Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer sport adapté au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

ESMO 2023. Cancer du poumon : ce qu’il faut retenir

{{ config.mag.article.published }} 3 novembre 2023

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Le Pr Nicolas Girard, pneumo-oncologue et chef du département d’oncologie médicale de l’Institut Curie, décrypte pour nous les derniers résultats présentés au congrès européen de cancérologie de l'ESMO.

Retranscription :

Quelles avancées ont été présentées cette année ?

Cette année, au congrès de l’ESMO, plusieurs résultats pour l’amélioration de la prise en charge des cancers du poumon avec, dans les différentes situations cliniques, de nouvelles études qui montrent la possibilité de nouvelles stratégies et de nouveaux médicaments qui démontrent leur intérêt.

Qu’en est-il dans les cancers avancés ou métastatiques ?

D’abord, Pour les situations de cancers du poumon avancés ou avec des métastases, on se trouve dans la situation où il y a un groupe de tumeurs qui portent de façon très spécifique des anomalies dans les gènes de la tumeur pour lesquels on peut donc considérer ces anomalies comme des interrupteurs que l’on peut éteindre avec des traitements ciblés, qui peuvent être par voie orale ou voie injectable. Plusieurs résultats dans des sous-groupes particuliers parce que finalement chaque interrupteur est différent et correspond à un traitement spécifique. On sait identifier ces altérations aujourd’hui, on les recherche systématiquement au diagnostic.

Quelles sont ces altérations ?

Des altérations dans un gène qui s’appelle RET, avec un traitement, le selpercatinib, qui démontre dès le diagnostic, en premier traitement, sa supériorité à la chimiothérapie. Un deuxième groupe de tumeurs, les EGFR exon 20, où même chose, on démontre l’intérêt de l’amivantamab : un anticorps qui cible à la fois l’EGFR et une autre protéine présente à la surface des cellules cancéreuses, qui s’associe cette fois à la chimiothérapie, et ce dès la première ligne de traitement.

Et pour les tumeurs qui ne présentent pas ces anomalies génétiques ?

Pour les tumeurs sans ce type d’anomalies, le traitement de première intention, c’est plutôt l’immunothérapie, voire avec de la chimiothérapie. Par contre, après, lorsque le traitement perd de son efficacité, on se retrouve dans une situation où c’est une chimiothérapie de type Taxotère ou Docétaxel qui est utilisée. On a vu des résultats avec un anticorps conjugué à la chimiothérapie : ces nouveaux médicaments qui apportent la chimiothérapie directement dans la cellule cancéreuse, de façon plus ciblée. Le Datopotamab deruxtecan montre un bénéfice justement par rapport à cette chimiothérapie historique. C’est donc un premier pas vers l’utilisation de cette nouvelle classe de médicaments dans les cancers du poumon.

Et si le cancer est opérable ?

En situation de tumeurs opérables, le grand message, et on a maintenant 4 essais randomisés qui en montrent l’intérêt : avant d’opérer une tumeur opérable, avant d’aller chez le chirurgien, il faut faire de la chimiothérapie et de l’immunothérapie pour se “vacciner” soi-même contre les rechutes. C’est vraiment un message important, on a des études très reproductibles sur le sujet : on a une réduction de 40 % du risque de récidive en faisant “juste” 3 injections de chimiothérapie-immunothérapie avant d’opérer et ça, ça change complètement la donne. Les études sont très reproductibles. Donc le message c’est : un chirurgien ne doit pas opérer d’emblée un cancer du poumon, il faut passer par cette phase de traitement pré-opératoire. Voilà les éléments qui ont été partagés lors de ce congrès de l’ESMO.

Propos recueillis par Emilie Groyer


{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

ImmunothérapiesActualité

ASCO 2024. Le point sur les avancées dans le cancer du poumon

Cette année encore des annonces importantes ont été faites lors du congrès international de cancérologie de l'ASCO. On revient sur celles qui concernent les traitements des cancers du poumon.

5 juin 2024

Recherche et essais cliniquesC'est quoi la différence

Essais cliniques. Phases 1, 2, 3, c’est quoi la différence ?

Les essais cliniques permettent de déterminer l’efficacité et la toxicité d’un médicament. Cette évaluation comporte 3 phases. Quelles sont leurs différences dans le cadre du cancer ? On vous explique.

12 avril 2024

21:44

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Nké : « Je découvre qu’on peut être atteint d’un cancer du poumon sans avoir jamais fumé »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu.  Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Nké. En novembre 2020, Nké a été diagnostiquée d'un cancer du poumon. Un choc. Elle n’a jamais fumé.  Pourquoi elle ? Devenu rapidement métastatique, son cancer s’est finalement révélé être d’une forme rare. Admise dans un essai clinique en avril 2022, cette maman solo de 49 ans en a été exclu 7 mois plus tard.  À ce jour, aucun traitement spécifique n’existe pour elle.

25 mars 2024

51:36

Conférence {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire médical – Les cancers du sein triple négatifs

Le cancer du sein triple négatif est un sous-type de cancer du sein particulièrement agressif qui touche souvent les femmes jeunes. Pourquoi ? Qu'est-ce qui le distingue des autres cancers du sein ? Est-il plus à risque de devenir métastatique ? Comment le soigne-t-on actuellement ? Où en est la recherche ? Le Dr Olivier Tredan, coordonnateur du département de cancérologie médicale du Centre Léon Bérard, accompagné de Claude Coutier, présidente du Collectif Triplettes Roses et Christelle, une Triplette, répondent à toutes vos questions.

14 mars 2024

{{ config.event.all }}

En ligne

Cancers métastatiquesTemps d'échange

Cancers métastatiques : questions/réponses nutrition

15 juillet 2024 • 11h00 - 12h00

Vivre avec un cancer métastatique c'est vivre en permanence avec la maladie à l'esprit. Bien s'alimenter au quotidien est un challenge de plus ! Venez échanger en petit groupe, avec Emilie Masi, onco-diététicienne, elle répondra à toutes vos questions et vous proposera des astuces et recettes adaptées.

Paris

Activité physiqueAtelier

Activité Physique Adaptée : spéciale cancer métastatique

15 juillet 2024 • 13h00 - 14h30

L’activité physique peut être proposée de manière bénéfique à toute personne atteinte de cancer, qu’elle soit en cours de traitement ou après traitement.

Paris

Activité physiqueAtelier

Activité Physique Adaptée : spéciale cancer métastatique

17 juillet 2024 • 15h30 - 17h00

L’activité physique peut être proposée de manière bénéfique à toute personne atteinte de cancer, qu’elle soit en cours de traitement ou après traitement.