Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

L’auto-compression comme solution à la peur de la mammographie

{{ config.mag.article.published }} 20 mars 2019

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

La douleur pousse de nombreuses femmes à renoncer au dépistage du cancer du sein par mammographie. Une étude française vient de montrer que l'inconfort de cette technique est mieux toléré quand les femmes contrôlent elles-mêmes la compression de leur poitrine.

{{ config.mag.article.warning }}

La mammographie est rarement une partie de plaisir. Outre la peur du résultat, la douleur liée à l’écrasement de la poitrine rebute de nombreuses femmes ; elle est d’ailleurs la raison pour laquelle les femmes refusent de continuer à participer au dépistage dans 25 à 45 % des cas. L’aplatissement du sein est pourtant essentiel comme le rappelle le Dr Philippe Henrot, responsable du service de radiologie de l’Institut de Cancérologie de Lorraine (ICL) : « La compression est faite pour réduire l’épaisseur du sein. On améliore ainsi la qualité de l’image et la possibilité de voir des anomalies, les plus petites possibles. Plus on réduit l’épaisseur du sein, meilleure sera l’image et plus on sera performant pour la détection. »

Une auto-compression plus importante et mieux tolérée

Les femmes tolèreraient-elles mieux la douleur si elles comprimaient elles-mêmes leur poitrine ? Une étude américaine de 2010 le laissait entendre. Le Dr Henrot a voulu le vérifier. Entre 2013 et 2015, il a coordonné une étude qui a inclus 549 femmes suivies dans 4 centres de lutte contre le cancer (l’ICL, l’Institut Bergonié de Bordeaux, l’Institut Curie de Paris et le Centre François Baclesse de Caen) mais également dans des cabinets privés nancéiens (le cabinet d’imagerie RX 125 et le service de radiologie de la polyclinique Majorelle) soit dans le cadre du dépistage organisé du cancer du sein soit pour des contrôles post-cancer.

Pour la moitié de ces femmes, la mammographie était réalisée classiquement par un manipulateur. L’autre moitié avait le contrôle de la pédale qui actionne les plaques comprimant la poitrine. « Le sein était d’abord positionné et comprimé par un manipulateur jusqu’à la valeur minimale en-dessous de laquelle l’appareil ne peut pas fonctionner. Elle n’est en général absolument pas gênante ou douloureuse. Ensuite, on donnait la pédale à la patiente » précise le radiologue.

Le résultat a été « une surprise » de l’aveu du Dr Henrot : non seulement les femmes comprimaient davantage leurs seins mais elles se plaignaient moins de la douleur. « Cela veut bien dire que, si une femme sait qu’elle peut s’arrêter quand elle veut parce qu’elle a le contrôle, elle tolère mieux cette compression. »

Une option pour les femmes réticentes

L’étude a également montré que la qualité de l’image obtenue n’était pas altérée. Un résultat important pour le Dr Henrot : « Nous voyons tous les jours des femmes réticentes à la mammographie. Elles nous demandent de leur faire uniquement une échographie ou de comprimer leurs seins le moins possible parce qu’elles ont souffert lors de leur visite précédente. Grâce à cette étude, nous avons montré que l’auto-compression est une option qui peut leur être proposée sans perte de chance. »

Même si l’auto-compression ne nécessite pas de matériel particulier, tous les centres de radiologie ne sont pas encore en mesure de la proposer. « Il faut que les équipes soient formées : qu’elles apprennent comment expliquer la technique à la patiente, comment gérer l’auto-compression… Par ailleurs, cette technique ne peut être proposée qu’à des femmes en mesure de rester debout tout en actionnant la pédale. Il ne faut donc pas qu’elle ait de problèmes orthopédiques par exemple. Certains fabricants commencent à proposer des systèmes plus ergonomiques avec une télécommande qu’on tiendrait dans la main mais c’est balbutiant… » explique le radiologue.

Il ne faut donc pas espérer pouvoir demander l’auto-compression le jour même de votre rendez-vous. Comme souvent en médecine, le changement de pratique prendra du temps et viendra des patients, comme le reconnaît le Dr Henrot : « Si les femmes sont de plus en plus nombreuses à demander l’auto-compression, on peut imaginer que les cabinets s’y mettront rapidement ».

Emilie Groyer


{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

Recherche et essais cliniquesC'est quoi la différence

Essais cliniques. Phases 1, 2, 3, c’est quoi la différence ?

