Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer sport adapté au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Cancer et ménopause : la greffe de tissu ovarien, alternative au traitement hormonal substitutif

{{ config.mag.article.published }} 21 juin 2024

{{ config.mag.article.modified }} 12 juillet 2024

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Certains traitements contre le cancer provoquent une ménopause précoce dont les symptômes sont parfois plus intenses qu'en cas de ménopause naturelle. Pour y palier, une procédure non médicamenteuse existe : la greffe de tissu ovarien sous-cutanée. Le Dr Piver, chirurgien, nous explique tout sur cette procédure encore peu connue.

CE QU’IL FAUT RETENIR :

– En cas de ménopause précoce causée par les traitements contre le cancer, une greffe de tissu ovarien (prélevé et congelé avant les traitements) est possible
– Cette greffe est implantée en sous-cutané
– Le tissu ovarien greffé se met à produire des hormones sexuelles au bout de quelques mois et permet de rétablir un cycle hormonal naturel
– La durée de production de ces hormones dépend de la qualité du tissu congelé

Avant tout traitement contre le cancer, les femmes de moins de 40 ans se voient proposer différentes solutions pour préserver leur fertilité. Parmi celles-ci, la cryoconservation du tissu ovarien consiste à prélever un ovaire et à en congeler des fragments. Après les traitements, les femmes désireuses d’avoir un enfant peuvent se faire greffer le tissu congelé pour être à nouveau en mesure de produire des ovocytes et avoir une chance d’être enceinte.

Mais le tissu ovarien n’a pas qu’une fonction reproductive. Il a également une fonction, dite endocrine, de production des hormones, notamment les oestrogènes et la progestérone. En greffant du tissu ovarien à une femme ménopausée en raison des traitements, il est donc possible de rétablir cette fonction et lui permettre de retrouver un cycle hormonal naturel, et lui éviter un traitement hormonal substitutif.

La greffe de tissu ovarien n’est autorisée dans cette indication que depuis la dernière loi de bioéthique de 2021. Elle est donc encore peu connue. Le Dr Pascal Piver, chirurgien au CHU de Limoges, a formé nombre de ses collègues pour la rendre accessible à toutes. Il nous explique en quoi elle consiste et qui peut en bénéficier.

La procédure de greffe de tissu ovarien dans le but de rétablir la production d’hormones est-elle différente de celle destinée à rétablir la fertilité ?

Dr Pascal Piver : Oui. Dans un contexte de fertilité, le tissu doit être réimplanté au niveau du site naturel, sur l’ovaire ou à proximité, pour que les ovocytes qu’il produira puissent être recueillis par la trompe et avoir une chance d’être fécondés. On parle de greffe orthotopique. Cette procédure se fait sous coelioscopie.

Quand la greffe est réalisée pour rétablir la fonction endocrine, nous n’avons pas cette contrainte. Elle peut donc être hétérotopique, c’est-à-dire être implantée ailleurs.

On peut greffer le tissu ovarien n’importe où ?

Théoriquement, oui. Pour éviter une intervention lourde, on réalise la greffe le plus souvent en sous-cutané, sous anesthésie locale.

Il faut savoir que, tous les mois, au moment de la phase folliculaire, le tissu va gonfler et une petite boule va apparaître au niveau du site d’implantation. Comme cela peut gêner les patientes, nous discutons avec elles du meilleur endroit où le placer. Cela peut être au niveau de l’abdomen, par exemple, ou sous le bras.

Au bout de combien de temps les cycles reprennent-ils ?

La procédure fonctionne dans 85% des cas et la fonction endocrine revient en général au bout de 3 à 6 mois. C’est le temps nécessaire pour que le tissu se revascularise, que les follicules reprennent leur croissance et qu’ils produisent des hormones.

L’effet dure combien de temps ?

Cela dépend de l’état du tissu au moment du prélèvement. Si la femme a été prélevée alors qu’elle était jeune et que son capital de cellules reproductrices était bon, on peut espérer que les cycles se poursuivent plusieurs années. Une de mes patientes a conservé des cycles pendant 8 ans.

Quand la greffe cesse de fonctionner, on peut réitérer la procédure avec les autres fragments congelés, s’il y en a.

Jusqu’à quel âge peut-on bénéficier d’une greffe de tissu ovarien ?

Quand elle est réalisée dans le but de rétablir une fonction endocrine, la greffe peut être réalisée jusqu’à 50 ans.

Dans quel cas est-elle contre-indiquée ?

La greffe est contre-indiquée s’il y a un risque que le tissu ovarien contiennent des cellules cancéreuses et donc, de réimplanter la maladie.

Les femmes sous hormonothérapie ne peuvent pas non plus en bénéficier puisque rétablir leur fonction endocrine irait à l’encontre de leur traitement qui vise justement à bloquer la production d’hormones sexuelles.

Si l’on n’a pas pu bénéficier de la préservation de son tissu ovarien, peut-on bénéficier d’un don, comme c’est le cas pour les ovocytes ?

Malheureusement non car la greffe hétérologue, c’est-à-dire d’un tissu provenant d’une autre personne, nécessite l’administration d’immunosuppresseurs pour éviter que la greffe ne soit rejetée et il y a des risques de complications.

Cette procédure est accessible à toutes les femmes, où qu’elles habitent en France ?

Oui. Depuis le début au CHU de Limoges, notre but a été de démocratiser cette procédure. C’est le cas aujourd’hui : il existe des centres de préservation de la fertilité habilités à pratiquer cette procédure partout en France.


{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

83:00

Hormonothérapie {{ config.replay.label }}

Replay Café hormono – Tout savoir sur l’hormonothérapie

L’hormonothérapie est synonyme pour beaucoup de bouffées de chaleur, prise poids, douleurs articulaires, sécheresse vaginale et autres joyeusetés ! Comment vivre avec une hormonothérapie ? Comment adoucir ou éviter les effets secondaires ? Lors de ce webinaire, vous pourrez échanger avec le Dr Lucie Véron, gynécologue à Gustave Roussy, qui vous donnera des pistes pour mieux vivre avec les effets secondaires de votre traitement d'hormonothérapie.

8 décembre 2023

61:00

Cuisine et nutrition {{ config.replay.label }}

Replay Atelier nutrition – Mieux supporter la ménopause grâce à l’alimentation

Vous êtes ménopausée, dans le cadre de vos traitements ou non, et vous vous posez des questions quant à votre alimentation ? Quels aliments privilégier ou limiter ? Comment gérer mon poids ? Venez échanger autour de ces questions avec notre onco-diététicienne, Julie Massé, qui vous partage ses conseils, astuces et recettes.

18 août 2023

57:00

Problèmes de fertilité {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire médical – Concevoir un enfant après un cancer

Mes traitements contre le cancer vont-ils impacter ma fertilité ? Quelles sont mes options pour la préserver ? Pourrai-je avoir un enfant naturellement après mon cancer ? Comment maximiser mes chances de tomber enceinte ? Autant de questions (et bien d'autres) auxquelles le Dr Christine Decanter, chef du service d'assistance médicale à la procréation et préservation de la fertilité au CHU de Lille, répond lors de ce webinaire

24 février 2023

HormonothérapieConseils

Ménopause précoce : comment ne rien lâcher sur sa féminité

Bouffées de chaleur, fatigue, infertilité… et ce sentiment affreux d’être fanée en pleine fleur de l’âge. Une fatalité ? Non, mais un sacré cap, qu’il est possible de négocier en beauté.

19 août 2022