Covid-19 : Une vaccination complète confère une bonne protection aux personnes touchées par un cancer

Selon une étude publiée dans Annals of Oncology par le centre de lutte contre le cancer Léon Bérard, 2 doses de vaccin confère une bonne protection aux personnes atteintes de cancer. Les patients touchés par un cancer hématologique restent toutefois à haut risque.

La vaccination contre le Covid est-elle efficace et sans risque pour les malades de cancer - roseupassociation - rosemagazine

Les personnes atteintes de cancer sont à haut risque de développer des formes sévères de Covid-19. La vaccination reste le meilleur moyen de les prévenir. Toutefois, si les vaccins induisent une réponse immunitaire chez la plupart des malades, le taux d’anticorps produits s’avère plus faible que dans la population générale. La vaccination est-elle suffisamment efficace pour protéger ces personnes vulnérables ?

Pour répondre à cette question, le centre Léon Bérard (Lyon) a suivi 1503 patients atteints de cancer sous traitement et ayant reçu au moins une dose de vaccin anti-Covid entre janvier et début avril. Il s’agissait majoritairement de malades sous chimiothérapie, souffrant d’un cancer solide et avancé. « Une population classique dans un centre de lutte contre le cancer » selon le Pr Blay, président d’Unicancer et co-auteur de l’étude.

« Un taux d’infection comparable à celle des salariés »

Durant la période de suivi, 24 de 1503 patients ont développé des symptômes de Covid-19 et ont été testés positifs par PCR. « Il s’agissait pour la plupart de patients n’ayant reçu qu’une seule dose de vaccin » précise le Pr Blay. Soit un taux de 1,5% d’infection. « Ce taux n’est pas très différent de la population des salariés » remarque le Pr Blay. La vaccination anti-Covid-19, lorsqu’elle est complète (2 doses) semble donc conférer une bonne protection contre l’infection par le SARS-Cov-2 aux personnes atteintes de cancer.

Des décès chez les patients n’ayant reçu qu’une seule dose

Parmi ces 24 patients testés positifs, 3 sont malheureusement décédés du Covid-19 dans les 2 mois suivant la première dose. « Deux d’entre eux étaient atteints d’un cancer hématologique et aucun n’avait encore reçu de 2ème dose » détaille l’oncologue.

De façon plus étonnante, les données de l’équipe du centre Léon Bérard montrent également qu’une vaccination complète permet de réduire les risques de décès et ce, même lorsque la cause n’avait pas été attribuée au Covid-19. « On ne s’attendait pas du tout à ce résultat » admet le professeur. Comment expliquer que la vaccination puisse protéger les malades de décéder de causes autres que le Covid-19 ? Le Pr Blay ne peut que poser des hypothèses : « Pour qu’on observe un tel impact sur la survie des malades, l’hypothèse la plus probable c’est que certains décès sont en fait liés au Covid-19 mais que nous ne les avons pas identifiés comme tels. Soit parce que le test PCR n’a pas été effectué, soit parce que le test était faussement négatif. »

Le vacccin plus efficace que le test PCR

L’oncologue rappelle en effet que des études ont montré que les personnes présentant des symptômes de Covid-19 sont testés positifs au SARS-Cov-2 dans environ 60% des cas. « Pourtant, chez les 40% restants qui ont un test négatif, la mortalité est la même : 20% dans les 28 jours. Ce qui n’est pas normal en oncologie. On ne s’attend pas à ce qu’un tel pourcentage de patients présentant les symptômes d’un rhume, pour faire simple, décèdent. » Pour le Pr Blay, ces patients seraient en fait décédés du Covid-19 mais leur diagnostic par test PCR « a été raté ».

« C’est un argument de plus pour vacciner massivement. La vaccination contre le Covid-19 devrait faire partie intégrante du traitement contre le cancer » plaide le président d’Unicancer.

Emilie Groyer