Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Cancer du sein hormonodépendant, HER2+, triple négatif : c’est quoi la différence ?

{{ config.mag.article.published }} 5 avril 2023

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Il n'existe pas un mais des cancers du sein. Trois pour être précis. Qu'est-ce qui les distingue ? On fait le point.

{{ config.mag.article.warning }}

Les cancers du sein hormonodépendants, HER2 positifs et les triple négatifs se distinguent par :

Les biomarqueurs

On classe les cancers du sein en fonction de biomarqueurs – des protéines présentes à la surface des cellules tumorales – pour lesquels on dispose de traitements. Il existe actuellement 3 principaux biomarqueurs pour caractériser une tumeur du sein :

– les récepteurs aux hormones sexuelles féminines : l’œstrogène et la progestérone,

– le HER2: un récepteur à un facteur de croissance impliqué la prolifération cellulaire.

Ainsi, les cancers du sein qui ne présentent à leur surface que des récepteurs aux hormones sexuelles sont dits hormonodépendants ou hormonosensibles. On parle aussi de cancers du sein RH positifs.

Les cancers du sein qui présentent à leur surface beaucoup de récepteurs HER2 sont dits HER2 positifs. Ils peuvent être RH positifs ou RH négatifs.

Les cancers du sein triple négatifs, comme leur nom l’indique, n’ont aucun de ces 3 biomarqueurs (récepteurs aux oestrogènes, récepteurs à la progestérone et HER2).

Depuis peu, on parle également de cancers du sein HER2 low, c’est-à-dire qui expriment faiblement le biomarqueur HER2. Il ne s’agit pas d’un nouveau sous-type de cancer du sein en tant que tel mais plutôt d’une subdivision puisqu’une partie des cancers hormonodépendants et des cancers triple négatifs sont HER2 low.

La répartition

Le cancer du sein hormonodépendant est le cancer du sein le plus fréquent puisqu’il représente 70% des cas. Les cancers du sein HER2 positif et triple négatif représentent chacun 15% des cas.

L’âge de survenue

L’âge médian de survenue d’un cancer du sein est de 63 ans, tout sous-type confondu. Le cancer du sein triple négatif touche en moyenne des femmes plus jeunes, autour de 53 ans.

Prédisposition génétique

Certaines mutations génétiques, héritées de notre mère ou de notre père, augmentent le risque de survenue d’un cancer du sein et ce, à un jeune âge (moins de 50 ans). Les mutations les plus connues sont celles touchant le gène BRCA : BRCA1 et BRCA2.

Comme on dispose de traitements dont l’efficacité dépend de la présence de cette mutation (voir plus bas), on la recherchera chez les femmes qui ont des risques importants d’en avoir hérité. Par exemple, si le cancer est survenu avant l’âge de 40 ans ou s’il est triple négatif. En effet, environ 60% des cancers du sein avec une mutation BRCA1 sont triple négatifs.

Les traitements

Il existe des traitements communs aux 3 sous-types de cancer du sein car leur efficacité ne dépend pas (ou peu) de la présence ou non de biomarqueurs. Schématiquement, il s’agit de la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie.

Mais il existe également des traitements plus spécifiques qui reposent sur la présence des 3 biomarqueurs précédemment cités.

– Les cancers du sein hormonodépendants sont ainsi traités avec des hormonothérapies qui bloquent l’action des hormones. Il s’agit par exemple du tamoxifène (Nolvadex, Tamofen), du fulvestrant (Faslodex), du létrozole (Femara), du anastrozole (Arimidex) ou encore de l’exemestane (Aromasine).

– Les cancers du sein HER2 positifs  sont traités avec des thérapies ciblées qui bloquent le HER2, comme le trastuzumab (Herceptin), le pertuzumab (Perjeta) ou le trastuzumab emtansine (Kadcyla).

– Il n’existe en revanche pas de traitement ciblé pour les cancers du sein triple négatifs puisqu’à l’heure actuelle aucun biomarqueur pouvant servir de cible à des traitements n’a été identifié à leur surface. Ce cancer peut toutefois se révéler sensible à l’immunothérapie, un traitement dont le but est de stimuler nos défenses immunitaires pour qu’elles éliminent par elles-même les cellules tumorales. Pour le vérifier, on recherchera d’autres types de biomarqueurs sur la tumeur ou les cellules immunitaires qui l’ont infiltrée, comme le PDL1.

D’autres biomarqueurs peuvent également servir de cible, quel que soit le sous-type de cancer du sein. Ainsi :

– La présence d’une mutation dans le gène BRCA est une indication pour un traitement par inhibiteurs de PARP. On peut citer l’olaparib (Lynparza) et le talazoparib (Talzenna);

– Une faible expression de HER2 peut conduire à un traitement véhiculé par un anticorps capable de se fixer sur les cellules tumorales avec peu de HER2 à leur surface (Trastuzumab déruxtecan, Enhertu);

– Le récepteur Trop 2 est une cible du médicament Sacituzumab govitecan (Trodelvy).

Le risque de rechute métastatique

Les cancers du sein triple négatifs ont un risque plus important de rechute sous forme métastatique dans les années qui suivent le diagnostic. Ce risque devient quasiment nul après 5 ans.

Pour les cancers du sein hormonodépendants, le risque reste important même 15 ans après le diagnostic. Pour le réduire, les femmes touchées par ce sous-type de cancer se voient donc prescrire une hormonothérapie pendant 5 à 10 ans (la protection de ce traitement perdurant jusqu’à 5 ans après son arrêt).

