{{ config.search.label }}

Suggestions

soin de support beauté et cancer socio-esthétique onco-esthétique perte de cheveux perte de sourcils ongles fragiles détente et bien-être cancer du sein sport adapté au cancer perte des cils témoignage autour du cancer activité physique adaptée coronavirus maquillage cancer métastatique gestion du stress apa prenez la une focus cancer du sein psycho être maman et avoir un cancer mastectomie  grossesse et cancer reconstruction mammaire essai clinique contre le cancer coiffure enfant cheveux innovation contre le cancer

{{ config.home }} > {{ config.mag.label }} > La vie personnelle > Q/R Cancer et psycho : « Je me sens en décalage avec les autres… »

Q/R Cancer et psycho : « Je me sens en décalage avec les autres… »

Sophie Lantheaume, psychologue clinicienne de la santé à l’hôpital privé Drôme Ardèche, répond à vos questions. Aujourd’hui, elle conseille Ambre.

Ambre : Depuis mon cancer, je me sens en décalage avec les autres. J’ai l’impression qu’on ne se comprend plus, que nous n’avons plus la même vision des choses, plus les mêmes attentes. Comment faire pour réduire ce fossé ?

Sophie Lantheaume : Faire l’expérience de la maladie, c’est porter un autre regard sur la vie, sur l’existence. L’après-cancer est souvent un moment de bilan. La personne malade, ou qui a été malade, peut ressentir des difficultés à (re)trouver sa place ou une place au sein de la société, mais aussi dans ses groupes d’amis ou sa famille proche. Après une telle épreuve, un décalage « naturel » se crée entre la personne qui a fait face à une maladie potentiellement mortelle et les autres, ceux qui n’ont jamais eu, ou pas encore eu, de maladie grave.

C’est comme si vous étiez « éclairée » sur ce que la vie représente aujourd’hui. Par exemple, vous savez très certainement mieux prendre et apprécier les petits bonheurs de la vie maintenant, certaines choses qui pouvaient vous sembler importantes avant la maladie vous semblent futiles ou sans importance aujourd’hui… D’une certaine manière, c’est comme si les autres non-malades étaient dans le noir, sans le savoir. Ils ne voient pas tout ce qui les menace et en même temps, ne voient pas non plus à quel point c’est une chance d’être en vie !

Peut-être que dans le « comment faire » de votre question, nous pourrions mettre de la compassion et de l’amour envers ces autres. Je vous propose de lire le dernier ouvrage de Christophe André nommé Consolations qui partage beaucoup sur ces ressentis. Cela pourrait vous aider.

{{ config.newsletters.subscribe.email }}
{{ config.newsletters.subscribe.firstname }}
{{ config.newsletters.subscribe.lastname }}

{{ config.video.title }}


La boutique RoseUp


{{ config.mag.related }}

RoseUp Association

L'Association RoseUp est une association d'intérêt général fondée par des patients et des proches de patients. Elle informe, soutient les personnes touchées par le cancer et leurs proches, et défend leurs droits. L'association édite notamment un magazine semestriel gratuit, haut de gamme, destiné aux femmes malades de cancer : Rose Magazine.

L'Association a reçu du Ministère de la santé l'agrément national de représentation des usagers de santé auprès des instances publiques.

Face aux cancers, osons la vie !






© 2022 - RoseUp Association

{{ config.cookies.manage }}