Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer sport adapté au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Cancer du sein : « Mon chirurgien peut-il refuser de me retirer mon sein controlatéral non malade ? »

{{ config.mag.article.published }} 14 février 2022

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Charlotte a une tumeur au sein gauche qu'on doit lui retirer prochainement par mastectomie. Elle aimerait qu’on lui retire par la même occasion le sein droit. Il n'a pas été touché par le cancer et elle n'a pas d’antécédents familiaux. Elle n'est pas non plus porteuse d’un gène de prédisposition au cancer du sein. Son chirurgien peut-il s’opposer à sa demande ? Le Dr Krishna Clough, directeur de l’Institut du Sein (Paris) et Vice-président de la société française de sénologie, lui répond.

{{ config.mag.article.warning }}

Dr Clough : Légalement, votre chirurgien peut refuser l’opération s’il considère qu’elle n’est pas justifiée d’un point de vue médical. Ce qui semble être votre cas puisque vous n’avez pas de prédisposition génétique, d’antécédents familiaux ou de facteurs de risques comme la pré-existence de lésions type hyperplasie atypique1. Mais ces dernières années, même si je ne dispose pas de chiffres, j’ai constaté dans ma pratique que de plus en plus de femmes dans votre cas demandent à ce qu’on leur retire les 2 seins. Les chirurgiens sont donc de plus en plus ouverts à la discussion.

Le plus souvent, cette demande est formulée au moment de l’annonce de la maladie. Et elle est guidée par la peur. La peur que le cancer ne revienne. Or, ce risque est souvent surévalué par les patientes. Quand on me fait ce type de demande, je prends donc le temps de leur expliquer que le fait de retirer leur sein controlatéral [sein non touché par la maladie, NDLR] n’a pas d’incidence sur le risque de récidive puisque la récidive c’est le retour du même cancer dans le même sein. Retirer le sein controlatéral ne diminue que le risque de faire un autre cancer. Ce risque est connu : il est de 5% dans les 10 ans qui suivent le premier cancer. Ce chiffre peut paraître élevé mais le risque zéro n’existe pas. Il faut savoir que chez les femmes qui n’ont jamais eu de cancer, le risque de développer un cancer du sein est de 12% tout au long de leur vie.

“Le risque que le cancer revienne est surévalué par les patientes”

Je leur rappelle aussi qu’une ablation mammaire n’est pas une opération anodine. Elles perdront toute sensibilité au niveau de leurs seins. Elles peuvent également développer des douleurs neuropathiques, parfois irréversibles. Pour celles qui feront le choix d’une reconstruction mammaire, les options seront limitées. Elles ne pourront souvent pas bénéficier d’une reconstruction par lambeaux car on ne pourra pas prélever du muscle des 2 côtés du dos. Les prothèses mammaires seront quasiment leur seule option. Et elles ne donnent pas toujours de bons résultats, notamment pour les fortes poitrines. Par ailleurs, la reconstruction mammaire par prothèse présente des risques de complications comme la coque ou le rejet de l’implant. Le résultat esthétique n’est pas aussi moins bon que pour une augmentation mammaire car, lors d’une reconstruction post-mastectomie, la prothèse n’est pas recouverte par de la glande. Même si on procède à une mastectomie et une reconstruction sur les 2 seins, il ne faut non plus espérer qu’ils soient symétriques et identiques : l’un aura subi les effets des rayons, l’autre non ; l’un aura peut-être conservé son mamelon, l’autre non…

“Une mastectomie n’est pas une opération anodine”

Dans la grande majorité des cas, ces arguments suffisent à faire changer d’avis la patiente. Si ce n’est pas le cas, en général je reporte la discussion après la mastectomie du sein touché. Cela lui laisse le temps de la réflexion. La patiente aura aussi l’expérience de ce qu’est cette opération. Si malgré tout, la patiente maintient sa demande, nous faisons appel à un psychologue. S’il considère que sa décision est mûrement réfléchie, on envisagera l’ablation du second sein.

Propose recueillis par Emilie Groyer

  1. augmentation du nombre de cellules qui tapissent les canaux ou les lobules du sein aux caractéristiques anormales.

{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

Relation avec les prochesQuestion/Réponse

Cancer et psycho : « Comment faire comprendre à mes proches que je ne veux pas parler de la maladie ? »

Depuis qu'elle leur a annoncé son cancer, les amis de Kate ne lui parlent plus que de ça : où en sont ses traitements, a-t-elle des effets secondaires... Elle sait qu'ils s'inquiètent pour elle mais elle aimerait parler d'autre chose quand elle les voit. Comment leur faire comprendre sans les froisser ? Sophie Lantheaume, psychologue clinicienne de la santé à l’hôpital privé Drôme Ardèche, la conseille.

17 juin 2024

Tristesse et dépressionActualité

ASCO 2024 – Détecter précocement les signes de dépression post-cancer

Identifier les femmes susceptibles de développer une dépression après un cancer du sein et ce, dès leur diagnostic, c’était l’objectif des travaux présentés cette année au congrès international de cancérologie de l’ASCO par le Dr Antonio Di Meglio. Il les décrypte pour nous.

14 juin 2024

60:00

Reconstruction mammaire {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire médical – Tout savoir sur la reconstruction de l’aréole et du mamelon

Après une mastectomie, voir son mamelon et son aréole "redessinés" constitue souvent la touche finale à un (long…) parcours de reconstruction. Le Dr Benoit Couturaud, chirurgien plasticien et cancérologue à l'institut Curie, et Laurence Malzard, tatoueuse, fondatrice de Dermaréole et ancienne patiente, vous montreront les options qu'offrent la chirurgie et le tatouage.

7 juin 2024

21:44

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Anne : « Je suis comme Alice au Pays des Merveilles qui tombe dans le terrier du Lapin Blanc »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Anne. C’est en vacances, en plein mois d’août, qu’elle sent une boule dans son sein. Elle décide de ne pas écouter une voix intérieure qui la taraude et qui lui répète « Regarde là ! ». Elle esquive, tergiverse, jusqu’à ce qu’un torticolis la pousse à aller voir un médecin. Anne ressort de la consultation avec une ordonnance non pas pour une séance de kiné mais pour effectuer la toute première mammographie de sa vie. Le mot « cancer » est prononcé. La voilà propulsée dans une autre dimension.

6 mai 2024