Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Mon hormonothérapie et moi. Elise: « Je ne pensais même pas qu’on pouvait avoir mal aux os »

{{ config.mag.article.published }} 15 décembre 2018

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

L’hormonothérapie a prouvé son efficacité pour réduire les risques de récidives de cancers du sein hormonodépendants. Si elle est bien tolérée par certaines femmes, elle est responsable d’effets secondaires handicapants pour d’autres. Témoignage.

{{ config.mag.article.warning }}

L’histoire de cette série de témoignages
« Mon hormonothérapie et moi », une série de 5 témoignages sur le vécu des femmes sous hormonothérapie, fait suite à un appel à témoin auprès de notre communauté. Pour vous en rappeler le contexte et ses limites, nous vous invitons à lire au préalable cet article.

J’ai été diagnostiquée d’un cancer du sein à 33 ans. On m’a retiré le sein gauche et j’ai eu droit à de la chimio et de la radiothérapie. Je suis sous Zoladex, un analogue de LH-RH, depuis 2 ans et 8 mois. Je n’étais pas ménopausée à l’époque mais mon médecin m’a prescrit ce traitement car je suis jeune et qu’il y a des antécédents de phlébites dans ma famille qui contre-indiquent le Tamoxifène. Tous les 28 jours, une infirmière vient me faire une injection. L’aiguille est très impressionnante. D’ailleurs au début l’infirmière ne voulait pas que je regarde mais il suffisait de voir les marques sur mon ventre pour se rendre compte que ce n’était pas une petite seringue.

J’ai souffert de bouffées de chaleur au début mais elles ont fortement diminué depuis que je fais de l’auriculothérapie. Le plus gênant ce sont les douleurs osseuses. Je ne pensais même pas que c’était possible d’avoir mal aux os ! Parfois, j’ai mal aux os des mains, du dessus du pied et même des pommettes. C’est dingue !

« On vous enlève une part de votre vie de femme, déjà qu’on m’en a enlevé pas mal… »

On ne m’a pas parlé de ces effets secondaires pendant les consultations et donc encore moins des solutions pour les soulager. Alors j’ai trouvé mes propres astuces. Par exemple, j’ai remarqué que j’avais moins mal quand je buvais beaucoup après l’injection. Et j’essaie de bouger un maximum : je rentre du travail en marchant, je vais à la piscine. J’essaie de ne pas m’écouter aussi. Mais je suis conseillère bancaire et quand je dois m’occuper du guichet et que je reste debout toute la journée, c’est difficile. J’ai mal aux genoux, aux chevilles…

J’ai aussi une sécheresse vaginale et une perte de libido. J’ai seulement 36 ans et je ne ressens ni le besoin ni l’envie d’avoir des relations. C’est terrible. On vous enlève une part de votre vie de femme, déjà qu’on m’en a enlevé pas mal : on m’a retiré un sein, pendant la chimio j’ai perdu mes cheveux… Ça va que mon conjoint est conciliant et qu’on échange beaucoup sur ce sujet. Mais c’est compliqué de lui dire qu’il me fait mal. J’en ai parlé à mon oncologue, il m’a prescrit des lubrifiants. Ça aide juste à “fluidifier” les choses sinon c’est très désagréable. Pour la libido en revanche, sa réponse a été : « Ça passera quand vous arrêterez le traitement. »

L’hormonothérapie m’a été prescrite pour 5 ans par mon oncologue. Il suit le protocole. Ma gynécologue en revanche m’a dit : « Compte tenu de votre âge, la balance bénéfice/risque d’une ménopause précoce induite est défavorable car elle entraîne des troubles cardio-vasculaires, de l’ostéoporose, de l’hypertension… Pour moi, ça ne vaut pas le coup, vous pourriez arrêter ». D’ailleurs depuis un peu plus d’un an, je fais de l’hypertension et j’ai un traitement en plus pour ça. Comme c’est la guerre entre mon oncologue et ma gynécologue, j’ai demandé un 3ème avis dans un centre privé. On m’a donné une réponse de Normand : « Vous pouvez arrêter à 3 ans. »

« On n’est pas juste des moutons qui avalent un comprimé quand on leur dit de le faire »

Alors, pour m’aider à prendre une décision, j’ai demandé des chiffres : « OK, si j’arrête maintenant, quels sont les risques de récidive ? ». D’abord, on m’a regardé l’air de dire : « Mais pourquoi vous posez la question, le protocole c’est 5 ans, c’est tout. » Les médecins ont du mal à comprendre qu’on n’est pas juste des moutons qui avalent un comprimé quand on leur dit de le faire. Finalement, on m’a répondu : « On n’est pas capable de vous donner des chiffres car on manque de données notamment chez les femmes jeunes. » En gros, c’est « faites comme vous voulez ».

