Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer sport adapté au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Cancer et Covid-19 : « J’ai ou j’ai eu un cancer, suis-je plus à risque face au Covid-19 ? »

{{ config.mag.article.published }} 9 novembre 2020

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Le Pr Saghatchian, oncologue à Gustave Roussy et à l'hôpital américain de Paris, répond à vos questions sur le coronavirus. Aujourd'hui, vous lui avez demandé si tous les malades de cancer sont à risque face au Covid.

{{ config.mag.article.warning }}

Avec 9 mois de recul sur la pandémie de SARS-Cov2, les médecins ont à présent une idée plus claire sur les facteurs de risque pouvant conduire à des formes graves de Covid-19. Le Pr Saghatchian fait le point pour nous.

« On sait que les facteurs de risque principaux sont l’âge, le fait d’être un homme, le surpoids, le diabète, les problèmes cardiovasculaires et, bien entendu, les maladies pulmonaires (asthme, …).

Concernant le cancer, les malades les plus vulnérables sont ceux atteints par un cancer métastatique. En particulièrement, les personnes qui ont les poumons envahis de métastases. Mais également, les malades qui ont une altération de l’état général : fatigue, perte de poids… Leurs défenses immunitaires sont en effet diminuées et cela les rend plus sensibles aux infections.

Les malades avec des cancers hématologiques – lymphomes , leucémies, myélomes  – sont également plus fragiles. Chez ces personnes, le cancer touche en effet les cellules de la moelle osseuse et des ganglions qui sont le cœur de nos défenses immunitaires. Par ailleurs, leur traitement consiste en une greffe qui nécessite de détruire au préalable leur système immunitaire. Sinon leurs défenses immunitaires risqueraient de rejeter cette greffe car elles la considèreraient comme un corps étranger. Pendant ce traitement, les malades sont donc en immunodépression sévère. On les garde à l’hôpital, isolés en chambre stérile… Quand ces malades sortent de l’hôpital, ils restent encore fragiles sur le plan de leurs défenses immunitaires, c’est pourquoi ils sont davantage susceptibles d’être infectés par le coronavirus.

Concernant les autres malades, on peut se montrer rassurant : peu de traitements en oncologie entrainent une baisse de l’immunité anti-virale. Il faut savoir que même la chimiothérapie, réputée pour faire baisser les défenses immunitaires n’est pas problématique dans le contexte du Covid car elle impacte les cellules immunitaires impliquées dans la défense contre les bactéries mais celles en charge de la défense contre les virus. Quand on est sous chimiothérapie, on est donc plus vulnérable aux infections bactériennes mais pas aux infections virales.

Enfin, s’agissant de l’hormonothérapie, là encore, pas de risque supplémentaire. Il est vrai que ce traitement provoque souvent des effets secondaires, notamment la fatigue. Mais cette fatigue est liée à une baisse du système hormonal et non du système immunitaire. L’hormonothérapie n’augmente donc pas les risques d’infections virales ou bactériennes. Même lorsqu’elle est combinée avec des inhibiteurs de kinases (CDK). »

EN VIDÉO

Retrouvez l’intégralité du webinaire animé par le Pr Saghatchian (et bien d’autres !) sur notre chaîne Youtube.

 

Propos recueillis par Emilie Groyer


{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

ImmunothérapiesActualité

ASCO 2024. Le point sur les avancées dans le cancer du poumon

Cette année encore des annonces importantes ont été faites lors du congrès international de cancérologie de l'ASCO. On revient sur celles qui concernent les traitements des cancers du poumon.

5 juin 2024

21:44

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Nké : « Je découvre qu’on peut être atteint d’un cancer du poumon sans avoir jamais fumé »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu.  Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Nké. En novembre 2020, Nké a été diagnostiquée d'un cancer du poumon. Un choc. Elle n’a jamais fumé.  Pourquoi elle ? Devenu rapidement métastatique, son cancer s’est finalement révélé être d’une forme rare. Admise dans un essai clinique en avril 2022, cette maman solo de 49 ans en a été exclu 7 mois plus tard.  À ce jour, aucun traitement spécifique n’existe pour elle.

25 mars 2024

51:36

Conférence {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire médical – Les cancers du sein triple négatifs

Le cancer du sein triple négatif est un sous-type de cancer du sein particulièrement agressif qui touche souvent les femmes jeunes. Pourquoi ? Qu'est-ce qui le distingue des autres cancers du sein ? Est-il plus à risque de devenir métastatique ? Comment le soigne-t-on actuellement ? Où en est la recherche ? Le Dr Olivier Tredan, coordonnateur du département de cancérologie médicale du Centre Léon Bérard, accompagné de Claude Coutier, présidente du Collectif Triplettes Roses et Christelle, une Triplette, répondent à toutes vos questions.

14 mars 2024

63:00

Recherche et essais cliniques {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire médical – La biopsie liquide

Et si l'on pouvait diagnostiquer un cancer, détecter une récidive ou une résistance à un traitement par une simple prise de sang ? C'est la promesse de la biopsie liquide. Le Pr Catherine Alix Panabières, directrice du laboratoire des Cellules Circulantes Rares Humaines du CHU de Montpellier et co-inventrice de ce mot, vous explique comment fonctionne cette technique et comment elle pourrait très bientôt révolutionner la lutte contre le cancer.

8 décembre 2023

{{ config.event.all }}

En ligne

HormonothérapieAtelier

Spécial Paris – Socio-esthétique : Conseils pendant l’hormonothérapie

26 juillet 2024 • 15h00 - 16h30

L’hormonothérapie provoque de nombreux effets secondaires liés aux bouleversements hormonaux qu’elle induit, y compris sur notre visage. Quels sont les effets secondaires de ce traitement sur ma peau ? Ma peau est irritée, pleine de rougeurs. Comment en prendre soin ? Quels produits puis-je utiliser ? Au cours de cet atelier, Prescilia, socio-esthéticienne, vous donnera de précieux conseils et astuces : comment agir face à ces effets secondaires, comment se maquiller pour camoufler les bouffées de chaleur, quels produits éviter durant la prise de ce traitement... Cet atelier concerne toutes les adhérentes qui suivent un traitement par hormonothérapie et celles qui vont le commencer.

En ligne

HormonothérapieConférence

Webinaire Réflexologie : mieux gérer les effets secondaires de l’hormonothérapie

26 juillet 2024 • 16h30 - 17h30

Bouffées de chaleurs, troubles du sommeil, stress, problèmes de digestion... les effets secondaires de l'hormonothérapie se font ressentir et vous cherchez à réduire leur impact sur votre corps ? Maxime Bansard, réflexologue, vous montrera et vous guidera sur des points d'acupression pour mieux les supporter au quotidien.