Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer sport adapté au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Cancer du sein : une nouvelle étude confirme l’intérêt de la signature OncotypeDX en France

{{ config.mag.article.published }} 13 février 2019

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

La signature génomique OncotypeDX permet une désescalade thérapeutique chez les femmes atteintes d'un cancer du sein de stade précoce. C'est ce que vient de montrer une étude française. Des résultats qui contredisent le rapport de la HAS publié la veille qui ne reconnait pas l'utilisé de ce test en France.

{{ config.mag.article.warning }}

On regrette souvent l’inertie des autorités de santé à prendre des décisions qui pourraient améliorer la santé des patients. Cette fois, peut-être auraient-elles mieux fait d’attendre un peu avant de rendre leurs conclusions… Lundi, la HAS rendait son rapport sur les signatures génomiques et concluait qu’aucune des 4 signatures génomiques disponibles ne permettait d’aider les oncologues à décider si une chimiothérapie adjuvante serait bénéfique ou non à des patientes avec un cancer du sein de stade précoce. L’un des arguments avancés par les experts du rapport était que « dans le contexte français », les signatures génomiques n’avaient aucune valeur ajoutée par rapport aux critères clinico-pathologiques (âge de la patiente, taille et agressivité de la tumeur…) utilisés traditionnellement pour prendre ce type de décision.

Aujourd’hui, les résultats de PONDx contredisent cet argument. Cette étude a analysé les données de 882 patientes avec un cancer du sein précoce, prises en charge dans 53 centres français entre octobre 2015 et juillet 2016, en condition de « vie réelle ». Les décisions d’avoir recours à une chimiothérapie adjuvante basées uniquement sur les critères clinico-pathologiques ont été comparées à celle prise en tenant compte des résultats du test OncotypeDX.

Une réduction de 36 % des prescriptions de chimiothérapies adjuvantes

« Les résultats montrent que 61% de ces patientes auxquelles une chimiothérapie avait été recommandée avant la réalisation du test ont pu éviter ce traitement grâce au résultat du test Oncotype DX®, de même que 13% d’entre elles qui avaient une indication initiale d’hormonothérapie seule ont nécessité l’ajout d’une chimiothérapie suite au test » explique Genomics Health, premier fournisseur mondial de tests de diagnostic basés sur la génomique et commanditaire de l’étude, dans son communiqué. En d’autre terme, le recours à la signature génomique OncotypeDX réduit de 36 % les prescriptions de chimiothérapie.

Contrairement à ce qu’avançait la HAS dans son rapport, la signature génomique OncotypeDX a donc bien une utilité clinique « dans le contexte français » puisqu’elle conduit à une modification de la décision thérapeutique.

Par ailleurs, on peut noter que le test Oncotype DX réduit de 29 % la prescription de chimiothérapie chez les femmes atteintes d’un cancer de grade 3 : une population que la HAS avait écarté d’emblée de son rapport, considérant que pour ces femmes, le bénéfice de la chimiothérapie ne faisait aucun doute.

Emilie Groyer


{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

Tristesse et dépressionActualité

ASCO 2024 – Détecter précocement les signes de dépression post-cancer

Identifier les femmes susceptibles de développer une dépression après un cancer du sein et ce, dès leur diagnostic, c’était l’objectif des travaux présentés cette année au congrès international de cancérologie de l’ASCO par le Dr Antonio Di Meglio. Il les décrypte pour nous.

14 juin 2024

60:00

Reconstruction mammaire {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire médical – Tout savoir sur la reconstruction de l’aréole et du mamelon

Après une mastectomie, voir son mamelon et son aréole "redessinés" constitue souvent la touche finale à un (long…) parcours de reconstruction. Le Dr Benoit Couturaud, chirurgien plasticien et cancérologue à l'institut Curie, et Laurence Malzard, tatoueuse, fondatrice de Dermaréole et ancienne patiente, vous montreront les options qu'offrent la chirurgie et le tatouage.

7 juin 2024

21:44

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Anne : « Je suis comme Alice au Pays des Merveilles qui tombe dans le terrier du Lapin Blanc »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Anne. C’est en vacances, en plein mois d’août, qu’elle sent une boule dans son sein. Elle décide de ne pas écouter une voix intérieure qui la taraude et qui lui répète « Regarde là ! ». Elle esquive, tergiverse, jusqu’à ce qu’un torticolis la pousse à aller voir un médecin. Anne ressort de la consultation avec une ordonnance non pas pour une séance de kiné mais pour effectuer la toute première mammographie de sa vie. Le mot « cancer » est prononcé. La voilà propulsée dans une autre dimension.

6 mai 2024

20:13

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Sandrine : « Quand le diagnostic du cancer tombe, c’est le deuil de l’enfant que je dois faire… »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Découvrez l’histoire de Sandrine. Infirmière, mariée, Sandrine est une femme heureuse. Sauf qu’elle n’arrive pas à tomber enceinte. Elle se lance alors dans un parcours de PMA et enchaîne plusieurs tentatives toutes infructueuses. Il lui reste une chance, la dernière. C’est alors qu’on lui détecte une tumeur au sein.

22 avril 2024