Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Tatouage et dermopigmentation des aréoles mammaires : c’est quoi la différence ?

{{ config.mag.article.published }} 23 octobre 2018

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Après une mastectomie et une chirurgie réparatrice, voir son aréole redessinée apporte la touche finale au (long…) parcours de reconstruction. Mais quelle technique choisir ? Nos aides à la décision…

{{ config.mag.article.warning }}

Les encres

Les encres employées ne sont pas tout à fait, car les agents ajoutés pour stabiliser les pigments (d’origine minérale ou organique) sont différents. Ceux qui sont employés dans les encres pour tatouage sont plus efficaces. En dermopigmentation, les encres – ou plutôt les « produits colorants » – sont « biorésorbables », c’est-à-dire que l’organisme les élimine au fur et à mesure. Tous les produits doivent en revanche répondre aux mêmes exigences d’innocuité, dictées par la norme européenne Résolution ResAP (2008) et l’article L. 513-10 du code de la santé publique, qui définissent notamment les substances interdites.

Ceux qui sont utilisés pour la dermopigmentation, à l’hôpital et, plus rarement, en institut de beauté, répondent toutefois à des normes plus strictes : ils sont présentés en doses à usage unique et stériles.

La tenue dans le temps

Le tatouage est définitif, même s’il s’éclaircit après la phase de cicatrisation (environ un mois). La dermopigmentation est semi-permanente : elle ne s’effacera jamais totalement, mais les couleurs risquent de s’estomper, voire de virer.

La stabilité des encres dépend d’une part de leur qualité – certains pigments minéraux ont par exemple tendance à devenir orangés avec le temps – mais aussi de votre peau. Le dessin peut donc se maintenir quelques mois ou quelques années, mais il est impossible d’en prévoir l’évolution. Pour pallier ce problème, il est possible d’effectuer des retouches. Toutefois, les femmes ayant opté pour cette technique y reviennent rarement, ce que nous confirment les chirurgiens, infirmières et esthéticiennes que nous avons interrogés. Leurs raisons en sont diverses : une certaine affection pour le dessin, même s’il s’atténue, le refus de repasser « sous l’aiguille » ou tout simplement le manque de moyens.

Qui pratique

Le tatouage d’aréole mammaire par dermopigmentation peut être réalisé à l’hôpital. Ce sont des chirurgiens plasticiens ou des infirmières formées et supervisées par ces chirurgiens qui le pratiquent. Il peut aussi être exécuté par des esthéticiennes en institut. Le tatouage définitif est, quant à lui, uniquement pratiqué par des tatoueurs. À ce jour, aucun diplôme n’atteste de la compétence d’une esthéticienne ou d’un tatoueur dans ce domaine.

Il existe des formations de quelques jours pour se familiariser aux différents pigments, s’entraîner à dessiner l’aréole et à la tatouer, sur une peau en latex ou sur un modèle. Mais ces formations ne sont validées que par une attestation de présence. Or, reconstruire une aréole mammaire par dermopigmentation ou tatouage nécessite des compétences impossibles à acquérir en si peu de temps : il faut avoir une bonne connaissance de l’évolution des pigments dans le temps, savoir reconnaître une peau encore cicatricielle, qui ne devra pas être tatouée, adapter le geste aux peaux fragilisées par les interventions…

Et, bien évidemment, il y a la dimension artistique : pour obtenir un réel effet de trompe-l’œil, il est nécessaire de maîtriser les tracés, les techniques d’ombre et lumière…

À qui faire confiance

Avant tout, faites confiance au bouche-à-oreille. Et si personne ne peut vous conseiller, demandez à voir des photos avant/après avant de vous lancer. Autre point important : vous devez vous sentir écoutée et accompagnée. Le dessin de l’aréole se fait à deux. Le professionnel doit vous demander votre avis sur son positionnement, le choix des couleurs… Et si vous sentez la moindre gêne pendant le tatouage, il doit aussi vous proposer de faire une pause, éventuellement de quelques jours. N’oubliez pas non plus de vérifier qu’il est bien titulaire d’un diplôme d’hygiène et salubrité.

Le coût

A l’hôpital, la dermopigmentation est prise en charge à 100 %. Si vous préférez éviter la case « médicale » et faire appel à une esthéticienne ou à un tatoueur, il vous faudra débourser entre 400 et 500 euros pour une aréole, et entre 600 et 800 euros pour les deux.

