Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Cancer du sein triple négatif métastatique : une immunothérapie (enfin) autorisée

{{ config.mag.article.published }} 28 août 2019

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Pour la première fois en France, une immunothérapie, l'atezolizumab, reçoit une autorisation temporaire d'utilisation dans le traitement du cancer du sein triple négatif métastatique. Une décision qui pourrait bien profiter à d'autres traitements innovants.

{{ config.mag.article.warning }}

L’immunothérapie a été un tournant majeur dans le traitement du cancer. Sauf pour le cancer du sein. Jusqu’à aujourd’hui : l’agence nationale de sécurité du médicament vient de délivrer un autorisation temporaire d’utilisation (ATU1) à l’atezolizumab dans le cancer du sein triple négatif métastatique.

Le cancer du sein, le parent pauvre de l’immunothérapie

Cet anticorps, dirigé contre le marqueur PDL1, lève le frein qu’exercent certaines cellules tumorales sur nos systèmes de défense. Mais il n’avait pas encore fait ses preuves dans le cancer du sein. « Le cancer du sein est le parent pauvre de l’immunothérapie, reconnaît le Dr Mahasti Saghatchian, oncologue spécialiste du cancer du sein à l’hôpital américain de Neuilly. Il est peu immunogène, c’est-à-dire qu’il génère peu de réaction du système immunitaire. On ne comprend pas encore très bien pourquoi. Par ailleurs, dans ce cancer, les mécanismes qui permettent à la tumeur d’échapper à la surveillance de nos défenses naturelles n’impliquent pas le PDL1. »

Le cancer du sein triple négatif est une rare exception. C’est ce qu’a établi l’étude2 IMpassion130 dont les résultats intermédiaires ont été présentés au congrès de l’ASCO en 2019. Les chercheurs ont montré que l’utilisation de l’atezolizumab en combinaison avec la chimiothérapie nab-paclitaxel augmentait de façon significative la survie des patientes présentant le marqueur PDL1 : « L’immunothérapie apporte un bénéfice, par rapport à la chimiothérapie seule, chez les patientes atteintes d’un cancer du sein triple négatif métastatique – ou localement avancé et non opérable – non préalablement traitées dont la tumeur est infiltrée par des cellules immunitaires qui expriment le marqueur PDL1 » précise le Dr Mahasti Saghatchian. Cela concerne tout de même environ 40 % des malades touchées par un cancer du sein triple négatif, soit 1 300 femmes par an.

Un accès accéléré à l’innovation

Cette décision de l’ANSM d’autoriser un médicament qui vient tout juste de faire ses preuves en clinique ravit autant qu’elle étonne le Dr Saghatchian :  « C’est extraordinaire, personne ne s’attendait à avoir ces molécules pour nos patientes avant un voire deux ans. » Pourquoi ? Deux raisons à cela.

La première : l’étude sur laquelle l’ANSM s’est basée pour délivrer son ATU ne reflète pas totalement les protocoles thérapeutiques français. « Dans l’étude IMpassion130, la chimiothérapie utilisée en combinaison à l’immunothérapie est le nab-paclitaxel. Or, cette chimiothérapie est très peu utilisée en France car, même si elle a obtenue une autorisation de mise sur le marché, elle n’est pas remboursée. » explique le Dr Saghatchian. Une étude est actuellement en cours (IMpassion131) pour déterminer si on obtiendrait les mêmes résultats avec le paclitaxel, la chimiothérapie administrée en France. « Ça pose quand même un problème quasi éthique. Soit je n’attends pas les résultats de la nouvelle étude parce que je considère que ce sera la même chose et j’utilise le paclitaxel. Dans ce cas on n’est plus sur de l’EBM3 mais sur de l’empirisme. Soit je décide de suivre le protocole de l’étude mais dans ce cas, l’hôpital devra prendre en charge le coût du nab-paclitacel » commente l’oncologue.

Seconde raison de cet étonnement : la France est connue pour ses longueurs administratives lorsqu’il s’agit de mettre un nouveau traitement sur le marché (lire notre article « Essais cliniques : la France tente de rattraper son retard »). Alors comment expliquer cette accélération ? « Je pense que c’est une solution à une situation française qui était devenue assez inquiétante. Il s’écoulait en moyenne deux ans entre la délivrance d’une AMM européenne et son application en France. La rapidité de cette ATU découle de la nouvelle loi de financement de la sécurité sociale qui prévoit que, quand une molécule a déjà une AMM, si une nouvelle indication apparaît, la molécule peut être mise à disposition dans le cadre d’une ATU en attendant la nouvelle AMM pour cette nouvelle indication. » Un tournant qui pourrait donc bénéficier à d’autres molécules innovantes.

QUE DIT L’ATU ?

