Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer sport adapté au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Cancer du sein triple négatif métastatique : le pembrolizumab enfin accessible aux patientes françaises

{{ config.mag.article.published }} 4 août 2021

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Le laboratoire MSD vient d'annoncer que le pembrolizumab améliore la survie globale des femmes atteintes d'un cancer du sein triple négatif métastatique. Une annonce qui permet aux oncologues de prescrire enfin cette immunothérapie. Sous certaines conditions...

{{ config.mag.article.warning }}

Le cancer du sein triple négatif est le sous-type de cancer du sein le plus agressif. Et les oncologues manquent de traitements. L’immunothérapie représente un réel espoir. Mais depuis le retrait de l’ATU1 de l’atezolizumab en août 2020, les patientes françaises n’avaient plus accès à cette thérapie innovante (en dehors d’un essai clinique).

Première immunothérapie à améliorer la survie globale

Les choses pourraient bien changer avec la publication il y a quelques jours d’un communiqué de presse du laboratoire MSD, propriétaire du pembrolizumab (Keytruda) : « Le Keytruda est la première thérapie anti-PD1 en combinaison à une chimiothérapie à démontrer un gain significatif sur la survie globale des patientes atteintes de cancer du sein triple négatif en condition métastatique ».

Cette annonce était attendue depuis un an. En 2020, le laboratoire présentait les premiers résultats de cette immunothérapie sur la progression de la maladie au congrès international de cancérologie de l’ASCO (étude Keynote 355). Administré en première ligne de traitement en condition métastatique, en combinaison à une chimiothérapie, le pembrolizumab retardait les rechutes de 4 mois. Aujourd’hui, les résultats en survie globale confirment l’intérêt de cette immunothérapie (les chiffres précis n’ont pas encore été communiqués et devraient être présentés au prochain congrès européen de cancérologie de l’ESMO). Et cela change la donne pour les oncologues et pour les « Triplettes ».

Des prescriptions possibles sous conditions

Bien que le pembrolizumab n’ait pas encore d’autorisation de mise sur le marché (AMM) dans le cancer du sein triple négatif métastatique, ces résultats positifs vont en effet permettre aux oncologues de prescrire le précieux médicament. Comme nous explique le Pr Saghatchian, oncologue à l’hôpital américain de Paris : « Le pembrolizumab est accessible commercialement parce qu’il a déjà obtenu des AMM dans certaines indications : le mélanome, le poumon… On peut donc le prescrire dans d’autres indications, hors AMM, à partir du moment où on peut justifier 2 choses : qu’il n’y a pas d’alternative thérapeutique et qu’il y a un bénéfice prouvé par des publications scientifiques. » Concernant ce dernier point, c’est désormais chose faite depuis l’annonce de Merck.

Un risque financier – mesuré – pour les hôpitaux

Si théoriquement les oncologues peuvent à présent prescrire le pembrolizumab aux Triplettes en condition métastatique, la mise en pratique pourrait s’avérer compliquée. « Il faudra, pour chaque prescription, justifier que la patiente est en impasse thérapeutique et qu’elle correspond bien aux critères de l’étude » précise le Pr Saghatchian. Il convient ici de rappeler que le bénéfice du traitement n’a en effet été prouvé que chez des femmes dont les tumeurs expriment le marqueur PDL12.

Sans ces preuves, le centre hospitalier prescripteur prend le risque de ne pas être remboursé du coût du traitement. À savoir, plusieurs milliers d’euros par cure de pembrolizumab. Les services d’oncologie prendront-ils ce risque ? Pour le Pr Blay, président d’Unicancer, « le bénéfice thérapeutique justifie une telle prescription/exception » pour les femmes qui ne pourraient pas avoir accès au pembrolizumab via un essai clinique par exemple. Le Collectif #MobilisationTriplettes, qui défend les femmes atteintes d’un cancer du sein triple négatif, s’est par ailleurs assuré auprès du Ministère des Solidarités et de la Santé « qu’il n’y aura aucun blocage administratif ou financier ».

