Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Une étude va évaluer un dépistage du cancer du sein personnalisé, fondé sur le risque de chacune

{{ config.mag.article.published }} 5 octobre 2018

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Parce que la moitié des femmes de 50 à 74 ans invitées à se faire dépister ne le font finalement pas, MyPebs, une grande étude européenne, s’apprête à évaluer un programme alternatif de dépistage, fondé sur le risque de chacune de développer un cancer du sein dans les 5 ans à venir. 85000 volontaires vont être recrutées à partir du 1er décembre. Dont 20000 en France.

{{ config.mag.article.warning }}

En Europe aujourd’hui, les programmes de dépistage organisé du cancer du sein sélectionnent les femmes sur un seul critère : l’âge. A partir de 50 ans et jusqu’à 69 ou 74 ans selon les pays, toutes celles qui le désirent bénéficient d’une mammographie à intervalles réguliers (de un à trois ans selon les pays). Or il apparaît que ces seuls éléments – âge et mammographies à intervalles fixes – ne suffisent pas à assurer un dépistage optimal. En France, non seulement la moitié des femmes invitées à participer au programme de dépistage ne poussent pas la porte du cabinet de radiologie, mais 20% des cancers du sein surviennent avant l’âge de 50 ans. De plus, « 15 à 17% des cancers du sein sont diagnostiqués dans l’intervalle entre deux mammographies », précise le Dr Suzette Delaloge, oncologue à Gustave Roussy et présidente du French Breast cancer Intergroup chez Unicancer, qui ajoute : « Des cancers sont encore dépistés à un stade avancé. Et il y a aussi des faux positifs, ainsi que du surdiagnostic », autrement dit des diagnostics de lésions à évolution lente qui n’auraient pas mis en danger la vie de la patiente.

Pour tenter d’améliorer le système, une étude européenne associant la France, l’Italie, la Belgique, la Grande-Bretagne et Israël, et coordonnée par le Dr Delaloge, s’apprête à recruter 85000 femmes de 40 à 70 ans inclus, à compter du 1er décembre 2018. Son nom : MyPebs (Personalising Breast screening). Et son objectif : mettre en place un programme personnalisé, dans lequel la fréquence des mammographies sera adaptée au risque individuel de chaque femme. Les femmes seront recrutées sur deux ans, puis suivies pendant quatre ans. Au total, l’étude durera donc six ans.

Deux « bras » : « pratique actuelle » et « personnalisé »

Les 85000 participantes seront aléatoirement réparties en deux « bras ». Dans le premier, « pratique actuelle », celles de 40 à 50 ans intègreront le protocole standard de leur pays. Elles n’auront donc pas de mammographies avant 50 ans, puis en auront une tous les un, deux ou trois ans, selon leur pays. Dans le bras « personnalisé » en revanche, le dépistage commencera à 40 ans. Toutes les participantes feront un test ADN (à partir d’un échantillon de salive) qui étudiera 313 variations modifiant le risque de développer un cancer du sein. De plus, elles renseigneront leur profil personnel (âge, antécédents familiaux de cancers du sein), leur statut hormonal (dont âge des premières règles), leur densité mammaire. Une fois combinés, ces éléments détermineront un niveau de risques.

Quatre niveaux de risques

Les femmes présentant un risque bas (inférieur à 1%) de développer un cancer du sein dans les cinq à venir se verront proposer une mammographie tous les quatre ans et seront sensibilisées aux symptômes à surveiller.

Dans le groupe à risque moyen (entre 1% et 1,66% à 5 ans), la fréquence de dépistage restera à deux ans. Les femmes présentant un haut risque (de 1,67% à 6%) auront une mammographie tous les ans. Enfin, pour le groupe à très haut risque, une IRM sera ajoutée à la mammographie. Par ailleurs, les femmes ayant des seins denses auront systématiquement une échographie en plus de leur mammographie.

Les chercheurs attendent de l’étude qu’elle améliore le score de détection des cancers chez celles qui courent le plus de risques en augmentant et en affinant les examens. Mais ils souhaitent aussi épargner des mammographies inutiles et stressantes, voire nocives, à celles (maximum 30% des femmes, d’après le Dr Delaloge) qui n’en ont pas besoin. En adaptant ainsi le système aux besoins de chacune, il espèrent améliorer le taux de participation général au programme dépistage.

En France, 30 départements participent à MyPebs* et toutes les résidentes de 40 à 70 ans recevront dans leur boîte aux lettres une invitation à s’engager dans l’étude, avec toutes les informations nécessaires.

