Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Cancer hormonodépendant

HormonothérapieTémoignages

Mon hormonothérapie et moi. Isabelle : « J’ai refusé de prolonger mon traitement »

L’hormonothérapie a prouvé son efficacité pour réduire les risques de récidives de cancers du sein hormonodépendants. Si elle est bien tolérée par certaines femmes, elle est responsable d’effets secondaires handicapants pour d’autres. Témoignage.

HormonothérapieTémoignages

Mon hormonothérapie et moi. Elise: « Je ne pensais même pas qu’on pouvait avoir mal aux os »

L’hormonothérapie a prouvé son efficacité pour réduire les risques de récidives de cancers du sein hormonodépendants. Si elle est bien tolérée par certaines femmes, elle est responsable d’effets secondaires handicapants pour d’autres. Témoignage.

HormonothérapieTémoignages

Mon hormonothérapie et moi. Aurélie : « Je voudrais continuer le traitement plus longtemps »

L’hormonothérapie a prouvé son efficacité pour réduire les risques de récidives de cancers du sein hormonodépendants. Si elle est bien tolérée par certaines femmes, elle est responsable d’effets secondaires handicapants pour d’autres. Témoignage.

HormonothérapieTout savoir sur

Tout savoir sur l’hormonothérapie

L’hormonothérapie permet de réduire le risque de récidives des cancers hormono-dépendants, notamment après un cancer du sein. Comment ça marche, qui peut en bénéficier, quels sont les effets secondaires ? On fait le point.

5 décembre 2018

HormonothérapieEnquêtes

Celles qui disent non à l’hormonothérapie

Elles sont plus de 30 % chaque année à refuser l’hormonothérapie et à accroître leur risque de récidive. Pourquoi tant de femmes inobservantes ?

29 août 2017

HormonothérapieEnquêtes

Cancer et sexualité : l’hormonothérapie diminuerait la libido

Ce traitement inhibiteur d’hormones diminuerait aussi la libido. Fantasme ou réalité ?

1 juin 2017

1 2 3

Votre don nous aide à pérenniser nos actions d'information, d'accompagnement et de défense des droits des femmes touchées par tout type de cancer.

Votre don nous aide à pérenniser nos actions d'information, d'accompagnement et de défense des droits des femmes touchées par tout type de cancer.

Grâce à votre adhésion, vous bénéficierez entre autre d’un accompagnement personnalisé, un accès à de la documentation, 2 numéros de Rose magazine de l’année.

Activité physiqueTémoignages

Mon « sport-thérapie » : le marathon par Anaïs Quemener

Aide-soignante et marathonienne de haut niveau, Anaïs Quemener, 33 ans, vit pour la course à pied depuis l’enfance. Touchée à l’âge de 24 ans par un cancer, elle a trouvé dans son sport un formidable allié pour récupérer plus vite, voir plus loin que la maladie et vivre plus fort.

39:49

Beauté {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire socio-esthétique – Déchiffrer les étiquettes des cosmétiques

Vous êtes à la recherche de produits cosmétiques sains, sans additifs, sans ingrédients controversés et autres composants chimiques... Encore faut-il savoir décrypter les étiquettes ! Prescilia Wrobel, socio-esthéticienne, vient à votre rescousse pour vous aider à vous y retrouver.

22 juin 2024

60:00

Mucites et aphtes {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire médical – Tout savoir sur l’hygiène bucco-dentaire et les problèmes de bouche liés au cancer

Bouche sèche, caries, aphtes, mucites... Les conséquences des traitements du cancer sur vos dents, vos gencives ou la muqueuse de votre bouche sont loin d’être négligeables.

22 juin 2024

Droits et aidesActualité

Aide Médicale de l’Etat (AME) : face à la radicalisation des discours politiques, préservons l’esprit de notre système de santé

RoseUp s’alarme face à la radicalisation croissante des discours politiques sur des sujets de santé, que l’association connaît parfaitement, laissant croire qu’un trop grand nombre de personnes malades abuseraient de notre système de santé.

21 juin 2024