Syndrome mains-pieds : trois rituels pour les soulager

Gonflements, douleurs, brûlures, crevasses, sur la plante des pieds ou la paume des mains… Pour ne plus subir ces réactions inflammatoires, adoptez la bonne routine.

©Philippe Kerlo / thelicensingproject.com

Selon son grade, de 1 à 3, le syndrome mains-pieds se manifeste de différentes manières : rougeurs, gonflement, sécheresse, ampoules, crevasses, hypersensibilité, fourmillements, douleurs, au niveau de la paume des mains et de la plante des pieds. Ces réactions inflammatoires débutent après quelques semaines de certaines chimiothérapies. « Comme le 5-FU, l’UFT™ et le Xeloda™, les protocoles de type FEC contenant de l’épirubicine, les Taxol™ et Taxotère™ ou encore la cytarabine », énumère le Dr Florence Granel-Brocard, dermatologue au CHU de Nancy. Ces produits fragilisent les microvaisseaux sanguins des mains et des pieds. Avec les thérapies ciblées, telles que le sunitinib (Sutent™) et le sorafénib (Nexavar™), ces phénomènes s’accompagnent en outre d’hyperkératose. C’est-à-dire que la peau s’épaissit, devient jaune, rugueuse et dure au toucher, particulièrement au niveau des talons et sur les zones de frottement avec les chaussures.

Premier conseil : n’attendez pas le début de votre traitement pour chouchouter vos pieds et vos mains. Commencez par une séance chez un pédicure-podologue. « Le fait d’enlever les callosités réduit le risque d’avoir un syndrome mains-pieds », explique Hédi Chabanol, responsable de l’espace de soins et d’étude de la peau à l’institut Curie. Et adoptez le plus rapidement possible les routines qui font du bien où ça peut faire mal.

Sérénité pour prendre soin de vos mains et de vos pieds au quotidien

À l’heure de la toilette. Oubliez les savons (notamment de Marseille) trop irritants, et préférez la douceur avec des pains surgras, des syndets ou des huiles lavantes. Prenez des douches courtes à une température modérée.

Au long de la journée. Même en l’absence de signes, hydratez plusieurs fois par jour, et généreusement, vos pieds et vos mains. Notre spécialiste Hédi Chabanol conseille les baumes ultranourrissants, ou le beurre de karité. Pour optimiser ces soins, Annabel Guy, pharmacienne et phyto-aromathérapeute, conseille d’appliquer en plus un soin cocooning à faire soi-même : « Mélangez directement dans le creux de la main de l’huile végétale de rose musquée ou d’argousier, de préférence bio, à deux gouttes de bourgeon de cassis bio (gemmothérapie), aux propriétés naturellement anti-inflammatoires. Ajoutez une goutte d’huile essentielle de lavande aspic bio, antalgique et réparatrice. »

Côté alimentation. Parce que la peau se nourrit aussi de ce que vous mangez, favorisez les oméga 3. Annabel Guy propose ainsi d’ajouter régulièrement à vos menus des petits poissons gras (type sardines, harengs, anchois), des légumes à feuilles vertes, et d’opter pour l’huile de noix ou de colza première pression à froid bio pour la cuisson et l’assaisonnement.

Notre shopping.
Soins lavants : Pain dermatologique, A Derma / Huile lavante relipidante Lipikar, La Roche-Posay / Cold cream gel nettoyant, Avène.

Crèmes et baumes : Beurre de karité, Cattier / Cicabio pommade, Bioderma / Cicaplast Baume B5 La Roche-Posay / Crème hydratante mains et pieds, Ozalys.

 

Confort. Pour soulager lorsque les brûlures et douleurs s’intensifient

Trempez vos mains et vos pieds dans de l’eau fraîche, et/ou appliquez de la glace, maintenue dans un linge, sur la paume et la plante des pieds. Séchez-les en les tamponnant délicatement avec une serviette douce.

Laissez vos mains et vos pieds découverts le plus souvent possible, surtout les zones touchées. Faites des cataplasmes avec des crèmes ou des baumes émollients, à base ou non d’urée. Appliquez en couche épaisse, entourez de film alimentaire ou de gants en coton. À garder une heure, pas plus, sinon l’ensemble « macère ». Une fois le film enlevé, massez avec le surplus. Il existe aussi des gants et des chaussons de soins prêts à l’emploi. Pratiques et apaisants.

Pour soulager la sensation de brûlure, utilisez des packs glacés type cold hot (ou un sac de petits pois surgelés) enveloppés d’un tissu isolant. Selon l’endroit où vous êtes soignée, l’équipe pourra vous proposer des gants et des chaussons réfrigérants. N’hésitez pas à les utiliser ; en contractant les petits vaisseaux sanguins, le froid diminue l’exposition locale au médicament.

Notre shopping.
Crèmes et baumes : Cold cream®, Uriage / Atoderm Xereane, Bioderma / Baume relipidant apaisant, Saint-Gervais / Cérat de Gallien, Cooper.

Gants et chaussons de la marque Même / Gants et chaussettes Podosolution chez Paramed (remboursés par la Sécurité sociale sur prescription médicale).

 

SPA. Spécial syndrome mains-pieds hyperkératosique

Pour la toilette, même chose que pour le rituel sérénité.

Au long de la journée. On hydrate là encore au maximum et fréquemment, mais cette fois avec des formules émollientes et kératolytiques contenant de l’urée. Si votre peau est très inflammatoire, votre médecin pourra vous prescrire des antalgiques, des anti-inflammatoires ou des crèmes à base de corticoïdes (Diprosone®, Dermoval®, Diprolène®), ainsi que de la vitamine B6. En complément, un traitement homéopathique et des séances d’acupuncture sont tout à fait envisageables. « Ainsi que de la luminothérapie par LED (diodes électroluminescentes) pour atténuer l’inflammation, ajoute la dermatologue Daphné Thioly-Bensoussan. En stimulant le collagène, les lumières jaune et rouge aident les tissus à cicatriser. » Si le syndrome persiste, votre oncologue pourra décider de diminuer les doses ou d’arrêter temporairement vos traitements, le temps pour votre peau de récupérer.

Notre shopping.
Crèmes kératolytiques : Xerial 30 à 50, SVR / Akérat 30, Avène / Kératosane 30, Uriage.

Antifissures : Bariéderm Onguent / Stick fissures et crevasses, Uriage / Épithélium – Protections anticrevasses, Epitact / Kit anticrevasses doigts fissurés, Epitact.

BONS ET MAUVAIS RÉFLEXES

À FAIRE : protéger ses mains avec des gants en latex pour les petites tâches de la vie quotidienne. Protéger les zones de friction des pieds avec des pansements hydrocellulaires, des orthèses ou des semelles orthopédiques, qui répartiront et limiteront les zones de pression.

À NE PAS FAIRE : prendre des douches et des bains très chauds, et de manière générale s’exposer à une source de chaleur. Utiliser une râpe à pieds, du gel hydroalcoolique, ou des produits détergents. Mettre des chaussures trop serrées, synthétiques ou en plastique, se lancer dans de longues marches. Éviter tout traumatisme des mains donc… plus de bricolage ni de jardinage !

Céline Dufranc

Retrouvez cet article dans Rose Magazine (Numéro 18, p. 100)