 

*Les 8 départements d’Ile-de-France ; les 5 départements des Hauts-de-France ; la Seine-Maritime, la Moselle, le Morbihan, la Loire-Atlantique, la Vienne, la Charente, la Gironde, la Haute-Garonne, le Puy-de-Dôme, le Cantal, la Haute-Loire, la Lozère, le Gard, le Vaucluse, l’Isère, le Rhône, l’Ain.

PLUS D’INFO : mypebs.eu


{{ config.mag.team }}

Béatrice Lorant

Ancienne rédactrice en chef de Rose magazine

Thérapies ciblées et ADCEnquêtes

Cancer du sein triple négatif : Trodelvy, ça change quoi ?

Touchant des femmes plutôt jeunes, à un stade avancé, il a longtemps laissé les médecins démunis. Jusqu’à l’arrivée, à la fin de 2021, de cette thérapie ciblée. Porteuse d’un formidable espoir, a-t-elle rempli toutes ses promesses ?

1 mars 2024

ChimiothérapieActualité

Cancer du sein : “Exclure les femmes de plus de 70 ans de l’indication des signatures génomiques est arbitraire”

Le Dr Eric-Charles Antoine, oncologue à la clinique Hartmann, revient pour nous sur le récent avis de la HAS d’exclure les femmes âgées de plus de 70 ans de l’indication des signatures génomiques. Un outil qui permettrait pourtant à certaines d’entre elles d’échapper à une chimiothérapie inutile.

21 février 2024

17:00

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Stéphanie : « Là, l’épée de Damoclès que tu avais sur la tête tombe »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Stéphanie. Stéphanie aimerait avoir un deuxième enfant. Parce qu’elle est atteinte d’une maladie génétique, elle doit recourir à une fécondation in vitro. Et parce qu’elle a la quarantaine, on lui demande de passer une mammo. Une première pour elle.

29 janvier 2024

63:00

Conférence {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire médical – La biopsie liquide

Et si l'on pouvait diagnostiquer un cancer, détecter une récidive ou une résistance à un traitement par une simple prise de sang ? C'est la promesse de la biopsie liquide. Le Pr Catherine Alix Panabières, directrice du laboratoire des Cellules Circulantes Rares Humaines du CHU de Montpellier et co-inventrice de ce mot, vous explique comment fonctionne cette technique et comment elle pourrait très bientôt révolutionner la lutte contre le cancer.

8 décembre 2023

{{ config.event.all }}

En ligne

Atelier

Atelier Pratique Kiné : le kiné répond à vos questions

21 février 202411h00 - 12h00

Lors de cet atelier en petit groupe de mise en pratique, venez poser toutes vos questions à Jocelyne Rolland, kinésithérapeute et fondatrice des méthodes Rose Pilates et Avirose. Elle vous donnera des conseils personnalisés et des exercices adaptés à vos besoins.

En ligne

Conférence

Webinaire kiné – 10 bonnes raisons de consulter un kiné

7 février 202411h00 - 12h00

Saviez vous que la kinésithérapie peut vous aider à remobiliser votre corps en douceur pendant et après les traitements de votre cancer ? Lors de ce webinaire, Jocelyne Rolland, kinésithérapeute et fondatrice des méthodes Rose Pilates et Avirose, vous expliquera comment la kinésithérapie peut vous aider tout au long de votre parcours de soins.

Bordeaux

HormonothérapieAtelier

Conseils nutritionnels et mise en pratique – Spécial Hormonothérapie

6 février 202413h30 - 15h00

Je suis sous hormonothérapie, dois-je bannir certains aliments de mes repas ? C'est quoi les aliments dits hormone-like ? Dois-je opter pour des compléments alimentaires et en éviter certains ?  Notre onco-diététicienne répondra à toutes ces questions (et bien d'autres) lors de cet atelier. Elle vous donnera également des conseils pour conserver une alimentation saine et équilibrée, pendant votre traitement d'hormonothérapie. 

Bordeaux

HormonothérapieConférence

Conférence – Comprendre et pallier les effets indésirables de l’hormonothérapie

16 février 202413h30 - 15h00

L’hormonothérapie est synonyme pour beaucoup de bouffées de chaleur, prise poids, douleurs articulaires, sécheresse vaginale et autres joyeusetés ! Comment vivre avec une hormonothérapie ? Comment adoucir ou éviter les effets secondaires ? Venez rencontrer Bérangère ARNAL-MORVAN, médecin de la femme et phytothérapeute. Conférencière et enseignante en France et à l’étranger, elle est l’auteure de nombreux ouvrages et articles sur la santé de la femme au naturel.