Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Les biomarqueurs, késako ?

{{ config.mag.article.published }} 20 février 2023

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Utiles au dépistage, au diagnostic ou encore au choix des traitements contre le cancer, vous les croisez tout au long de votre parcours. Ce sont les biomarqueurs.

{{ config.mag.article.warning }}

Selon la définition du CIRC¹ de l’OMS², un biomarqueur correspond àtoute substance, structure ou processus pouvant être mesuré dans le corps humain ou les matrices biologiques susceptible d’influencer ou de prédire l’incidence ou l’apparition d’une maladie”. Prenons un exemple qui parle à tout le monde : la glycémie. Ce taux de sucre, que l’on détermine grâce à une prise de sang, renseigne sur un potentiel diabète. Les biomarqueurs se retrouvent également au niveau de nos tissus. Il peut alors s’agir de mutations touchant des protéines, de l’ARN ou de l’ADN, présentes soit dans l’ensemble de nos cellules, soit uniquement dans certaines d’entre elles ; dans les cellules d’une tumeur par exemple.

Des indices de la présence d’une tumeur

En cancérologie, ces indicateurs sont utiles à différents moments du parcours. Et ce, avant même que la maladie ne se déclare. Certains biomarqueurs génétiques servent à évaluer si vous avez un risque accru de développer un cancer. On pense par exemple aux mutations des gènes BRCA qui prédisposent aux cancers du sein et de l’ovaire.

D’autres biomarqueurs, notamment sanguins, sont utiles pour dépister précocement une tumeur ou valider un diagnostic. Il s’agit par exemple de protéines, produites naturellement par nos cellules, qui se retrouvent tout à coup en excès dans notre circulation, signe que des cellules se mettent à proliférer anormalement quelque part dans notre corps. Citons la surexpression de l’ACE (Antigène carcino-embryonnaire) évocateur notamment d’un cancer colorectal.

Indissociables de la médecine de précision

Une fois le cancer diagnostiqué, la détection ou non de cellules cancéreuses dans les ganglions et la présence de métastases (entre autres) permettent de déterminer le stade de la maladie. Ce sont de précieux indicateurs pour prévoir comment la maladie va évoluer. On parle alors de biomarqueurs “pronostiques”.

Depuis une dizaine d’années, les biomarqueurs font partie intégrante de la médecine de précision. Parce qu’ils éclairent sur les caractéristiques génétiques de la tumeur, ils permettent de sélectionner le traitement le plus adapté. Dans le cancer du poumon par exemple, la présence de mutations dans le gène ALK chez un patient orientera l’oncologue vers l’utilisation de thérapies capables de cibler spécifiquement cette altération.

Éviter des traitements inutiles

Les biomarqueurs peuvent également être utilisés à des fins de désescalade thérapeutique en prédisant si le malade pourra tirer un bénéfice de tel ou tel traitement. En cancérologie du sein, il arrive que l’équipe médicale s’interroge sur l’intérêt de donner une chimiothérapie afin de réduire le risque de récidive. L’analyse de la signature génomique de la tumeur est un moyen pour trancher la question et éviter à certaines patientes d’avoir à subir ce protocole.

Et dans la phase post-traitement, lorsque la maladie est en rémission ? Les patients sont alors soumis à des contrôles réguliers afin d’anticiper une éventuelle rechute, et là encore ces indicateurs sont de précieux alliés.

Vous l’aurez compris, les biomarqueurs jalonnent votre parcours, pour votre bien !

Par Emilie Groyer

¹Centre national de recherche sur le cancer
²Organisation mondiale de la santé

Retrouvez cet article dans Rose magazine (Numéro 23, page 32)


{{ config.mag.team }}

La rédaction de Rose magazine

02:10

Les soins de supportTout savoir sur

La Minute du Dr RoseUp – Les soins de support, késako ?

Ils permettent de mieux supporter les traitements du cancer et leurs effets secondaires : ce sont les soins de support. C'est quoi ? Comment en bénéficier ? Le Dr RoseUp, incarné par le Dr Kierzek, vous explique tout.

15 février 2024

01:00

Symptômes et diagnosticTout savoir sur

La Minute du Dr RoseUp – La radiologie interventionnelle, késako ?

