Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

En Gironde, le tatouage réparateur peut désormais être pris en charge par la CPAM

{{ config.mag.article.published }} 25 octobre 2021

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}
Odré, 35 ans, et tout juste dix ans de métier comme artiste-tatoueuse. Photo : Anne-Charlotte Compan

Des femmes en post-traitement du cancer du sein du département peuvent bénéficier depuis septembre 2021 d’une prise en charge de leur tatouage réparateur par la CPAM. À l’initiative de ce nouveau dispositif : l’association Soeurs d’Encre. Qui est concerné ? Comment ça marche ? Sa fondatrice nous dit tout.

{{ config.mag.article.warning }}

Une rose épanouie sur un sein reconstruit, un ruban épousant une cicatrice ou encore un phénix en majesté sur un buste désormais plat, les tatouages sont des symboles de reconquête d’elles-mêmes et de leur corps pour celles qui ont combattu le cancer. Ils ne sont pourtant pas accessibles à toutes les femmes notamment à cause de leur prix. « Entre 300 € et 1000 € suivant la taille du tatouage », indique Nathalie Kaïd, fondatrice de Sœurs d’Encre. L’association, basée à Bordeaux, s’est fait connaître aux travers des événements Rose Tattoo qui, depuis 2016, se déroulent un peu partout au moment d’Octobre Rose. Il s’agit d’offrir aux femmes en post-traitement de cancer du sein des tatouages artistiques et réparateurs.

Reconnue en 2019 comme soin oncologique de support, elle souhaitait élargir à toute l’année, et à plus de femmes, surtout les plus précarisées, un accès gratuit à ce soin. Comment ? En permettant qu’il soit pris en charge par la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM). C’est désormais possible en Gironde où un dispositif, piloté par Sœurs d’Encre en collaboration avec la CPAM du département, est en test depuis septembre 2021.

Première étape : constituer un dossier

Pour bénéficier de cette prise en charge, tout passe par Sœurs d’encre. C’est donc à elle qu’il faut d’abord présenter son projet de tatouage par mail. Et c’est elle qui va se charger de constituer le dossier en commençant par vérifier que la personne réside bien en Gironde (une attestation de domicile sera à fournir), et que le niveau de revenus de foyer entre bien dans les critères de prise en charge (un avis d’imposition sera demandé). Autre critère impératif : avoir terminé les traitements.

Un entretien sera nécessaire pour contrôler qu’il n’y a pas de contre-indication médicale au tatouage (une immunodépression par exemple), et pour cerner les attentes de la personne. « Avoir envie de se faire tatouer aujourd’hui pour finalement décider de se faire reconstruire un an après, ça n’a pas de sens. Un tatouage c’est pour la vie, il faut être sûre de ce que l’on fait », insiste Nathalie Kaïd.

Aller plus loin

L’artiste est choisie par la future cliente parmi le réseau de tatoueuses de Sœurs d’Encre (une soixantaine). La tatoueuse fournit

alors un devis qui sera joint au dossier que l’association enverra à la CPAM de Gironde. Après évaluation en commission, la décision sera transmise à Sœurs d’encre qui en informera la bénéficiaire. Cette dernière n’aura plus alors qu’à trouver un rendez-vous avec la tatoueuse qui, elle, sera payée directement par la CPAM.

Nathalie Kaïd espère pouvoir proposer un à deux dossiers par mois d’ici la fin de l’expérimentation en septembre 2022. « Si c’est positif, l’objectif est d’essaimer ce partenariat auprès d’autres caisses d’assurances maladie ».

INFO +

Pour envoyer un mail à l’association, écrivez à cette adresse :  soeursdencre@gmail.com

Retrouvez toutes les informations concernant les tatouages réparateurs proposés par Sœurs d’encre dans cette vidéo :

 


{{ config.mag.team }}

Paul Thorineau

Journaliste

20:16

Podcast {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Cynthia : « Mon gynéco m’envoie un email : “Ce n’est pas bon…” »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Cynthia. Cynthia est créatrice de contenu sur les réseaux sociaux. Elle y fédère beaucoup de femmes touchées par un cancer du sein. Elle-même a vaincu la maladie. Elle garde un souvenir très précis du moment elle a su qu’elle avait un cancer. Elle se trouve alors à Paris, sur le toit du BHV. On est le mardi 13 septembre 2016.

