7 choses à savoir sur le virus responsable du Covid-19

Comment se transmet-il ? D'où vient-il ? Combien de temps survit-il en dehors du corps ? Voici 7 choses à savoir sur le coronavirus.

Risque coronavirus et cancer - roseupassociation - rosemagazine - face aux cancers osons la vie
Le Covid-19

Il a la forme d’une couronne

Le SARS-CoV-2, responsable de la maladie COVID-19, appartient à la famille des coronavirus qui comptait 7 membres jusqu’alors. Ces virus doivent leur nom à leur forme semblable à une couronne : ils sont sphériques et recouverts de protéines “en épi” (protéine S pour Spike).

 

 

Il se transmet par les voies respiratoires

Les principales portes d’entrée du coronavirus ? Le nez, la bouche, les yeux. C’est pour cette raison que l’un des gestes barrières les plus efficaces est d’éviter de porter les mains à son visage : si vous avez touché un objet (ou quelqu’un) contaminé et que vous ne vous êtes pas lavé les mains, vous risquez d’être infecté. C’est aussi pour cela qu’il est préconisé de se tenir à au moins 1 mètre des autres personnes. Au-delà de cette distance, vous êtes à l’abri des postillons ou des microgouttelettes que votre interlocuteur pourrait projeter lorsqu’il parle, tousse ou éternue. Et, pas d’inquiétude si votre voisin vous croise d’un peu trop près : on estime qu’il faut rester au moins 15 minutes proche d’une personne porteuse du virus pour avoir un risque d’être infecté.

Les malades touchés par le cancer sont plus sensibles au coronavirus - roseupassociation - face aux cancers osons la vieD’après les données actuelles, le coronavirus n’est pas sexuellement transmissible. Toutefois, difficile d’éviter les baisers pendant un rapport sexuel. Il est donc préférable de s’abstenir pendant le confinement. Le Covid-19 n’est pas non plus présent dans le sang, sauf en cas de symptômes très sévères de la maladie, selon l’Établissement Français du Sang. Vous pouvez donc continuer à donner vos globules rouges, plasma et plaquettes : cela fait d’ailleurs partie des motifs autorisés pour sortir de chez soi.


Il survit de quelques heures à plusieurs jours selon les surfaces

Selon une étude parue dans le New England Journal of Medicine, le coronavirus surviverait entre 2 et 3 jours sur l’acier ou le plastique, et jusqu’à 24 heures sur le carton. Des résultats qui pourraient paraître inquiétants quand on pense au pack de yaourts entouré de carton ou aux plats cuisinés emballés de film plastique que l’on vient de ranger dans son frigo.

Rappelons toutefois que ces résultats ont été obtenus dans des conditions expérimentales : les différentes surfaces étaient aspergées d’une solution contenant des concentrations élevées de virus, comparables à celles observées dans les voies respiratoires de malades. Donc, pas de panique lorsque vous faites vos courses : à moins qu’une personne contaminée vienne d’éternuer justement sur le paquet de chips que vous avez mis dans votre panier, vous vous trouverez rarement dans une situation comparable à celle testée dans l’étude. En conditions réelles, le virus resterait vivant au maximum 4 heures sur une surface.

Quelques précautions à prendre toutefois en rentrant du supermarché : entreposez vos courses quelques heures  sans les toucher, jetez ensuite les suremballages avant de ranger les aliments, et bien sûr, lavez-vous les mains.

Il peut passer inaperçu

Le temps d’incubation du coronavirus, c’est-à-dire le temps qui s’écoule entre l’infection et l’apparition des premiers symptômes, est « en moyenne de 5 à 6 jours, avec des extrêmes de 2 à 12 jours » selon l’Institut Pasteur. Certains individus (30 à 60 % des cas, selon l’Institut Pasteur) ne développeront toutefois jamais de symptômes : ce sont les porteurs sains. C’est particulièrement vrai pour les enfants. Attention : même en l’absence de signes, une personne peut être contagieuse. D’où l’importance de respecter les gestes barrières.

 Les femmes y seraient moins sensibles

Selon l’Agence nationale de santé publique italienne, les hommes représentent 60% des patients touchés par le Covid-19 et près de 70% des patients décédés. C’est le même cas de figure en Chine. Pourquoi cet avantage féminin ? Des tests expérimentaux d’infection au SRAS chez la souris mettrait en évidence l’effet protecteur des œstrogènes, les hormones sexuelles féminines. De plus, les femmes seraient mieux protégées que les hommes par leur double exemplaire du chromosome X, porteur de nombreux gènes de l’immunité. Enfin, d’autres facteurs liés au mode de vie expliqueraient cette différence. En Chine, les hommes fument plus que les femmes, sont plus souvent diabétiques et sujets à l’hypertension.

Il a probablement été transmis par les chauve-souris et les pangolins

Le pangolin est suspecté davoir transmis le Covid-19 à lHomme - rosemagazine - roseupassociation
Le pangolin est suspecté d’avoir transmis le Covid-19 à l’Homme

Même si cela n’est pas encore clairement établi, il semblerait que 2 animaux soient à l’origine de la transmission du coronavirus à l’homme : les chauve-souris et les pangolins.

Les chauve-souris sont connues pour servir de “réservoirs” à de nombreux virus qu’elles hébergent sans être malades. Elles ont pu contaminer l’Homme directement : les populations asiatiques les consomment régulièrement. Mais aussi indirectement. On soupçonne le pangolin d’être l’hôte intermédiaire. Des chercheurs chinois ont en effet détecté chez cet étrange mammifère un virus présentant 99% de similitude avec le SARS-CoV-2 du point de vue de son ADN. Le pangolin est chassé en Chine et en Asie du Sud-Est pour sa viande mais aussi pour ses écailles aux vertus prétendument médicinales.

Il peut provoquer perte d’odorat et de goût

On le sait, les principaux symptômes du coronavirus sont la fièvre, la toux et les difficultés respiratoires. Dans certains cas, des maux de tête, de gorge et/ou des diarrhées peuvent aussi alerter sur une possible contamination au Covid-19. Symptômes plus étonnants : la perte de goût et d’odorat seraient un signe d’infection par le coronavirus. À noter : le site maladiecoronavirus.fr permet de se « tester » anonymement, au travers de 24 questions.

Claire Manière