Les ciseaux génétiques, découverte « nobelisée »: un espoir de guérison pour certains cancers

La Française Emmanuelle Charpentier a reçu aujourd'hui le Prix Nobel de chimie en récompense de ses travaux sur CRISPR-Cas9. Cette technique permet de découper et réparer des morceaux d’ADN: un espoir de guérison pour certains cancers en modifiant génétiquement les cellules des patients.

emmanuelle-charpentier-prix-nobel-adn-biologie-rosemagazine12-rose-up-association

C’est une Française qui, presque 100 ans après Marie Curie, reçoit le Prix Nobel de Chimie en compagnie de sa collègue Américaine, Jennifer Doudna, pour leurs découvertes concernant les CRISPR-Cas9, que l’on connait aussi sous la dénomination de « ciseaux génétiques ». La première « nobelisée », Emmanuelle Charpentier, est microbiologiste à Berlin. La seconde, Jennifer Doudna, spécialiste de biochimie en Californie.

Kézaco le CRISPR?

En quoi consiste ce CRISPR – que de nombreux scientifiques présentent depuis cinq ans comme une révolution? Il s’agit d’un outil d’ingénierie génétique applicable à la thérapie génique et à l’immunothérapie qui, espère-t-on, pourrait un jour guérir certains cancers en modifiant les cellules immunitaires des patients pour doper leur capacité à se défendre contre la maladie. « La force de CRISPR-Cas9, c’est son incroyable précision, explique Urszula Hibner, directeur de recherches à l’Inserm, en poste à l’Institut génétique moléculaire de Montpellier. C’est comme si un chirurgien opérait avec un couteau de cuisine et que, soudain, on lui donnait un laser. »

De nombreuses pathologies sont concernées par ce nouvel « outil ».  Pourquoi les cancers ? « Le cancer se développe parce que les cellules du système immunitaire n’arrivent pas à éliminer les cellules cancéreuses, explique Urszula Hibner. Et on sait maintenant pourquoi : parce que les cellules cancéreuses parviennent à “tromper” les cellules du système immunitaire. Elles se cachent pour éviter d’être repérées et éliminées, voire elles attaquent et tuent les cellules qui doivent assurer la défense de l’organisme ! »

le cancer en BD RM16 rose magazine rose up association face aux cancers osons la vieLIRE AUSSI : Apprenez comment les tumeurs échappent au système immunitaire en lisant notre BD « L’insaisissable gang des K »

 

Cancer du poumon

Ce qu’on espère de CRISPR-Cas9, c’est qu’il permette justement aux cellules immunitaires de rejouer leur rôle de défenseur. Concrètement, comment ça marche ? D’abord, on prélève le sang du patient. En laboratoire, ensuite, on injecte CRISPR-Cas9 dans les cellules immunitaires afin de modifier, à un endroit très précis, l’information génétique contenue dans leur ADN pour qu’elles deviennent plus efficaces contre les cellules cancéreuses. Pour finir, on réinjecte les cellules modifiées au patient.

L'immunothérapie fait partie des nouveaux traitements d'avenir contre le cancer - roseup associationLIRE AUSSI : Découvrez comment nos cellules immunitaires peuvent être reprogrammées pour mieux cibler les tumeurs en lisant notre aricle « Les CAR-T cells : késako ? »

C’est ce qu’ont fait des scientifiques chinois pour traiter un patient atteint d’un cancer du poumon métastasé. « On ne sait pas encore ce qu’a donné ce traitement, indique Urszula Hibner. Mais d’autres patients, en Chine ou aux États-Unis, pourraient être traités avec CRISPR-Cas9. Personne ne peut dire si on arrivera un jour à guérir des cancers de cette manière. Mais tout va très vite. Des milliers de labos dans le monde travaillent sur CRISPR-Cas9, qui est très simple à utiliser. » Un avantage qui s’avère aussi être un risque. Ces derniers mois, plusieurs voix se sont élevées pour pointer le danger d’une utilisation inconsidérée de CRISPR-Cas9, notamment pour modifier les cellules germinales, celles qui permettent la reproduction. « Il faut être vigilant, insiste le Pr Hibner. CRISPR-Cas9 offre de formidables espoirs pour guérir des maladies. Mais son utilisation abusive chez l’homme ou d’autres espèces pourrait avoir des conséquences que nous ne pouvons pas prévoir aujourd’hui. »

Pierre Bienvault