Emilie Groyer

Retrouvez cet article dans Rose Magazine (Numéro 15, p. 126)


{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

21:44

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Anne : « Je suis comme Alice au Pays des Merveilles qui tombe dans le terrier du Lapin Blanc »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Anne. C’est en vacances, en plein mois d’août, qu’elle sent une boule dans son sein. Elle décide de ne pas écouter une voix intérieure qui la taraude et qui lui répète « Regarde là ! ». Elle esquive, tergiverse, jusqu’à ce qu’un torticolis la pousse à aller voir un médecin. Anne ressort de la consultation avec une ordonnance non pas pour une séance de kiné mais pour effectuer la toute première mammographie de sa vie. Le mot « cancer » est prononcé. La voilà propulsée dans une autre dimension.

6 mai 2024

20:13

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Sandrine : « Quand le diagnostic du cancer tombe, c’est le deuil de l’enfant que je dois faire… »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Découvrez l’histoire de Sandrine. Infirmière, mariée, Sandrine est une femme heureuse. Sauf qu’elle n’arrive pas à tomber enceinte. Elle se lance alors dans un parcours de PMA et enchaîne plusieurs tentatives toutes infructueuses. Il lui reste une chance, la dernière. C’est alors qu’on lui détecte une tumeur au sein.

22 avril 2024

20:16

Podcast {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Cynthia : « Mon gynéco m’envoie un email : “Ce n’est pas bon…” »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Cynthia. Cynthia est créatrice de contenu sur les réseaux sociaux. Elle y fédère beaucoup de femmes touchées par un cancer du sein. Elle-même a vaincu la maladie. Elle garde un souvenir très précis du moment elle a su qu’elle avait un cancer. Elle se trouve alors à Paris, sur le toit du BHV. On est le mardi 13 septembre 2016.

8 avril 2024

51:36

Conférence {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire médical – Les cancers du sein triple négatifs

Le cancer du sein triple négatif est un sous-type de cancer du sein particulièrement agressif qui touche souvent les femmes jeunes. Pourquoi ? Qu'est-ce qui le distingue des autres cancers du sein ? Est-il plus à risque de devenir métastatique ? Comment le soigne-t-on actuellement ? Où en est la recherche ? Le Dr Olivier Tredan, coordonnateur du département de cancérologie médicale du Centre Léon Bérard, accompagné de Claude Coutier, présidente du Collectif Triplettes Roses et Christelle, une Triplette, répondent à toutes vos questions.

14 mars 2024

{{ config.event.all }}

Bordeaux

HormonothérapieAtelier

Conseils nutritionnels et mise en pratique – Spécial Hormonothérapie

6 mai 2024 • 13h30 - 15h30

Je suis sous hormonothérapie, dois-je bannir certains aliments de mes repas ? C'est quoi les aliments dits hormone-like ? Dois-je opter pour des compléments alimentaires et en éviter certains ?  Notre onco-diététicienne répondra à toutes ces questions (et bien d'autres) lors de cet atelier. Elle vous donnera également des conseils pour conserver une alimentation saine et équilibrée, pendant votre traitement d'hormonothérapie. 

Bordeaux

HormonothérapieConférence

Conférence – Comprendre et pallier les effets indésirables de l’hormonothérapie

16 mai 2024 • 10h00 - 11h30

L’hormonothérapie est synonyme pour beaucoup de bouffées de chaleur, prise poids, douleurs articulaires, sécheresse vaginale et autres joyeusetés ! Comment vivre avec une hormonothérapie ? Comment adoucir ou éviter les effets secondaires ? Venez rencontrer Bérangère ARNAL-MORVAN, médecin de la femme et phytothérapeute. Conférencière et enseignante en France et à l’étranger, elle est l’auteure de nombreux ouvrages et articles sur la santé de la femme au naturel. 

Bordeaux

HormonothérapieAtelier

Café RoseUp- Spécial Hormonothérapie

14 mai 2024 • 15h00 - 16h30

Le Café RoseUp est un moment de partage organisé autour d'un goûter convivial et chaleureux.  L'idée ? Vous offrir l'opportunité d'échanger avec d'autres femmes qui traversent la même épreuve que vous, dans un cadre bienveillant. Chaque semaine, une nouvelle thématique est abordée. Aujourd'hui, le Café RoseUp est animé par Valérie, une patiente partenaire qui a elle-même été touchée par la maladie. Thème du jour : L'hormonothérapie

En ligne

Activité physiqueAtelier

Atelier Pratique Kiné : Les routines de renforcement musculaire

17 avril 2024 • 11h30 - 12h30

Vous êtes fatiguée au quotidien ? A cause des traitements et parce que vous pouvez moins bouger, vos muscles ont fondu et vous souhaitez y remédier ? Lors de cet atelier en petit groupe de mise en pratique, Jocelyne Rolland, kinésithérapeute et fondatrice des méthodes Rose Pilates et Avirose, vous montrera une routine simple à mettre en place pour vous remobiliser en douceur et lutter contre la fonte musculaire.