Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Six femmes se glissent dans des chefs d’oeuvre de la peinture

{{ config.mag.article.published }} 6 mars 2015

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Qu’est-ce qu’être belle ? Six femmes malades se glissent au cœur de chefs-d’œuvre de la peinture. Et deviennent, avec leur histoire, leurs blessures, les nouveaux visages de la beauté.

{{ config.mag.article.warning }}

Mélanie Thobois, 41 ans –  La Jeune fille à la perle, de Johannes Vermeer

La Jeune à la perle ©François Rousseau

« J’ai accepté cette séance photo pour mes enfants, pour qu’ils soient fiers de moi! Lorsque j’ai commencé les traitements, j’ai dû arrêter de travailler. Depuis, je reste chez moi et j’avoue que j’ai été assez heureuse d’en sortir, de participer à un projet dont j’étais actrice. Lorsque mes enfants ont su que j’avais été choisie par Rose Magazine pour participer à une aventure photographique, ils étaient aussi heureux et émus que moi! Cela signifiait que je m’extrayais de la maladie. La Jeune Fille à la perle est une œuvre qui me « parle »: elle est douce et pose un regard apaisé sur la vie. Cela me va bien: je m’accepte telle que je suis, sans cils ni sourcils – même si leur perte a été plus difficile que celle des cheveux, finalement. C’est mon visage de transition. »

Sandrine l’Ara, 47 ans – La Liberté guidant le peuple, d’Eugène Delacroix

La Liberté guidant le peuple ©François Rousseau

« Ce shooting a été un vrai défi ! Pour moi qui suis très pudique et qui ai toujours, dans ma carrière d’actrice, refusé de me montrer nue, il s’agit d’un engagement fort. Je l’ai avant tout fait pour Rose Magazine, qui a été un soutien important dès l’annonce de mon cancer et dans les années qui ont suivi. Cette photo me permet aussi de montrer que certaines femmes refusent la reconstruction mammaire et s’assument ainsi. C’est mon cas. Je suis fatiguée des hôpitaux, des opérations et j’ai choisi de vivre désormais sans sein… Incarner la pasionaria de La Liberté guidant le peuple m’a tout de suite emballée: ce tableau illustre à la fois ma liberté, mon choix de rester une « amazone » et aussi le combat de tous les malades contre le cancer. C’est un symbole très fort. »

Delphine Molès, 38 ans – La Joconde, de Léonard de Vinci

La Joconde ©François Rousseau

« Quand j’ai accepté la séance photo, c’était avant tout pour envoyer un message positif aux lectrices du magazine: malade, chauve ou fatiguée, nous restons des femmes et nous ne devons pas avoir honte de notre image. Rose Magazine a été pour moi une bouffée d’oxygène pendant les traitements et je veux participer à ce journal qui m’a fait tant de bien à un moment particulièrement difficile! Cette photo illustre aussi cette période de ma vie, une épreuve qui me changera pour toujours. Lorsque le projet nous a été dévoilé, mon mari m’a dit en plaisantant: « Tu vas être La Joconde! » Il avait raison. Je me trouve belle sur cette image. Aujourd’hui, je peux me regarder plus sereinement dans un miroir. »

Découvrez le portrait de Delphine, notre Joconde, en vidéo :

Magali Legleye, 38 ans – Le Violon d’Ingres, de Man Ray

Le Violon d’Ingres ©François Rousseau

« À travers ce shooting, je voulais montrer que l’on peut faire de belles photographies, être un « modèle » artistique, même lorsqu’on souffre – ou que l’on a souffert – d’un cancer. Aujourd’hui, je peux affirmer que je suis fière de mes cicatrices de reconstruction: elles me font souffrir encore physiquement mais elles représentent ma victoire sur la maladie. Personnellement, je n’ai pas peur de regarder – ni de montrer – ces cicatrices. D’ailleurs, mon mari, qui adore la photographie en général et Man Ray en particulier, était aussi enthousiaste que moi ! »

Anne-Sophie, 34 ans (à gauche) et Anne-Cécile, 35 ans (à droite) – Gabrielle d’Estrées et sa soeur, peinture anonyme

Anne-Sophie : « J’ai accepté de poser pour Rose Magazine car je veux aider les autres femmes atteintes de cancer en donnant à voir ce qu’est une reconstruction mammaire. J’ai aussi envie de montrer qui je suis vraiment: nombreux sont ceux dans mon entourage qui ignorent que je porte une prothèse. Et même si désormais je me considère comme guérie, je garde encore des douleurs et des séquelles du cancer. Aujourd’hui, à travers cette photo, j’assume aux yeux de tous la maladie. J’assume les marques qu’elle a laissées sur mon corps. C’est une nouvelle étape de ma vie. Je suis fière d’en être capable. »

