Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer sport adapté au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Course solidaire : mais pourquoi court-on?

{{ config.mag.article.published }} 28 avril 2015

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

En équipe, en famille, en groupe… Toute l’année, des foules courent contre le cancer, la mucoviscidose, le sida. Mais pourquoi "courir" ? L’analyse du philosophe Pierre Le Coz.

{{ config.mag.article.warning }}

Courir pour créer du lien social

« On court ensemble. On s’inscrit souvent dans un groupe d’amis, une « team » d’entreprise : on crée ainsi du lien entre participants. C’est le contre-pied du jogging des années 80, où on trimbalait son corps, seul, dans un accoutrement particulier, un jogging, une casquette… Aujourd’hui, on habille son individualisme de moralité: on avance tous dans le même sens, avec des valeurs communes affichées. »

On court pour une cause

« Souvent, les courses sont liées à des levées de fonds pour aider la recherche médicale. Il est plus valorisant de s’inscrire à un événement sportif solidaire que de juste signer un chèque! Cela rend visible un engagement. Les stars chantent et mettent, littéralement, en scène leur générosité, comme pour les Restos du cœur. Les anonymes mettent en scène leur engagement à travers une aventure sportive, une épopée. D’ailleurs, on se photographie, on tweete, on partage beaucoup durant ces épreuves. »

La course à pied pour reconquérir la ville

« Le sport traduit un désir d’authenticité. Ces épreuves sont en général urbaines. Elles stoppent les voitures, se réapproprient l’espace. Dans la foulée de la course, on oppose le spontané à l’artificiel, l’écologique au toxique. »

La course solidaire pour conjurer la maladie

« Courir des dizaines de kilomètres, pour un néophyte, s’avère très éprouvant physiquement. C’est un chemin sacrificiel à travers lequel le bien-portant dit à son ami malade: je cours pour toi, je souffre pour toi, j’exprime ma solidarité. Et, à la fois, je conjure la maladie: la souffrance a quelque chose de purificateur. »

Courir pour accomplir un rituel

« C’est une manière laïque de composer du symbolique. On rompt avec le monde profane, on se retrouve en tête-à-tête avec soi-même dans une relation cruciale. On se découvre à travers la mise à l’épreuve de soi. Croyant ou pas, il est difficile de se libérer du « sentiment religieux », d’un regard « autre » porté sur soi. Quand je cours, je ne suis pas tout seul. Courir devient un mouvement spirituel. »

La course à pied pour « reprendre la main » quand on est malade

« Le malade n’a plus de prise sur son corps qui le trahit (le cancer est l’ennemi intérieur), son corps qui s’épuise et s’altère à cause des traitements. Il n’a plus de prise sur sa vie sociale (il est en arrêt maladie), ni même sur son temps, qui se dissout dans celui de l’hôpital. En courant, en choisissant un dépassement, il reprend le pouvoir sur son corps et, par extension, il gagne le sentiment d’être maître de sa vie. C’est une revanche. Il se prouve qu’il ne part pas à la dérive, qu’il n’a pas renoncé. Courir, c’est s’affirmer comme un être vivant. »

Courir contre le cancer, c’est avancer

« Le cancer est une série de pertes, d’effacements. On perd une partie de soi lors d’une ablation, on , ses ongles, ses poils, les muscles fondent, la peau se flétrit. On « recule ». On se dégrade. Courir, c’est se placer à nouveau dans le sens du courant. Vers l’avenir. »

Propos recueillis par Céline Lis-Raoux

A LIRE

Le Gouvernement des émotions et L’art de déjouer les manipulations de Pierre Le Coz, éd. Albin Michel.


{{ config.mag.team }}

La rédaction de Rose magazine

Activité physiqueInterviews d'experts

Ça m’énerve ! : « L’activité physique doit être remboursée ! »

Le Dr Alexandre Feltz est pionnier du sport-santé. Il milite pour un accès égalitaire à l'activité physique adaptée et à sa prise en charge par l'assurance maladie.

12 juillet 2024

Activité physiqueTémoignages

Mon « sport-thérapie » : le CrossFit par Sandie

Avant le diagnostic de son cancer, cette jeune femme de 33 ans pratiquait déjà assidûment le CrossFit depuis plus de 2 ans. Avec la maladie pas question de laisser tomber ! Son sport lui a permis de garder un lien social. Un atout précieux pour mieux vivre la maladie.

Activité physiqueTémoignages

Mon « sport-thérapie » : le rugby par Anne-Lise

Son premier cancer du sein, il y a 12 ans, avait déclenché chez cette montpelliéraine un besoin vital de faire du sport. Course à pied, handball… Aujourd’hui en récidive métastatique, elle s’est mise au rugby-santé. Une discipline où elle se sent portée par la force du collectif.

Activité physiqueTémoignages

Mon « sport-thérapie » : le marathon par Anaïs Quemener

Aide-soignante et marathonienne de haut niveau, Anaïs Quemener, 33 ans, vit pour la course à pied depuis l’enfance. Touchée à l’âge de 24 ans par un cancer, elle a trouvé dans son sport un formidable allié pour récupérer plus vite, voir plus loin que la maladie et vivre plus fort.

{{ config.event.all }}

Paris

Activité physiqueAtelier

Activité Physique Adaptée : spéciale cancer métastatique

15 juillet 2024 • 13h00 - 14h30

L’activité physique peut être proposée de manière bénéfique à toute personne atteinte de cancer, qu’elle soit en cours de traitement ou après traitement.

Paris

Activité physiqueAtelier

Marche nordique

15 juillet 2024 • 15h00 - 17h00

Un kilomètre à pied, ça use, ça use ! Un kilomètre à pied, ça use les souliers …Et ça oxygène le corps et l’esprit également ! Proposé par Béatrice, coach sportive, la marche nordique fait travailler d’une façon naturelle 85% des muscles. La technique relativement simple se pratique à l’aide de deux bâtons et permet : un renforcement global du corps, l’amélioration du système cardiovasculaire, une dépense énergétique équivalente à un footing de faible allure tout en allégeant le travail sur les articulations. Sa pratique en extérieur vous offre un bol d'air, pendant et après vos traitements.

En ligne

Activité physiqueAtelier

Atelier Yoga

15 juillet 2024 • 16h00 - 17h00

Venez comme vous êtes ! Laissez vous guider par les Flow de Sabrina, notre professeur de yoga. C'est avec douceur, humour et simplicité que je me fais une joie de vous faire découvrir cette.pratique inclusive, un chemin d'exploration de soi, du corps et des sensations, au travers de postures douces et dynamiques, de respiration et de relaxation. Ici, ce n'est pas à vous de vous adapter au yoga, c'est le yoga qui s'adapte à vous.

Paris

Atelier

Réflexologie combinée : Gestion de la digestion

15 juillet 2024 • 17h30 - 18h30

La réflexologie est un soin issu de la médecine traditionnelle chinoise qui repose sur la stimulation de zones réflexes présentes sur le corps. En favorisant votre bien-être, ce soin peut vous aider à mieux supporter certains effets secondaires du cancer et des traitements. Anne-Laure, réflexologue, vous montrera sur quels points appuyer selon l’effet recherché. Thème abordé aujourd'hui : Réflexologie combinée : Gestion du sommeil Si vous n'êtes jamais venu à la Maison RoseUp Paris, merci de prendre rendez-vous pour effectuer votre entretien de première rencontre auprès de notre équipe avant toute inscription à un atelier.