon.

5 juin 2024

Recherche et essais cliniquesC'est quoi la différence

Essais cliniques. Phases 1, 2, 3, c’est quoi la différence ?

Les essais cliniques permettent de déterminer l’efficacité et la toxicité d’un médicament. Cette évaluation comporte 3 phases. Quelles sont leurs différences dans le cadre du cancer ? On vous explique.

12 avril 2024