Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

ASCO 2023. Cancers de l’ovaire : la révolution des ADC

{{ config.mag.article.published }} 22 juin 2023

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Grâce à l'arrivée de chimiothérapies vectorisées, les oncologues disposent de nouveaux traitements prometteurs contre le cancer de l'ovaire.

Lorsqu’un cancer de l’ovaire récidive, les oncologues ne disposent d’autres moyens pour le contrecarrer que le recours à une chimiothérapie. Une option peu satisfaisante puisqu’à ce stade de la maladie son efficacité est limitée et ses effets indésirables importants. Les anticorps conjugués à des drogues, ou ADC1 pour les intimes, pourraient bien changer la donne. C’est ce que suggèrent les dernières études présentées cette année au congrès international de cancérologie de l’ASCO.

Une survie prolongée

Les ADC font partie d’une nouvelle classe de thérapie ciblée. Ils consistent à fixer la chimiothérapie sur un anticorps dirigé contre un récepteur exprimé à la surface des cellules cancéreuses pour la véhiculer au cœur de la tumeur.

C’est le principe du Mirvetuximab soravtansine (MIRV). Cet ADC cible le récepteur alpha au folate retrouvé sur plus de 75% des cellules tumorales de l’ovaire. Son efficacité a été évaluée dans l’étude de phase III MIRASOL chez des patientes déjà traitées par chimiothérapies aux sels de platine (l’une de 2 grandes familles de chimiothérapies utilisées dans le cancer de l’ovaire) et ayant rechuté.

En comparaison à une chimiothérapie conventionnelle, ce nouveau traitement améliore la survie globale des femmes malades de 26 à 49%. « Le taux de réponse était également important : 20% des tumeurs ont régressé de manière significative. Il y a même eu des réponses complète, c’est-à-dire qu’on ne détectait plus de trace de la tumeur, précise le Dr Olivia Le Saux, oncologue médicale au Centre Léon Bérard. C’est un résultat important car les cancers de l’ovaire résistants aux platines sont symptomatiques. En réduisant la tumeur, on offre donc une meilleure qualité de vie aux patientes. »

Seul ombre au tableau : le MIRV provoque des effets indésirables oculaires importants chez un tiers des patientes. « Et ce, malgré un traitement préventif. C’est une inquiétude sur cette étude » admet l’oncologue.

D’autres ADC en cours d’évaluation

La bonne nouvelle, c’est que le MIRV n’est pas le seul ADC disponible dans le cancer de l’ovaire. D’autres molécules prometteuses sont en cours d’évaluation.

Comme par exemple le Luveltamab tazevibulin. Cet ADC, dirigé contre la même cible que le MIRV, a été évalué dans l’essai de phase I STRO-002. « Il s’agit d’une phase encore précoce mais cet ADC pourrait présenter 2 avantages par rapport au MIRV. D’une part, il présente moins d’effets secondaires oculaires. D’autre part, il concerne davantage de femmes puisque, selon l’étude, 70 à 80% des patientes pourraient en bénéficier » décrypte le Dr Le Saux.

De nouvelles cibles

L’essai de phase II DESTINY-PanTumor02 (DPT02) quant à lui, évaluait le trastuzumab deruxtecan (Enhertu). Cet ADC cible un autre marqueur bien connu dans d’autres localisation de cancer (notamment le cancer du sein)  : HER2. « Dans le cancer de l’ovaire, l’enhertu montre des taux de réponse importants chez des femmes ayant déjà reçu au moins 2 lignes de traitement, notamment celles dont la tumeur exprime le HER2. Les résultats doivent encore être confirmés mais c’est un espoir pour les patientes fortement prétraitées » explique le Dr Le Saux.

L’arrivée de ces thérapies ciblées a une autre implication bien plus globale : mieux caractériser les tumeurs : « Grâce aux ADC, on est en train d’assister à un « démembrement » du cancer de l’ovaire » constate le Dr Le Saux. Comme le cancer du sein, ou plutôt les cancers du sein, qui sont aujourd’hui classés par sous-types en fonction des marqueurs présents à la surface des cellules tumorales et qui bénéficient de traitements spécifiques pour chacun des sous-types, on peut imaginer que les tumeurs de l’ovaire seront bientôt mieux classifiées et donc mieux traitées. « Cela va révolutionner la prise en charge de ce cancer » s’enthousiasme l’oncologue.

