Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Isabelle Sarfati, co-fondatrice de l’Institut du sein : "La reconstruction mammaire n’est ni obligatoire ni urgente"

{{ config.mag.article.published }} 26 septembre 2013

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}
Barrikadestudio / Gallery stock / Photosenso

Pour celles qui désirent retrouver leur poitrine, il existe aujourd’hui plusieurs options. Laquelle est la mieux adaptée à son cas ? Tous les conseils du Docteur Isabelle Sarfati, co-fondatrice de l’Institut du sein à Paris.

{{ config.mag.article.warning }}

Toutes les femmes peuvent se faire reconstruire ?

Il n’existe pas de contre-indications à la reconstruction mammaire. Toutes les femmes ayant été opérées pour un cancer du sein peuvent se faire reconstruire. Cela ne modifie pas le pronostic de la maladie et n’empêche pas le suivi médical.

A quel moment la reconstruction mammaire peut-elle être envisagée ?

S’il n’y a pas de traitement par radiothérapie après la mastectomie, on peut faire une reconstruction mammaire immédiate, en même temps que la mastectomie. S’il y a eu de la radiothérapie, il est conseillé d’attendre au moins six mois, voire un an, avant d’envisager la reconstruction. L’intervention n’est ni obligatoire, ni urgente. Elle doit être considérée comme la possibilité d’un choix. Si vous n’êtes pas tout à fait décidée, il sera toujours possible d’intervenir, même dix ans plus tard.

Difficile de savoir à qui s’adresser, que leur conseillez-vous ?

De se tourner vers leur sénologue, leur oncologue, leur gynécologue… Ce sont eux qui connaissent le mieux les chirurgiens spécialisés dans la reconstruction mammaire. Il est possible de se faire opérer dans le secteur public ou privé. Dans le public, la majorité des services traitant les cancers du sein ainsi que les services de chirurgie plastique prennent en charge les reconstructions. En raison du délai d’attente, souvent supérieur à six mois dans le public, il est conseillé d’aller consulter peu de temps après la mastectomie, cela permet aussi de prendre son temps pour réfléchir aux différentes options et pour choisir son chirurgien. Pendant l’entretien avec le chirurgien, il ne faut pas hésiter à demander à voir des photos des opérations réalisées, ou s’il est possible de rencontrer des patientes opérées afin de partager leur expérience.

En fonction de quoi choisit-on la technique la plus adaptée ?

En fonction des possibilités techniques (souplesse et épaisseur de la peau, possibilité de prélever sur le ventre, de faire des greffes de graisse…) et des désirs de la patiente : souhaite-t-elle la reconstruction mammaire la mieux possible et est-elle prête pour cela à subir plusieurs interventions ? Ou préfère-t-elle un résultat peut-être moins ambitieux, en simplifiant les temps opératoires, accepte-elle une cicatrice dans le dos…

Combien de temps faut-il prévoir avant d’obtenir le résultat quasi définitif ?

Généralement, une reconstruction se fait en 3 étapes. La première intervention c’est la reconstruction du sein et, si besoin, la symétrisation de l’autre sein (nécessaire dans la moitié des cas). Deux mois plus tard, au cours du rendez-vous de bilan, on évalue le résultat et si cela est nécessaire on effectue des retouches. Puis, quand le résultat est jugé suffisamment symétrique, l’aréole et le mamelon sont reconstruits. Au total une reconstruction mammaire complète peut prendre entre 2 mois et 1an, si on espace les temps et qu’on fait des lipofillings.

Quels conseils donnez-vous à vos patientes avant et après une reconstruction mammaire ?

Avant, de choisir son chirurgien tranquillement et d’établir une relation de confiance. De masser la paroi et la cicatrice de mastectomie pour les assouplir et de prendre soin d’elles pour continuer à se plaire. Après ? D’essayer de passer à autre chose…

Pourquoi faut-il éviter le tabac ?

Parce que le tabac diminue les capacités de cicatrisation et augmente le taux de complications chirurgicales.

Préconisez-vous de préparer la peau en la massant après la radiothérapie ?

Oui lorsqu’une reconstruction du sein par prothèse est envisagée, car le massage assouplit bien les tissus et permet d’avoir de meilleurs résultats. Non s’il s’agit d’une reconstruction par lambeau, car le lambeau va apporter des tissus souples qui n’auront pas eu de radiothérapie.

Après l’opération, dans quels cas prescrivez-vous de la rééducation à vos patientes ?

Il n’est pas toujours nécessaire de faire de la rééducation après une reconstruction mammaire, la mobilité du bras n’est, en général, pas affectée. Mais les patientes qui ont eu une reconstruction avec un grand dorsal semblent moins gênées par leur dos si elles font de la natation.

Et les massages ?