J’arrive presque au bout des 3 ans mais j’essaie de ne pas y penser. C’est flippant parce que si je prends la décision d’arrêter et que mon cancer récidive, est-ce que je ne vais pas m’en mordre les doigts ? L’un des facteurs qui va entrer en ligne de compte c’est notre envie d’avoir un enfant. Si je choisis le protocole de 5 ans, j’aurai 38 ans à l’arrêt du traitement. Ça peut être problématique. Heureusement, avant ma chimiothérapie, on m’a fait un prélèvement d’ovocytes qui m’attendent bien gentiment au congélateur. La blague préférée de mon conjoint : « Si on s’en sert, on appellera nos enfants Miko et Freeze ! »

À LIRE AUSSI : Retrouvez l’intégralité des épisodes de notre série « Mon hormonothérapie et moi » ici.

 

Propos recueillis par Emilie Groyer


{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

Tristesse et dépressionActualité

ASCO 2024 – Détecter précocement les signes de dépression post-cancer

Identifier les femmes susceptibles de développer une dépression après un cancer du sein et ce, dès leur diagnostic, c’était l’objectif des travaux présentés cette année au congrès international de cancérologie de l’ASCO par le Dr Antonio Di Meglio. Il les décrypte pour nous.

14 juin 2024

60:00

Reconstruction mammaire {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire médical – Tout savoir sur la reconstruction de l’aréole et du mamelon

Après une mastectomie, voir son mamelon et son aréole "redessinés" constitue souvent la touche finale à un (long…) parcours de reconstruction. Le Dr Benoit Couturaud, chirurgien plasticien et cancérologue à l'institut Curie, et Laurence Malzard, tatoueuse, fondatrice de Dermaréole et ancienne patiente, vous montreront les options qu'offrent la chirurgie et le tatouage.

7 juin 2024

21:38

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Aurélie : « J’ai compris ce que c’était que d’être aimée à ce moment-là »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire d’Aurélie. C’est au cours d’un examen gynécologique de routine qu’on lui découvre des masses au niveau de l’utérus. Une mauvaise nouvelle qui tombe d’autant plus mal, qu’elle vient de rencontrer un homme charmant. Est-ce que cette annonce signera la fin de cette belle histoire ?

20 mai 2024

21:44

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Anne : « Je suis comme Alice au Pays des Merveilles qui tombe dans le terrier du Lapin Blanc »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Anne. C’est en vacances, en plein mois d’août, qu’elle sent une boule dans son sein. Elle décide de ne pas écouter une voix intérieure qui la taraude et qui lui répète « Regarde là ! ». Elle esquive, tergiverse, jusqu’à ce qu’un torticolis la pousse à aller voir un médecin. Anne ressort de la consultation avec une ordonnance non pas pour une séance de kiné mais pour effectuer la toute première mammographie de sa vie. Le mot « cancer » est prononcé. La voilà propulsée dans une autre dimension.

6 mai 2024

{{ config.event.all }}

Bordeaux

Bien-être et évasionTemps d'échange

Goûter mensuel

25 juillet 2024 • 15h00 - 16h30

Nous vous invitons à un goûter mensuel au sein de la Maison RoseUp de Bordeaux. Convivialité et bonne humeur sont au rendez vous pour ce temps de partage entre adhérentes. 

En ligne

HormonothérapieAtelier

Spécial Paris – Socio-esthétique : Conseils pendant l’hormonothérapie

26 juillet 2024 • 15h00 - 16h30

L’hormonothérapie provoque de nombreux effets secondaires liés aux bouleversements hormonaux qu’elle induit, y compris sur notre visage. Quels sont les effets secondaires de ce traitement sur ma peau ? Ma peau est irritée, pleine de rougeurs. Comment en prendre soin ? Quels produits puis-je utiliser ? Au cours de cet atelier, Prescilia, socio-esthéticienne, vous donnera de précieux conseils et astuces : comment agir face à ces effets secondaires, comment se maquiller pour camoufler les bouffées de chaleur, quels produits éviter durant la prise de ce traitement... Cet atelier concerne toutes les adhérentes qui suivent un traitement par hormonothérapie et celles qui vont le commencer.

En ligne

KinéConférence

Kiné – Se préparer ou se remettre d’une chirurgie du sein ou de l’aisselle

21 août 2024 • 11h00 - 12h00

Votre opération du sein ou votre curage axillaire sont programmés ou tout juste passés ? Venez prendre conseil auprès de Jocelyne Rolland, kinésithérapeute et fondatrice des méthodes Rose Pilates et Avirose à l'occasion de ce webinaire. Elle vous expliquera comment préparer votre corps avant la chirurgie ou comment le remobiliser après. Elle vous proposera des exercices faciles à reproduire et à intégrer dans votre routine du quotidien.

En ligne

Troubles de la sexualitéAtelier

Atelier Café Sexo : la libido solo pour se retrouver

22 août 2024 • 11h00 - 12h00

Thème du jour : la masturbation. Notre sexologue vous expliquera comment les plaisirs solitaires peuvent vous aider à vous réapproprier votre corps, à redécouvrir vos désirs et relancer votre libido. Cet atelier vous ai proposé en petit groupe, micros allumés pour des échanges facilités. La caméra pourra être allumée ou éteinte, en fonction de votre souhait.