Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer sport adapté au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

ESMO 2023. De nouvelles avancées dans les cancers du sein hormonodépendants métastatiques

{{ config.mag.article.published }} 23 octobre 2023

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Cette année à l’ESMO, des résultats prometteurs dans les cancers du sein hormonodépendants métastatiques ont été présentés. Le Dr Barbara Pistilli, cheffe du comité de pathologie mammaire à Gustave Roussy, les commente pour nous.

CE QU’IL FAUT RETENIR :

L’essai clinique :  TROPION-Breast01

Les patientes concernées : les femmes touchées par un cancer du sein hormonodépendant métastatique ayant déjà reçu plusieurs lignes de traitement.

Le traitement : le Datopotamab deruxtecan (Dato-DXd), un ADC1 couplant une chimiothérapie à un anticorps ciblant Trop-2, une protéine présente à la surface des cellules tumorales.

Les résultats : ce traitement permet de retarder le moment où la maladie va progresser à nouveau. Ces résultats doivent encore être confirmés.

Pouvez-vous nous présenter l’étude TROPION-Breast01 à laquelle vous avez participé et dont les premiers résultats ont été présentés à l’ESMO ?

Il s’agit d’une étude de phase 3 qui a concerné des femmes touchées par un cancer du sein métastatique hormonodépendant ayant déjà reçu des traitements en condition métastatique, comme des hormonothérapies ou des thérapies ciblées et une ou deux lignes de chimiothérapie.

Pourquoi était-il important de s’intéresser à ces femmes ?

Aujourd’hui, les femmes touchées par un cancer du sein métastatique hormonodépendant ont accès à une première ligne de traitement qui a récemment révolutionné leur prise en charge : les inhibiteurs de CDK4/6. Quand cette thérapie ne s’avère plus efficace, on a encore la possibilité de recourir à de l’hormonothérapie, seule ou en combinaison avec d’autres thérapies ciblées.

Après cela, nous n’avons à notre disposition que des chimiothérapies dont l’efficacité est limitée et qui peuvent causer des effets secondaires importants. C’est pourquoi il était important de trouver des nouvelles molécules, plus efficaces et moins toxiques, pour que les femmes puissent bénéficier de ces traitements le plus longtemps possible, tout en préservant leur qualité de vie.

Quel traitement était testé dans cette étude ?

Le traitement expérimental était le Datopotamab deruxtecan (Dato-DXd). Il appartient à une nouvelle classe de traitements, les ADC1 . Ils permettent de véhiculer une chimiothérapie très puissante directement dans la tumeur grâce à un anticorps qui reconnaît une protéine – ici Trop2 – exprimée préférentiellement à la surface des cellules cancéreuses.

Ce nouveau traitement s’est-il avéré efficace ?

Les résultats ont montré que ce nouveau traitement retarde la progression de la maladie par rapport à une chimiothérapie standard. Par ailleurs, le nouveau traitement était mieux toléré par les patientes.

Cela va-t-il conduire à un changement dans la prise en charge des patientes ?

Ces résultats sont prometteurs mais je pense qu’il faut attendre d’avoir plus de recul. Il faudra aussi comprendre à quel moment introduire cette thérapie dans le parcours de soi et déterminer quelles patientes en tireront le meilleur bénéfice.

EN IMAGES : Retrouvez le décryptage complet du Dr Pistilli en vidéo.

Propos recueillis par Emilie Groyer

1. Les ADC (pour antibody-drug conjugates) sont des chimiothérapies couplées à des anticorps dirigés contre une protéine présente à la surface des tumeurs. Cette association permet d’acheminer la chimiothérapie directement au coeur de la tumeur.


{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

Tristesse et dépressionActualité

ASCO 2024 – Détecter précocement les signes de dépression post-cancer

Identifier les femmes susceptibles de développer une dépression après un cancer du sein et ce, dès leur diagnostic, c’était l’objectif des travaux présentés cette année au congrès international de cancérologie de l’ASCO par le Dr Antonio Di Meglio. Il les décrypte pour nous.

14 juin 2024

60:00

Reconstruction mammaire {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire médical – Tout savoir sur la reconstruction de l’aréole et du mamelon

Après une mastectomie, voir son mamelon et son aréole "redessinés" constitue souvent la touche finale à un (long…) parcours de reconstruction. Le Dr Benoit Couturaud, chirurgien plasticien et cancérologue à l'institut Curie, et Laurence Malzard, tatoueuse, fondatrice de Dermaréole et ancienne patiente, vous montreront les options qu'offrent la chirurgie et le tatouage.

7 juin 2024

21:44

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Anne : « Je suis comme Alice au Pays des Merveilles qui tombe dans le terrier du Lapin Blanc »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Anne. C’est en vacances, en plein mois d’août, qu’elle sent une boule dans son sein. Elle décide de ne pas écouter une voix intérieure qui la taraude et qui lui répète « Regarde là ! ». Elle esquive, tergiverse, jusqu’à ce qu’un torticolis la pousse à aller voir un médecin. Anne ressort de la consultation avec une ordonnance non pas pour une séance de kiné mais pour effectuer la toute première mammographie de sa vie. Le mot « cancer » est prononcé. La voilà propulsée dans une autre dimension.

6 mai 2024

20:13

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Sandrine : « Quand le diagnostic du cancer tombe, c’est le deuil de l’enfant que je dois faire… »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Découvrez l’histoire de Sandrine. Infirmière, mariée, Sandrine est une femme heureuse. Sauf qu’elle n’arrive pas à tomber enceinte. Elle se lance alors dans un parcours de PMA et enchaîne plusieurs tentatives toutes infructueuses. Il lui reste une chance, la dernière. C’est alors qu’on lui détecte une tumeur au sein.

22 avril 2024

{{ config.event.all }}

En ligne

HormonothérapieAtelier

Spécial Paris – Socio-esthétique : Conseils pendant l’hormonothérapie

26 juillet 2024 • 15h00 - 16h30

L’hormonothérapie provoque de nombreux effets secondaires liés aux bouleversements hormonaux qu’elle induit, y compris sur notre visage. Quels sont les effets secondaires de ce traitement sur ma peau ? Ma peau est irritée, pleine de rougeurs. Comment en prendre soin ? Quels produits puis-je utiliser ? Au cours de cet atelier, Prescilia, socio-esthéticienne, vous donnera de précieux conseils et astuces : comment agir face à ces effets secondaires, comment se maquiller pour camoufler les bouffées de chaleur, quels produits éviter durant la prise de ce traitement... Cet atelier concerne toutes les adhérentes qui suivent un traitement par hormonothérapie et celles qui vont le commencer.