Anne-Cécile : « Figurer dans ce sujet photo est un immense défi pour moi. J’ai beaucoup de mal à accepter mon corps dépourvu de sein. J’ai longtemps pensé que cet état ne serait pas définitif et que je bénéficierais d’une reconstruction. Hélas, j’ai appris il y a quelques mois que je resterais sous chimio, probablement à vie. Et qu’il n’y aurait sans doute pas de reconstruction possible. Pour cette photo, il a fallu que je trouve le courage de me mettre à nu, de montrer un corps que je ne reconnais plus. Mais j’ai besoin d’avancer. Et cette image m’y aide. Prochaine étape: me mettre en maillot de bain. 2014 va être l’année de tous les changements ! »

Photo :  François Rousseau
Réalisation : Camille Jourdan


{{ config.mag.team }}

La rédaction de Rose magazine

Image et estime de soiEnquêtes

Cancers au masculin : quand le silence fait mâle

Si des hommes publics ont évoqué leur maladie, comme Florent Pagny en 2022, force est de constater que globalement, sur ce sujet, la gent masculine demeure mutique. Pourquoi est-ce si difficile, pour eux, de mettre des mots sur les maux ? On a posé la question.

13 novembre 2023

Actualité

Les Randonneuses : « Cette série est dédicacée à ma mère »

Lancée le 15 mai 2023 sur TF1, cette série en six épisodes qui aborde le cancer au féminin avec originalité et humour a réalisé un carton d’audience. A l’origine de cette idée, il y a Fanny Riedberger. Une productrice pugnace que la maladie a privé trop tôt de sa maman. Interview à cœur ouvert.

22 mai 2023

Actualité

Les Randonneuses : la série qui bouscule les clichés sur le cancer

Sur TF1, lundi 15 mai, démarre l’épopée des Randonneuses, soit six femmes touchées par un cancer qui partent à l’assaut d’un sommet afin d’y disperser les cendres d’une amie commune. Une comédie dramatique qui ose, touche et éclaire comme rarement sur l’expérience sensible de la maladie. Rencontre avec deux des actrices, Alix Poisson et Camille Chamoux, qui nous dévoilent les coulisses de cette folle aventure.

15 mai 2023

Image et estime de soiTémoignages

Cancer colorectal – « Je dis merci à ma cicatrice ! »

Ariya est atteinte d'un cancer colorectal qui lui a laissé une cicatrice de 26 cm sur le ventre. Un stigmate qu’elle a appris à aimer et qu’elle n’hésite pas à montrer pour aider celles et ceux qui ont du mal à accepter la leur.

{{ config.event.all }}

Bordeaux

Activité physiqueAtelier

1ère rencontre – APA

24 juin 2024 • 14h00 - 14h30

Débuter ou maintenir une activité physique pendant un cancer, c’est possible… à condition que celle-ci soit adaptée. Yann Franchet, intervenant en APA, vous rencontre en temps individuel pour élaborer avec vous vos besoins et votre accompagnement en fonction de votre parcours et de vos traitements. Il vous présentera également  les nombreux bienfaits de l'activité physique adaptée :  Renforcement musculaire, diminution de la sensation de fatigue, amélioration de l’état émotionnel…

Bordeaux

Activité physiqueAtelier

1ère rencontre – APA

24 juin 2024 • 14h30 - 15h00

Débuter ou maintenir une activité physique pendant un cancer, c’est possible… à condition que celle-ci soit adaptée. Yann Franchet, intervenant en APA, vous rencontre en temps individuel pour élaborer avec vous vos besoins et votre accompagnement en fonction de votre parcours et de vos traitements. Il vous présentera également  les nombreux bienfaits de l'activité physique adaptée :  Renforcement musculaire, diminution de la sensation de fatigue, amélioration de l’état émotionnel…

Bordeaux

Activité physiqueAtelier

1ère rencontre – APA

27 juin 2024 • 12h00 - 12h30

Débuter ou maintenir une activité physique pendant un cancer, c’est possible… à condition que celle-ci soit adaptée. Yann Franchet, intervenant en APA, vous rencontre en temps individuel pour élaborer avec vous vos besoins et votre accompagnement en fonction de votre parcours et de vos traitements. Il vous présentera également  les nombreux bienfaits de l'activité physique adaptée :  Renforcement musculaire, diminution de la sensation de fatigue, amélioration de l’état émotionnel…

Bordeaux

Activité physiqueAtelier

Danse

27 juin 2024 • 15h00 - 16h00

Notre intervenante, Solène, vous invite à vous laisser porter par la musique et associer un travail de respiration à un travail corporel. Vous pourrez ainsi laisser votre corps s’exprimer selon ses capacités et vos envies. Nul besoin de savoir danser. Relâchement et détente sont les maîtres-mots de cette pratique.