Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer sport adapté au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Coronavirus et cancer du poumon : des patients plus « à risques » ?

{{ config.mag.article.published }} 17 mars 2020

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Parce que le coronavirus s'attaque aux voies respiratoires, les personnes atteintes d'un cancer du poumon se sentent plus fragiles. Selon les données actuelles, cela ne serait pourtant pas le cas. L'infection par le coronavirus serait, en revanche, plus difficile à diagnostiquer chez ces patients.

{{ config.mag.article.warning }}

« Je suis atteint d’un cancer du poumon, suis-je plus fragile face au coronavirus ? » Cette question, Laure Guéroult-Accolas la lit régulièrement sur la plateforme d’échange Mon réseau cancer du poumon. Pour la présidente de l’association Patients en réseau, cela n’a rien d’étonnant : « Ce virus est respiratoire. Cela a donc une dimension symbolique pour ces malades qui n’ont, pour certains, plus qu’un poumon. Ils ne veulent pas prendre le risque de perdre leur second poumon. Ils se sentent vulnérables. »

Masque, gants et transport sanitaire…

Un sentiment que partage Emmanuel, atteint d’un cancer du poumon métastatique depuis janvier 2019 et traité par immunothérapie : « J’ai une maladie respiratoire chronique. Pour moi, il est évident que je suis une personne à risque. » Depuis les premières alertes, il reste donc très vigilant et respecte toutes les consignes, porte un masque, des gants. « Normalement je prends les transports en commun pour aller à l’hôpital quand j’ai un examen de contrôle. Là, j’ai demandé un transport sanitaire », ajoute-t-il.

Le cancer du poumon, en lui-même, n’est pas un critère de gravité supplémentaire

Mais cette crainte est-elle justifiée ? « Ce n’est pas le cancer du poumon en lui-même qui est un critère de gravité supplémentaire » explique le Dr Bertrand Mennecier, oncologue thoracique à l’hôpital universitaire de Strasbourg. Pourtant à l’épicentre de l’épidémie, le médecin n’a d’ailleurs pas eu de cas d’infection par le COVID-19 parmi ces patients atteints par un cancer du poumon.  

L’équipe d’oncologie thoracique de l’hôpital universitaire de Strasbourg

Les facteurs aggravants: bronchite, insuffisance respiratoire chronique, traitement aux corticoïdes ou baisse de l’immunité

Le Dr Mennecier précise, en revanche, que « le terrain sous-jacent à la maladie peut créer les conditions d’une forme grave d’infection par le coronavirus. Par exemple, s’il y a de l’emphysème, de la bronchite chronique, une insuffisance respiratoire chronique… Le traitement peut aussi jouer : si le patient prend des corticoïdes ou s’il est traité par une chimiothérapie qui fait baisser son immunité, cela peut aussi aggraver les choses. Mais c’est le cas pour tous les malades de cancer, quel que soit l’organe atteint. Le Haut Conseil de la Santé Publique a d’ailleurs classé l’ensemble des malades de cancer sous traitement comme faisant partie des personnes à risque de complications du COVID-19. »

Des difficultés de diagnostic

Pr Nicolas Girard, pneumologue à l'Institut Curie - roseup association - rose magazine - face aux cancers osons la vie
Pr Nicolas Girard, pneumologue à l’Institut Curie

Le risque résiderait davantage dans la difficulté de diagnostiquer une infection par le coronavirus chez ces patients. « Les symptômes du coronavirus peuvent être confondus avec ceux du cancer du poumon. Il n’est pas facile pour le patient ou pour le personnel médical de reconnaître les signes. On peut avoir des malades qui toussent, qui crachent, qui ont de la fièvre pour mille autres raisons » explique le Pr Nicolas Girard, pneumologue à l‘Institut Curie.

Des recommandations à venir

Le Professeur travaille par ailleurs sur des recommandations nationales en tant que membre de l’Intergroupe Francophone de Cancérologie Thoracique. « Il s’agit d’une aide à la décision quant à la prise en charge des patients atteints d’un cancer du poumon. Nous avons réfléchi à des propositions d’interruption de traitements, de limitation des suivis,… selon les situations et elles sont très diverses. Toujours dans l’idée de limiter les déplacements à l’hôpital pour éviter de faire courir des risques aux patients. Nous souhaitions aussi avoir cette réflexion pour que les décisions de suspension de traitement ou de désescalade thérapeutique soient homogènes. Le but est que tous les malades dans une même situation soient pris en charge de la même façon, quel que soit l’établissement, pour éviter les inégalités. »

LIRE AUSSI : Retrouvez tous nos articles sur la vaccination, l’impact de la pandémie sur les malades de cancer, les risques face au Covid-19, les pertes de chance… dans notre dossier complet Cancer et coronavirus.

 

Emilie Groyer


{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

ImmunothérapiesActualité

ASCO 2024. Le point sur les avancées dans le cancer du poumon

Cette année encore des annonces importantes ont été faites lors du congrès international de cancérologie de l'ASCO. On revient sur celles qui concernent les traitements des cancers du poumon.

5 juin 2024

21:44

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Nké : « Je découvre qu’on peut être atteint d’un cancer du poumon sans avoir jamais fumé »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu.  Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Nké. En novembre 2020, Nké a été diagnostiquée d'un cancer du poumon. Un choc. Elle n’a jamais fumé.  Pourquoi elle ? Devenu rapidement métastatique, son cancer s’est finalement révélé être d’une forme rare. Admise dans un essai clinique en avril 2022, cette maman solo de 49 ans en a été exclu 7 mois plus tard.  À ce jour, aucun traitement spécifique n’existe pour elle.

25 mars 2024

Cancers métastatiquesActualité

ESMO 2023. Cancer du poumon : une édition riche en avancées marquantes

Immunothérapies, thérapies ciblées, ADC : les avancées dans le traitement des cancers du poumon sont nombreuses cette année, tant à des stades avancés que précoces de la maladie.

6 novembre 2023

03:20

Cancers métastatiquesActualité

ESMO 2023. Cancer du poumon : ce qu’il faut retenir

Le Pr Nicolas Girard, pneumo-oncologue et chef du département d’oncologie médicale de l’Institut Curie, décrypte pour nous les derniers résultats présentés au congrès européen de cancérologie de l'ESMO.

3 novembre 2023