Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer sport adapté au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

ESMO 2023. Cancers de la vessie métastatiques : enfin de nouveaux traitements efficaces en première ligne

{{ config.mag.article.published }} 22 octobre 2023

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Deux thérapies innovantes présentées cette année à l'ESMO ont permis d'améliorer la survie des patients atteints de cancers urothéliaux métastatiques. L'une d'elle devient le nouveau standard en première ligne de traitement. On fait le point.

CE QU’IL FAUT RETENIR :

L’étude : EV-302/KEYNOTE-A39

Les patients concernés : des personnes touchées par un cancer métastatique urothélial de la vessie qui n’ont pas encore reçu de traitement en condition métastatique.

Le traitement : une combinaison entre un ADC1 (l’enfortumab vedotin, Padcev©) et une immunothérapie anti-PD1 (le pembrolizumab, Keytruda©)

Les résultats : doublement de l’espérance de vie des patients. Au vu de ces résultats, cette combinaison devient le nouveau standard de traitement en remplacement de la chimiothérapie.

Cela faisait 30 ans que le traitement des cancers métastatiques urothéliaux de la vessie (type le plus courant de cancer de la vessie) n’avait pas bénéficié d’avancées majeures, la chimiothérapie restant le traitement standard. La donne est sur le point de changer grâce à, non pas un, mais 2 essais cliniques majeurs présentés aujourd’hui au congrès européen de cancérologie de l’ESMO. Leur nom de code : EV-302/KEYNOTE-A39 et CheckMate 901.

Les mêmes patients visés…

Parlons déjà de leurs points communs. Ces 2 études portent sur la même population de patients, à savoir des patients atteints d’un cancer urothélial ayant métastasé et n’ayant reçu aucune ligne de traitement en condition métastatique. Les 2 études ont comparé le traitement standard actuel par chimiothérapie à de nouvelles combinaisons de traitements. Dans les 2 cas, cette combinaison impliquait une immunothérapie anti-PD1. Enfin, aucune sélection de patients n’a été faite au préalable sur la base de biomarqueurs comme l’expression de PD1.

mais des traitements différents

Les différences entre ces 2 essais cliniques résident dans le choix de l’immunothérapie anti-PD1 mais également dans celui du traitement auquel elle a été combinée. Alors que l’étude CheckMate 901 a choisi de tester l’efficacité de l’association de l’anti-PD1 nivolumab avec une chimiothérapie, l’étude EV-302/KEYNOTE-A39 a combiné l’anti-PD1 pembrolizumab (Keytruda©) au enfortumab vedotin (Padcev©), un ADC1.

Des résultats en faveur de la combinaison immunothérapie+ADC

Les 2 essais cliniques ont été un succès avec un prolongement significatif de la survie des patients dans les 2 cas. Alors comment les oncologues choisiront entre l’une ou l’autre des combinaisons ? Pour le Dr Andrea B Apolo, experte dans les cancers de la vessie chargée de commenter les 2 études lors de l’ESMO, il n’y a pas d’hésitation à avoir. « Le bénéfice du novalumab est significatif mais modeste en comparaison à la combinaison pembrolizumab + enfortumab vedotin. Elle permet de doubler la survie des patients et de réduire de moitié le risque de décès par rapport à un traitement par chimiothérapie. Elle est donc clairement la plus avantageuse. »

Le Dr Powles présente les résultats de l’étude EV-302/KEYNOTE-A39. On peut voir en bleu la courbe de survie des patients traités par la combinaison immunothérapie+ADC se détacher de manière significative de la courbe de survie des patients traités par chimiothérapie.

Autre intérêt de la combinaison immunothérapie + ADC : « Près de 70% des patients traités ont répondu au traitement. Indépendamment de la présence de métastases, de leur statut PD1… C’est considérable » ajoute le Dr Andrea B Apolo.

Un nouveau standard de traitement

Le public présent à l’ESMO s’est levé pour applaudir les résultats sans précédent de la combinaison immunothérapie+ADC.

La standing ovation qui a accueilli la présentation des résultats de l’étude EV-302/KEYNOTE-A39 ce soir lors du congrès de l’ESMO ne laisse aucun doute sur le fait que la combinaison pembrolizumab + enfortumab vedotin sera rapidement adoptée par les oncologues et bénéficiera très bientôt aux patients.

Le Dr Powles, qui présentait les résultats , a toutefois tenu à interrompre l’acclamation de ses pairs pour remercier « les patients qui ont participé à cette étude mais également tous ceux qui ont participé aux douzaines d’essais cliniques qui jusqu’à présent n’avaient pas permis d’obtenir d’amélioration de la survie globale et qui ont fait un énorme sacrifice pour nous permettre d’arriver où nous en sommes aujourd’hui. »

EN IMAGES : Retrouvez le décryptage complet du Pr Gilles Créhange en vidéo.

Emilie Groyer

1. Les ADC (pour antibody-drug conjugates) sont des chimiothérapies couplées à des anticorps dirigés contre une protéine présente à la surface des tumeurs. Cette association permet d’acheminer la chimiothérapie directement au coeur de la tumeur.


{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

Recherche et essais cliniquesC'est quoi la différence

Essais cliniques. Phases 1, 2, 3, c’est quoi la différence ?

Les essais cliniques permettent de déterminer l’efficacité et la toxicité d’un médicament. Cette évaluation comporte 3 phases. Quelles sont leurs différences dans le cadre du cancer ? On vous explique.

12 avril 2024

Thérapies ciblées et ADCEnquêtes

Cancer du sein triple négatif : Trodelvy, ça change quoi ?

Touchant des femmes plutôt jeunes, à un stade avancé, il a longtemps laissé les médecins démunis. Jusqu’à l’arrivée, à la fin de 2021, de cette thérapie ciblée. Porteuse d’un formidable espoir, a-t-elle rempli toutes ses promesses ?

1 mars 2024

63:00

Recherche et essais cliniques {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire médical – La biopsie liquide

Et si l'on pouvait diagnostiquer un cancer, détecter une récidive ou une résistance à un traitement par une simple prise de sang ? C'est la promesse de la biopsie liquide. Le Pr Catherine Alix Panabières, directrice du laboratoire des Cellules Circulantes Rares Humaines du CHU de Montpellier et co-inventrice de ce mot, vous explique comment fonctionne cette technique et comment elle pourrait très bientôt révolutionner la lutte contre le cancer.

8 décembre 2023

Cancers métastatiquesActualité

Cancer de l’endomètre avancé : une nouvelle immunothérapie disponible en accès précoce

Le dostarlimab vient d'obtenir un accès précoce pour le traitement du cancer de l’endomètre avancé ou en première rechute. Quel est ce traitement ? Qui sont les femmes éligibles ? On fait le point avec le Dr Manuel Rodrigues, oncologue et chercheur à l'Institut Curie.

17 novembre 2023