Il est toutefois important de comprendre que le risque de rechute ne dépend pas uniquement des biomarqueurs présents à la surface des tumeurs. D’autres facteurs entrent en ligne de compte : l’âge de la patiente, la taille de la tumeur, l’envahissement ganglionnaire, le grade, le Ki67, … Il est donc difficile de donner un chiffre global tant ce risque varie d’une femme à l’autre.

Emilie Groyer

Merci au Pr Mahasti Saghatchian, oncologue médical spécialiste du cancer du sein à l’Hôpital Américain de Paris, pour son aide dans l’écriture de cet article.


{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

20:13

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Sandrine : « Quand le diagnostic du cancer tombe, c’est le deuil de l’enfant que je dois faire… »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Découvrez l’histoire de Sandrine. Infirmière, mariée, Sandrine est une femme heureuse. Sauf qu’elle n’arrive pas à tomber enceinte. Elle se lance alors dans un parcours de PMA et enchaîne plusieurs tentatives toutes infructueuses. Il lui reste une chance, la dernière. C’est alors qu’on lui détecte une tumeur au sein.

22 avril 2024

20:16

Podcast {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Cynthia : « Mon gynéco m’envoie un email : “Ce n’est pas bon…” »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Cynthia. Cynthia est créatrice de contenu sur les réseaux sociaux. Elle y fédère beaucoup de femmes touchées par un cancer du sein. Elle-même a vaincu la maladie. Elle garde un souvenir très précis du moment elle a su qu’elle avait un cancer. Elle se trouve alors à Paris, sur le toit du BHV. On est le mardi 13 septembre 2016.

8 avril 2024

51:36

Conférence {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire médical – Les cancers du sein triple négatifs

Le cancer du sein triple négatif est un sous-type de cancer du sein particulièrement agressif qui touche souvent les femmes jeunes. Pourquoi ? Qu'est-ce qui le distingue des autres cancers du sein ? Est-il plus à risque de devenir métastatique ? Comment le soigne-t-on actuellement ? Où en est la recherche ? Le Dr Olivier Tredan, coordonnateur du département de cancérologie médicale du Centre Léon Bérard, accompagné de Claude Coutier, présidente du Collectif Triplettes Roses et Christelle, une Triplette, répondent à toutes vos questions.

14 mars 2024

21:14

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Emma : « Je vais sélectionner les personnes qui seront à mes côtés »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire d’Emma. Alors qu’elle passe un oral d’anglais, Emma ressent une forte douleur dans sa poitrine. Elle consulte rapidement son médecin généraliste qui n’est autre que sa meilleure amie. C’est pas elle qu’elle apprendra qu’elle est atteinte d’un cancer du sein, une annonce qui réveille le côté guerrier de cette ancienne sportive.

11 mars 2024

{{ config.event.all }}

Bordeaux

HormonothérapieAtelier

Conseils nutritionnels et mise en pratique – Spécial Hormonothérapie

6 mai 202413h30 - 15h30

Je suis sous hormonothérapie, dois-je bannir certains aliments de mes repas ? C'est quoi les aliments dits hormone-like ? Dois-je opter pour des compléments alimentaires et en éviter certains ?  Notre onco-diététicienne répondra à toutes ces questions (et bien d'autres) lors de cet atelier. Elle vous donnera également des conseils pour conserver une alimentation saine et équilibrée, pendant votre traitement d'hormonothérapie. 

Bordeaux

HormonothérapieConférence

Conférence – Comprendre et pallier les effets indésirables de l’hormonothérapie

16 mai 202413h30 - 15h00

L’hormonothérapie est synonyme pour beaucoup de bouffées de chaleur, prise poids, douleurs articulaires, sécheresse vaginale et autres joyeusetés ! Comment vivre avec une hormonothérapie ? Comment adoucir ou éviter les effets secondaires ? Venez rencontrer Bérangère ARNAL-MORVAN, médecin de la femme et phytothérapeute. Conférencière et enseignante en France et à l’étranger, elle est l’auteure de nombreux ouvrages et articles sur la santé de la femme au naturel. 

Bordeaux

HormonothérapieAtelier

Café RoseUp- Spécial Hormonothérapie

14 mai 202415h00 - 16h30

Le Café RoseUp est un moment de partage organisé autour d'un goûter convivial et chaleureux.  L'idée ? Vous offrir l'opportunité d'échanger avec d'autres femmes qui traversent la même épreuve que vous, dans un cadre bienveillant. Chaque semaine, une nouvelle thématique est abordée. Aujourd'hui, le Café RoseUp est animé par Valérie, une patiente partenaire qui a elle-même été touchée par la maladie. Thème du jour : L'hormonothérapie

En ligne

Activité physiqueAtelier

Atelier Pratique Kiné : Les routines de renforcement musculaire

17 avril 202411h30 - 12h30

Vous êtes fatiguée au quotidien ? A cause des traitements et parce que vous pouvez moins bouger, vos muscles ont fondu et vous souhaitez y remédier ? Lors de cet atelier en petit groupe de mise en pratique, Jocelyne Rolland, kinésithérapeute et fondatrice des méthodes Rose Pilates et Avirose, vous montrera une routine simple à mettre en place pour vous remobiliser en douceur et lutter contre la fonte musculaire.