Une demande d’AMM et d’accès précoce en cours

Pour que l’accès au pembrolizumab soit simplifié à l’avenir, le laboratoire MSD a entrepris des démarches auprès des autorités de santé comme nous l’a confirmé Audrey Raverdy, responsable de la communication du laboratoire : « Dans le cancer du sein triple négatif au stade métastatique, l’évaluation de la demande d’AMM est en cours et nous travaillons sur un dossier de demande d’accès précoce. »

Dans les 2 cas – AMM ou accès précoce3 – le pembrolizumab devra encore passer la barrière de la Haute autorité de santé (HAS) avant d’obtenir un remboursement pérenne. Et la partie n’est pas gagnée selon le Pr Saghatchian : « Il faut être prudent car les résultats de l’étude Keynote 355 n’ont pas encore été publiés. La HAS pourrait rendre un avis défavorable si elle considère que la méthodologie de l’essai clinique est critiquable ou que le bénéfice n’est pas suffisamment important pour justifier une prise en charge. » Comme cela a récemment été le cas pour une autre immunothérapie, l’atézolizumab.

« La bataille n’est pas finie » conclut le Pr Saghatchian.

Emilie Groyer

1. Autorisation temporaire d’utilisation qui permet l’accès à un traitement innovant avant l’obtention de son autorisation de mise sur le marché.

2. Plus précisément, le bénéfice a été prouvé chez des femmes dont le score CPS (Combined Positive Score) est supérieur à 10. Ce score étant calculé en divisant le nombre de cellules exprimant le PDL1 (cellules tumorales et cellules immunitaires) par le nombre total de cellules tumorales viables, et en le multipliant par 100.

3. L’accès précoce remplace l’ATU depuis le 1er juillet 2021 et permet notamment à un médicament n’ayant pas encore obtenu une AMM d’être automatiquement remboursé par l’assurance maladie.


{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

Tristesse et dépressionActualité

ASCO 2024 – Détecter précocement les signes de dépression post-cancer

Identifier les femmes susceptibles de développer une dépression après un cancer du sein et ce, dès leur diagnostic, c’était l’objectif des travaux présentés cette année au congrès international de cancérologie de l’ASCO par le Dr Antonio Di Meglio. Il les décrypte pour nous.

14 juin 2024

60:00

Reconstruction mammaire {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire médical – Tout savoir sur la reconstruction de l’aréole et du mamelon

Après une mastectomie, voir son mamelon et son aréole "redessinés" constitue souvent la touche finale à un (long…) parcours de reconstruction. Le Dr Benoit Couturaud, chirurgien plasticien et cancérologue à l'institut Curie, et Laurence Malzard, tatoueuse, fondatrice de Dermaréole et ancienne patiente, vous montreront les options qu'offrent la chirurgie et le tatouage.

7 juin 2024

21:44

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Anne : « Je suis comme Alice au Pays des Merveilles qui tombe dans le terrier du Lapin Blanc »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Anne. C’est en vacances, en plein mois d’août, qu’elle sent une boule dans son sein. Elle décide de ne pas écouter une voix intérieure qui la taraude et qui lui répète « Regarde là ! ». Elle esquive, tergiverse, jusqu’à ce qu’un torticolis la pousse à aller voir un médecin. Anne ressort de la consultation avec une ordonnance non pas pour une séance de kiné mais pour effectuer la toute première mammographie de sa vie. Le mot « cancer » est prononcé. La voilà propulsée dans une autre dimension.

6 mai 2024

20:13

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Sandrine : « Quand le diagnostic du cancer tombe, c’est le deuil de l’enfant que je dois faire… »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Découvrez l’histoire de Sandrine. Infirmière, mariée, Sandrine est une femme heureuse. Sauf qu’elle n’arrive pas à tomber enceinte. Elle se lance alors dans un parcours de PMA et enchaîne plusieurs tentatives toutes infructueuses. Il lui reste une chance, la dernière. C’est alors qu’on lui détecte une tumeur au sein.

22 avril 2024