« L’Atezolizumab est indiqué en association au nab-paclitaxel ou au paclitaxel, dans le traitement des patients adultes atteints d’un cancer du sein triple négatif métastatique ou localement avancé non résécable, dont les tumeurs présentent une expression de PD-L1 ≥ 1% et n’ayant pas précédemment reçu de chimiothérapie en situation métastatique. »

La présence du PDL1 à la surface des cellules immunitaires présentes dans la tumeur est évaluée grâce à un test immunohistochimique particulier : le VENTANA PD-L1 (clone SP142). À ce jour, seuls certains centres experts sont en mesure de le réaliser mais une formation des anatomopathologistes des autres hôpitaux est en cours.

Emilie Groyer

  1. Une autorisation temporaire d’utilisation, ou ATU, est délivrée par l’ANSM pour des pathologies graves, pour lesquelles il n’existe pas de traitement approprié disponible, et dont l’efficacité et la sécurité d’emploi sont présumées en l’état des connaissances scientifiques.
  2. Etude IMpassion130. Schmid et al. The New England Journal of Medicine 2018
  3. EBM ou Evidence based medicine est une médecine basée sur des preuves scientifiques

{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

Recherche et essais cliniquesC'est quoi la différence

Essais cliniques. Phases 1, 2, 3, c’est quoi la différence ?

Les essais cliniques permettent de déterminer l’efficacité et la toxicité d’un médicament. Cette évaluation comporte 3 phases. Quelles sont leurs différences dans le cadre du cancer ? On vous explique.

12 avril 2024

21:44

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Nké : « Je découvre qu’on peut être atteint d’un cancer du poumon sans avoir jamais fumé »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu.  Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Nké. En novembre 2020, Nké a été diagnostiquée d'un cancer du poumon. Un choc. Elle n’a jamais fumé.  Pourquoi elle ? Devenu rapidement métastatique, son cancer s’est finalement révélé être d’une forme rare. Admise dans un essai clinique en avril 2022, cette maman solo de 49 ans en a été exclu 7 mois plus tard.  À ce jour, aucun traitement spécifique n’existe pour elle.

25 mars 2024

51:36

Conférence {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire médical – Les cancers du sein triple négatifs

Le cancer du sein triple négatif est un sous-type de cancer du sein particulièrement agressif qui touche souvent les femmes jeunes. Pourquoi ? Qu'est-ce qui le distingue des autres cancers du sein ? Est-il plus à risque de devenir métastatique ? Comment le soigne-t-on actuellement ? Où en est la recherche ? Le Dr Olivier Tredan, coordonnateur du département de cancérologie médicale du Centre Léon Bérard, accompagné de Claude Coutier, présidente du Collectif Triplettes Roses et Christelle, une Triplette, répondent à toutes vos questions.

14 mars 2024

02:05

VaccinothérapieTout savoir sur

La Minute du Dr RoseUp – La vaccinothérapie, késako ?

La vaccinothérapie fait partie de ce qu’on appelle les immunothérapies : ces nouveaux traitements dont le but est de stimuler notre organisme pour qu’il lutte par lui-même contre le cancer. Comment ça marche ? On vous explique tout.

8 mars 2024

{{ config.event.all }}

Paris

Activité physiqueAtelier

Activité Physique Adaptée : spéciale cancer métastatique

6 mai 202413h00 - 14h30

L’activité physique peut être proposée de manière bénéfique à toute personne atteinte de cancer, qu’elle soit en cours de traitement ou après traitement.

Paris

Cancers métastatiquesAtelier

Mon nouveau parcours – Atelier cuisine spécial cancer métastatique

22 avril 202411h30 - 13h30

Atelier plaisir pour apprendre à constituer un repas équilibré et adapté aux effets secondaires des traitements. Cet atelier se fait en petit groupe de 8 personnes et vous pourrez déjeuner ce que vous avez préparé. L'atelier nutrition fait partie du programme Mon Nouveau Parcours, dispositif dédié aux femmes touchées par un cancer métastatique. Le programme Mon nouveau parcours propose des ateliers de soins de support autour de 3 thématiques : l'activité physique adaptée, la nutrition, et la rencontre d'Hélène de la Ménardière.

En ligne

Cancers métastatiquesAtelier

Cancer métastatique : temps d’échange avec une psychologue.

25 avril 202410h00 - 11h30

Maintenir une communication fluide avec son entourage lorsqu'on est touchée par un cancer métastatique, c'est parfois difficile. Comment impliquer ses proches tout en gardant une juste distance ? Nous vous invitons à partager, en petit groupe, au cours d'un temps d'échange encadré par Hélène, psychologue. Thème du jour : La communication avec mon médecin Cet atelier s'inscrit dans le cadre d'un accompagnement spécifique pour les femmes touchées par un cancer métastatique.

En ligne

Activité physiqueAtelier

Atelier Pratique Kiné : Les routines de renforcement musculaire

17 avril 202411h30 - 12h30

Vous êtes fatiguée au quotidien ? A cause des traitements et parce que vous pouvez moins bouger, vos muscles ont fondu et vous souhaitez y remédier ? Lors de cet atelier en petit groupe de mise en pratique, Jocelyne Rolland, kinésithérapeute et fondatrice des méthodes Rose Pilates et Avirose, vous montrera une routine simple à mettre en place pour vous remobiliser en douceur et lutter contre la fonte musculaire.