Accueil Thème Personne vulnérable

Tous nos contenus sur le thème : personne vulnérable

Pour les protéger indirectement du Covid-19, les proches de personnes immunodéprimées pourront dorénavant se faire vacciner. Qu'entend-on par "proche" ou "immunodéprimé" ? On a décrypté ça pour vous.
Le Ministère de la Santé recommande une 3ème dose de vaccin à ARNm pour les personnes sévèrement immunodéprimées, parmi lesquels les malades atteints d'un cancer hématologique.
Une étude s'intéresse pour la première fois à l'innocuité des vaccins anti-Covid chez les personnes atteintes de cancer traitées par immunothérapie. Les résultats sont rassurants mais demandent à être confirmés par des essais cliniques plus importants.
Maître Cazin avocat à la cour, spécialiste en droit du travail, répond à vos questions sur vos droits au travail, dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. Vous l’avez interrogé sur les dispositifs de protection des personnes vulnérables en cette période de reconfinement.
Le Pr Saghatchian, oncologue à Gustave Roussy et à l'hôpital américain de Paris, répond à vos questions sur le coronavirus. Aujourd'hui, vous lui avez demandé si tous les malades de cancer sont à risque face au Covid.
Les malades de cancer sont considérés "à risque", sur la foi de données chinoises publiées en début de pandémie. Pourtant, des études menées par l'Institut Gustave Roussy et le centre Léon Bérard de Lyon montrent, dans ces hôpitaux de cancérologie, des taux de létalité deux fois inférieurs aux chiffres chinois. Sans toutefois s'accorder sur leur interprétation.
Gustave Roussy, premier centre de cancérologie européen, a pris en charge des malades de cancer infectés par le coronavirus. Les données révèlent qu'aucune surmortalité n'est à déplorer chez ces patients. Ce qui signifie qu'un malade de cancer infecté par le Covid-19 doit être pris en charge en réanimation, si besoin, sans exclusion. Le Pr Barlési, directeur médical de Gustave Roussy, nous présente ces résultats.
La majorité des malades de cancer en ALD (2,2M de personnes) ne sont pas considérés "personnes vulnérables" et pourraient reprendre le travail après le 11 mai. Une situation qui, selon notre sondage, inquiète 83% des femmes concernées. Et une seconde vague de contamination fragiliserait les patients qui subissent déjà des reports de traitements. Quand déconfinement "sous responsabilité individuelle" rime avec perte de chances.
Afin de minimiser les risques d'infection des malades de cancer par le Covid-19, le Haut Conseil de la Santé Publique a émis des recommandations pour la prise en charge de ces patients "à risque". Décryptage.
Parce que le coronavirus s'attaque aux voies respiratoires, les personnes atteintes d'un cancer du poumon se sentent plus fragiles. Selon les données actuelles, cela ne serait pourtant pas le cas. L'infection par le coronavirus serait, en revanche, plus difficile à diagnostiquer chez ces patients.