Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Cancer du poumon : existe-t-il des spécificités féminines?

{{ config.mag.article.published }} 2 octobre 2012

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Et si le cancer du poumon chez la femme suivait ses règles propres ? Une question au cœur de la recherche, qui pourrait faire évoluer la prise en charge de la maladie, réputée quasi incurable.

{{ config.mag.article.warning }}

Jusqu’à présent, on savait qu’il n’y avait pas « un » cancer du poumon, mais « des » cancers du poumon, se différenciant par leur aspect microscopique – on distingue les cancers bronchiques à petites cellules des cancers bronchiques non à petites cellules (85 % des cas) – et par leur « signature moléculaire », autrement dit les anomalies génétiques responsables de l’apparition de la maladie.

Ce que l’on ignorait, c’est qu’il existe des spécificités du cancer bronchique chez la femme. Un aspect d’autant plus crucial que si l’incidence de ces cancers tend à stagner chez les hommes, elle explose ces dernières années chez les femmes, à un rythme de 5,3% par an en moyenne entre 1990 et 2018. Le détail de ces particularités ? « Présentation radioclinique, type anatomo-pathologique, meilleure réponse aux traitements et meilleure survie des femmes quand elles sont diagnostiquées en stade précoce », indique le Pr Julien Mazières, pneumologue au CHU Larrey, à Toulouse. « Les adénocarcinomes sont plus fréquents chez les femmes atteintes d’un cancer du poumon que chez les hommes » , relève le Pr Alexis Courtot, pneumo-oncologue au CHRU de Lille.

Autre spécificité, un grand pourcentage de patientes, allant de 30 % dans les pays occidentaux à 80 % dans les pays asiatiques, « développe des adénocarcinomes bronchiques alors qu’elles ne fument pas. »

Cancer du poumon : la piste génétique

Des mutations de l’EGFR (récepteur du facteur de croissance épidermique) sont retrouvées chez près de la moitié des malades non fumeuses. C’est une bonne nouvelle, car elles peuvent orienter vers des traitements ciblés, plus efficaces que les chimiothérapies habituelles.

D’autres marqueurs moléculaires (HER2, ALK, ROS1, par exemple) sont aussi plus souvent retrouvés chez les femmes non fumeuses et peuvent guider vers des traitements personnalisés.

La piste hormonale

Difficiles à expliquer, ces spécificités donnent lieu à diverses hypothèses. Les différences subsistant face au tabagisme (consommation demeurant malgré l’évolution des comportements souvent moindre et moins longue chez les femmes) rendent difficile l’exploration d’autres facteurs. Bien connues pour leur rôle dans les cancers du sein, les hormones pourraient aussi être impliquées dans le développement de nombreux adénocarcinomes.

La présence et l’activation de récepteurs hormonaux dans les tissus pulmonaires plaide en faveur du caractère hormonodépendant de certains cancers bronchiques.

Si ces cancers bronchiques sont pour l’instant considérés comme les équivalents des cancers masculins et pris en charge de la même façon, ces découvertes pourraient peut-être un jour changer la donne.

Article mis à jour le 12 juillet 2019

 


{{ config.mag.team }}

Céline Dufranc

Journaliste

ParentalitéInterviews d'experts

Cancers héréditaires et sélection d’embryon : que dit la loi ?

Être porteur d’une mutation prédisposant au cancer, c’est vivre avec la peur de la transmettre à ses enfants. Le diagnostic pré-implantatoire (DPI), en permettant de sélectionner les embryons exempts du gène défaillant, permet d’écarter ce risque. Est-il ouvert à tous les cancers héréditaires ? Comment peut-on en bénéficier ? Le Dr Céline Moutou, Présidente de la Société Française de Diagnostic Préimplantatoire, nous aide à y voir plus clair.

13 mai 2024

21:44

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Nké : « Je découvre qu’on peut être atteint d’un cancer du poumon sans avoir jamais fumé »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu.  Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Nké. En novembre 2020, Nké a été diagnostiquée d'un cancer du poumon. Un choc. Elle n’a jamais fumé.  Pourquoi elle ? Devenu rapidement métastatique, son cancer s’est finalement révélé être d’une forme rare. Admise dans un essai clinique en avril 2022, cette maman solo de 49 ans en a été exclu 7 mois plus tard.  À ce jour, aucun traitement spécifique n’existe pour elle.

25 mars 2024

Cancers métastatiquesActualité

ESMO 2023. Cancer du poumon : une édition riche en avancées marquantes

Immunothérapies, thérapies ciblées, ADC : les avancées dans le traitement des cancers du poumon sont nombreuses cette année, tant à des stades avancés que précoces de la maladie.

6 novembre 2023

03:20

Cancers métastatiquesActualité

ESMO 2023. Cancer du poumon : ce qu’il faut retenir

Le Pr Nicolas Girard, pneumo-oncologue et chef du département d’oncologie médicale de l’Institut Curie, décrypte pour nous les derniers résultats présentés au congrès européen de cancérologie de l'ESMO.

3 novembre 2023