8 avril 2024

51:36

Conférence {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire médical – Les cancers du sein triple négatifs

Le cancer du sein triple négatif est un sous-type de cancer du sein particulièrement agressif qui touche souvent les femmes jeunes. Pourquoi ? Qu'est-ce qui le distingue des autres cancers du sein ? Est-il plus à risque de devenir métastatique ? Comment le soigne-t-on actuellement ? Où en est la recherche ? Le Dr Olivier Tredan, coordonnateur du département de cancérologie médicale du Centre Léon Bérard, accompagné de Claude Coutier, présidente du Collectif Triplettes Roses et Christelle, une Triplette, répondent à toutes vos questions.

14 mars 2024

47:00

Problèmes de peau et d'ongles {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire socio-esthétique – Protéger sa peau de la radiothérapie

Votre peau est malmenée par la radiothérapie ? Vous souffrez de rougeurs, de sécheresse ou peut-être d’autres effets indésirables ? Prescilia, notre socio-esthéticienne, vient à la rescousse de votre peau grâce à ses précieux conseils.

13 mars 2024

21:14

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Emma : « Je vais sélectionner les personnes qui seront à mes côtés »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire d’Emma. Alors qu’elle passe un oral d’anglais, Emma ressent une forte douleur dans sa poitrine. Elle consulte rapidement son médecin généraliste qui n’est autre que sa meilleure amie. C’est pas elle qu’elle apprendra qu’elle est atteinte d’un cancer du sein, une annonce qui réveille le côté guerrier de cette ancienne sportive.

11 mars 2024

{{ config.event.all }}

Paris

Bien-être et évasionAtelier

Socio-esthétique – Rouleaux de quartz

3 mai 202415h00 - 16h30

Un rouleau de quartz ? Qu'est-ce que c'est ? Quels sont les bienfaits ? Comment et à quelle fréquence peut-on l'utiliser ? Durant cet atelier collectif, notre socio-esthéticienne vous donnera tous les conseils pour utiliser les rouleaux de quartz et les intégrer dans votre routine beauté !

Bordeaux

Activité physiqueAtelier

1ère rencontre – APA

2 mai 202409h30 - 10h00

Débuter ou maintenir une activité physique pendant un cancer, c’est possible… à condition que celle-ci soit adaptée. Yann Franchet, intervenant en APA, vous rencontre en temps individuel pour élaborer avec vous vos besoins et votre accompagnement en fonction de votre parcours et de vos traitements. Il vous présentera également  les nombreux bienfaits de l'activité physique adaptée :  Renforcement musculaire, diminution de la sensation de fatigue, amélioration de l’état émotionnel…

Bordeaux

Activité physiqueAtelier

1ère rencontre – APA

29 avril 202416h15 - 16h45

Débuter ou maintenir une activité physique pendant un cancer, c’est possible… à condition que celle-ci soit adaptée. Yann Franchet, intervenant en APA, vous rencontre en temps individuel pour élaborer avec vous vos besoins et votre accompagnement en fonction de votre parcours et de vos traitements. Il vous présentera également  les nombreux bienfaits de l'activité physique adaptée :  Renforcement musculaire, diminution de la sensation de fatigue, amélioration de l’état émotionnel…

Bordeaux

Activité physiqueAtelier

1ère rencontre – APA

22 avril 202416h15 - 16h45

Débuter ou maintenir une activité physique pendant un cancer, c’est possible… à condition que celle-ci soit adaptée. Yann Franchet, intervenant en APA, vous rencontre en temps individuel pour élaborer avec vous vos besoins et votre accompagnement en fonction de votre parcours et de vos traitements. Il vous présentera également  les nombreux bienfaits de l'activité physique adaptée :  Renforcement musculaire, diminution de la sensation de fatigue, amélioration de l’état émotionnel…