D’une manière générale, les massages sont bénéfiques à la souplesse des tissus : drainage manuel, LPG…, le kiné adaptera la méthode aux tissus.


{{ config.mag.team }}

La rédaction de Rose magazine

20:13

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Sandrine : « Quand le diagnostic du cancer tombe, c’est le deuil de l’enfant que je dois faire… »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Découvrez l’histoire de Sandrine. Infirmière, mariée, Sandrine est une femme heureuse. Sauf qu’elle n’arrive pas à tomber enceinte. Elle se lance alors dans un parcours de PMA et enchaîne plusieurs tentatives toutes infructueuses. Il lui reste une chance, la dernière. C’est alors qu’on lui détecte une tumeur au sein.

22 avril 2024

20:16

Podcast {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Cynthia : « Mon gynéco m’envoie un email : “Ce n’est pas bon…” »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Cynthia. Cynthia est créatrice de contenu sur les réseaux sociaux. Elle y fédère beaucoup de femmes touchées par un cancer du sein. Elle-même a vaincu la maladie. Elle garde un souvenir très précis du moment elle a su qu’elle avait un cancer. Elle se trouve alors à Paris, sur le toit du BHV. On est le mardi 13 septembre 2016.

8 avril 2024

51:36

Conférence {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire médical – Les cancers du sein triple négatifs

Le cancer du sein triple négatif est un sous-type de cancer du sein particulièrement agressif qui touche souvent les femmes jeunes. Pourquoi ? Qu'est-ce qui le distingue des autres cancers du sein ? Est-il plus à risque de devenir métastatique ? Comment le soigne-t-on actuellement ? Où en est la recherche ? Le Dr Olivier Tredan, coordonnateur du département de cancérologie médicale du Centre Léon Bérard, accompagné de Claude Coutier, présidente du Collectif Triplettes Roses et Christelle, une Triplette, répondent à toutes vos questions.

14 mars 2024

21:14

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Emma : « Je vais sélectionner les personnes qui seront à mes côtés »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire d’Emma. Alors qu’elle passe un oral d’anglais, Emma ressent une forte douleur dans sa poitrine. Elle consulte rapidement son médecin généraliste qui n’est autre que sa meilleure amie. C’est pas elle qu’elle apprendra qu’elle est atteinte d’un cancer du sein, une annonce qui réveille le côté guerrier de cette ancienne sportive.

11 mars 2024

{{ config.event.all }}

En ligne

Activité physiqueAtelier

Atelier Pratique Kiné : Les routines de renforcement musculaire

17 avril 202411h30 - 12h30

Vous êtes fatiguée au quotidien ? A cause des traitements et parce que vous pouvez moins bouger, vos muscles ont fondu et vous souhaitez y remédier ? Lors de cet atelier en petit groupe de mise en pratique, Jocelyne Rolland, kinésithérapeute et fondatrice des méthodes Rose Pilates et Avirose, vous montrera une routine simple à mettre en place pour vous remobiliser en douceur et lutter contre la fonte musculaire.

En ligne

Activité physiqueAtelier

Atelier Pratique Kiné : Les routines de renforcement musculaire

17 avril 202410h30 - 11h30

Vous êtes fatiguée au quotidien ? A cause des traitements et parce que vous pouvez moins bouger, vos muscles ont fondu et vous souhaitez y remédier ? Lors de cet atelier en petit groupe de mise en pratique, Jocelyne Rolland, kinésithérapeute et fondatrice des méthodes Rose Pilates et Avirose, vous montrera une routine simple à mettre en place pour vous remobiliser en douceur et lutter contre la fonte musculaire.

En ligne

Activité physiqueConférence

Webinaire Kiné – Limiter la fonte musculaire

3 avril 202411h00 - 12h00

Saviez-vous que la kinésithérapie peut vous aider à remobiliser votre corps en douceur pendant et après les traitements de votre cancer ? Lors de ce webinaire, Jocelyne Rolland, kinésithérapeute et fondatrice des méthodes Rose Pilates et Avirose, vous expliquera comment limiter la fonte musculaire et ainsi mieux gérer certains effets secondaires comme la fatigue, le lymphœdème ou encore la prise de poids.

En ligne

Reconstruction mammaireConférence

Tout savoir sur la reconstruction de l’aréole et du mamelon

3 juin 202418h30 - 19h30

Après une mastectomie, voir son mamelon et son aréole "redessinés" constitue souvent la touche finale à un (long…) parcours de reconstruction. Le Dr Benoit Couturaud, chirurgien plasticien et cancérologue à l'institut Curie, et Laurence Malzard, tatoueuse, fondatrice de Dermaréole et ancienne patiente, vous montreront comment la chirurgie et le tatouage peuvent y aider.