 

Emilie Groyer

1. Antibody Drug Conjugate.
2. Délai pendant lequel la maladie ne progresse plus.


{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

Thérapie cellulaireActualité

ASCO 2024. Les dernières avancées dans le myélome multiple

Cette année encore des annonces importantes ont été faites lors du congrès international de cancérologie de l'ASCO. Le Pr Steven Le Gouill, hématologue, directeur de l’Ensemble hospitalier de l'Institut Curie, décrypte pour nous les derniers résultats dans le traitement du myélome multiple.

12 juin 2024

ImmunothérapiesActualité

ASCO 2024. Le point sur les avancées dans le cancer du poumon

Cette année encore des annonces importantes ont été faites lors du congrès international de cancérologie de l'ASCO. On revient sur celles qui concernent les traitements des cancers du poumon.

5 juin 2024

21:38

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Aurélie : « J’ai compris ce que c’était que d’être aimée à ce moment-là »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire d’Aurélie. C’est au cours d’un examen gynécologique de routine qu’on lui découvre des masses au niveau de l’utérus. Une mauvaise nouvelle qui tombe d’autant plus mal, qu’elle vient de rencontrer un homme charmant. Est-ce que cette annonce signera la fin de cette belle histoire ?

20 mai 2024

Recherche et essais cliniquesC'est quoi la différence

Essais cliniques. Phases 1, 2, 3, c’est quoi la différence ?

Les essais cliniques permettent de déterminer l’efficacité et la toxicité d’un médicament. Cette évaluation comporte 3 phases. Quelles sont leurs différences dans le cadre du cancer ? On vous explique.

12 avril 2024

{{ config.event.all }}

Paris

Atelier

ETP* pendant les traitements – Le rôle des soins support

3 juin 2024 • 15h00 - 17h00

Docteur Laurent Migniot, médecin, vous présentera le rôle des soins supports durant les traitements . Cet atelier fait partie du programme d’Éducation Thérapeutique du Patient (ETP) pendant les traitements. Ce programme comprend 4 ateliers répartis sur 4 mois abordant les thèmes suivants : Être actrice de son parcours : le rôle des soins de supports Et si l'activité physique adaptée devenait une thérapie ? Prendre soin de soi après l'annonce Gérer son alimentation pendant les traitements

Bordeaux

HormonothérapieConférence

Conférence – Comprendre et pallier les effets indésirables de l’hormonothérapie

16 mai 2024 • 10h00 - 11h30

L’hormonothérapie est synonyme pour beaucoup de bouffées de chaleur, prise poids, douleurs articulaires, sécheresse vaginale et autres joyeusetés ! Comment vivre avec une hormonothérapie ? Comment adoucir ou éviter les effets secondaires ? Venez rencontrer Bérangère ARNAL-MORVAN, médecin de la femme et phytothérapeute. Conférencière et enseignante en France et à l’étranger, elle est l’auteure de nombreux ouvrages et articles sur la santé de la femme au naturel. 

Bordeaux

HormonothérapieAtelier

Café RoseUp- Spécial Hormonothérapie

14 mai 2024 • 15h00 - 16h30

Le Café RoseUp est un moment de partage organisé autour d'un goûter convivial et chaleureux.  L'idée ? Vous offrir l'opportunité d'échanger avec d'autres femmes qui traversent la même épreuve que vous, dans un cadre bienveillant. Chaque semaine, une nouvelle thématique est abordée. Aujourd'hui, le Café RoseUp est animé par Valérie, une patiente partenaire qui a elle-même été touchée par la maladie. Thème du jour : L'hormonothérapie

Bordeaux

Atelier

ETP* pendant les traitements – Le rôle des soins support ?

7 mai 2024 • 11h00 - 12h00

Le Dr Ivan Krakowski, oncologue, vous présentera le rôle des soins supports et vous expliquera comment ils peuvent vous soulager durant les traitements.