Les essais cliniques permettent de déterminer l’efficacité et la toxicité d’un médicament. Cette évaluation comporte 3 phases. Quelles sont leurs différences dans le cadre du cancer ? On vous explique.

12 avril 2024

02:17

DouleursTout savoir sur

La Minute du Dr RoseUp – Les douleurs neuropathiques, késako ?

Les douleurs neuropathiques empoisonnent la vie de 35 % des personnes touchées par un cancer. Quels sont les symptômes, à quoi sont-elles dues et surtout, quelles solutions existent pour les soulager ? Le Dr RoseUp, incarné par le Dr Kierzek, vous explique tout.

29 décembre 2023

83:00

Hormonothérapie {{ config.replay.label }}

Replay Café hormono – Tout savoir sur l’hormonothérapie

L’hormonothérapie est synonyme pour beaucoup de bouffées de chaleur, prise poids, douleurs articulaires, sécheresse vaginale et autres joyeusetés ! Comment vivre avec une hormonothérapie ? Comment adoucir ou éviter les effets secondaires ? Lors de ce webinaire, vous pourrez échanger avec le Dr Lucie Véron, gynécologue à Gustave Roussy, qui vous donnera des pistes pour mieux vivre avec les effets secondaires de votre traitement d'hormonothérapie.

8 décembre 2023

63:00

Recherche et essais cliniques {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire médical – La biopsie liquide

Et si l'on pouvait diagnostiquer un cancer, détecter une récidive ou une résistance à un traitement par une simple prise de sang ? C'est la promesse de la biopsie liquide. Le Pr Catherine Alix Panabières, directrice du laboratoire des Cellules Circulantes Rares Humaines du CHU de Montpellier et co-inventrice de ce mot, vous explique comment fonctionne cette technique et comment elle pourrait très bientôt révolutionner la lutte contre le cancer.

8 décembre 2023

{{ config.event.all }}

Bordeaux

HormonothérapieAtelier

Conseils nutritionnels et mise en pratique – Spécial Hormonothérapie

6 mai 2024 • 13h30 - 15h30

Je suis sous hormonothérapie, dois-je bannir certains aliments de mes repas ? C'est quoi les aliments dits hormone-like ? Dois-je opter pour des compléments alimentaires et en éviter certains ?  Notre onco-diététicienne répondra à toutes ces questions (et bien d'autres) lors de cet atelier. Elle vous donnera également des conseils pour conserver une alimentation saine et équilibrée, pendant votre traitement d'hormonothérapie. 

Bordeaux

HormonothérapieConférence

Conférence – Comprendre et pallier les effets indésirables de l’hormonothérapie

16 mai 2024 • 10h00 - 11h30

L’hormonothérapie est synonyme pour beaucoup de bouffées de chaleur, prise poids, douleurs articulaires, sécheresse vaginale et autres joyeusetés ! Comment vivre avec une hormonothérapie ? Comment adoucir ou éviter les effets secondaires ? Venez rencontrer Bérangère ARNAL-MORVAN, médecin de la femme et phytothérapeute. Conférencière et enseignante en France et à l’étranger, elle est l’auteure de nombreux ouvrages et articles sur la santé de la femme au naturel. 

Bordeaux

HormonothérapieAtelier

Café RoseUp- Spécial Hormonothérapie

14 mai 2024 • 15h00 - 16h30

Le Café RoseUp est un moment de partage organisé autour d'un goûter convivial et chaleureux.  L'idée ? Vous offrir l'opportunité d'échanger avec d'autres femmes qui traversent la même épreuve que vous, dans un cadre bienveillant. Chaque semaine, une nouvelle thématique est abordée. Aujourd'hui, le Café RoseUp est animé par Valérie, une patiente partenaire qui a elle-même été touchée par la maladie. Thème du jour : L'hormonothérapie

En ligne

Activité physiqueAtelier

Atelier Pratique Kiné : Les routines de renforcement musculaire

17 avril 2024 • 11h30 - 12h30

Vous êtes fatiguée au quotidien ? A cause des traitements et parce que vous pouvez moins bouger, vos muscles ont fondu et vous souhaitez y remédier ? Lors de cet atelier en petit groupe de mise en pratique, Jocelyne Rolland, kinésithérapeute et fondatrice des méthodes Rose Pilates et Avirose, vous montrera une routine simple à mettre en place pour vous remobiliser en douceur et lutter contre la fonte musculaire.