Aujourd’hui, on vous dit tout sur cette technologie de pointe qu’est la radiologie interventionnelle. Ça sert à quoi ? Comment ça marche ? Quels sont ses avantages ? Le Dr RoseUp, incarné par le Dr Kierzek, vous explique tout.

9 février 2024

Activité physiqueTout savoir sur

Tout savoir sur l’activité physique adaptée (APA)

Ce soin de support est un allié incontournable pour améliorer la qualité de vie des personnes touchées par un cancer. Quels sont ses bienfaits ? Comment en bénéficier ? On vous dit tout sur l’activité physique adaptée.

5 février 2024

01:53

ImmunothérapiesTout savoir sur

La Minute du Dr RoseUp – L’immunothérapie, késako ?

L'immunothérapie a révolutionné la lutte contre le cancer. Son but principal est d’aider le corps du patient à lutter par lui-même contre la maladie, en stimulant son système immunitaire. Comment ça marche ? Qui est concerné ? Le Dr RoseUp, incarné par le Dr Kierzek, vous explique tout.

26 janvier 2024

{{ config.event.all }}

Bordeaux

TraitementsAtelier

ETP* pendant les traitements – Le rôle des soins support ?

20 mars 202414h00 - 15h00

Le Dr Ivan Krakowski, oncologue, vous présentera le rôle des soins supports et vous expliquera comment ils peuvent vous soulager durant les traitements.

Paris

Atelier

ETP* pendant les traitements – Le rôle des soins support

11 mars 202415h00 - 17h00

Docteur Laurent Migniot, médecin, vous présentera le rôle des soins supports durant les traitements . Cet atelier fait partie du programme d’Éducation Thérapeutique du Patient (ETP) pendant les traitements. Ce programme comprend 4 ateliers répartis sur 4 mois abordant les thèmes suivants : Être actrice de son parcours : le rôle des soins de supports Et si l'activité physique adaptée devenait une thérapie ? Prendre soin de soi après l'annonce Gérer son alimentation pendant les traitements

Paris

Estime de soiAtelier

ETP* pendant les traitements – Et si l’Activité physique adaptée devenait une thérapie ?

6 mars 202414h00 - 15h00

Débuter ou maintenir une activité physique pendant un cancer, c’est possible… à condition que celle-ci soit adaptée. Valérie Petit, coach sportive vous présentera les nombreux bienfaits de l'Activité physique adaptée : renforcement musculaire, diminution de la sensation de fatigue, amélioration de l’état émotionnel… Cet atelier fait partie du programme d’Éducation Thérapeutique du Patient* (ETP) pendant les traitements. Il a pour but d'aider le patient et son entourage à acquérir ou maintenir les compétences dont il aura besoin pour gérer au mieux son quotidien avec un cancer. Il comprend 4 ateliers répartis sur 4 mois abordant les thèmes suivants : - Être actrice de son parcours : le rôle des soins de supports - Et si l'activité physique adaptée devenait une thérapie ? - Prendre soin de soi après l'annonce - Gérer son alimentation pendant les traitements

Paris

Estime de soi

ETP* pendant les traitements – Et si l’Activité physique adaptée devenait une thérapie ?

7 février 202414h00 - 15h00

Débuter ou maintenir une activité physique pendant un cancer, c’est possible… à condition que celle-ci soit adaptée. Valérie Petit, coach sportive vous présentera les nombreux bienfaits de l'Activité physique adaptée : renforcement musculaire, diminution de la sensation de fatigue, amélioration de l’état émotionnel… Cet atelier fait partie du programme d’Éducation Thérapeutique du Patient* (ETP) pendant les traitements. Il a pour but d'aider le patient et son entourage à acquérir ou maintenir les compétences dont il aura besoin pour gérer au mieux son quotidien avec un cancer. Il comprend 4 ateliers répartis sur 4 mois abordant les thèmes suivants : - Être actrice de son parcours : le rôle des soins de supports - Et si l'activité physique adaptée devenait une thérapie ? - Prendre soin de soi après l'annonce - Gérer son alimentation pendant les traitements