Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer sport adapté au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Génériques : durcissement des conditions de non-substitution

{{ config.mag.article.published }} 17 janvier 2020

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Depuis le 1er janvier, les conditions pour se voir délivrer un médicament princeps plutôt que son générique se sont durcies. On fait le point.

{{ config.mag.article.warning }}

Depuis le 1er janvier 2020, les conditions de non-substitution d’un médicament princeps par un générique ont changé. Dorénavant, en plus de la mention « non substituable » (écrite à la main par le médecin ou via le logiciel d’aide à la prescription), le médecin devra obligatoirement préciser sur l’ordonnance la raison médicale justifiant sa décision.

3 raisons médicales acceptées

Seules 3 situations peuvent justifier de ne pas avoir recours à un générique :

– le médicament est à « marge thérapeutique étroite ».
La dose efficace de ces médicaments est en effet très proche de la dose toxique. Une variation – même faible – de sa dose ou de sa concentration, ou le passage du princeps vers un générique ou d’un générique à un autre, peut donc être préjudiciable au patient.
La nouvelle réglementation précise toutefois que, si la non-substitution est acceptée pour les patients stabilisés avec le médicament princeps, elle n’est pas acceptée pour les patients encore en phase d’adaptation du traitement.

– le médicament est prescrit à un enfant de moins de 6 ans et aucun générique n’a une forme galénique (comprimé, gélule, sirop…) adaptée.

– le patient présente une contre-indication formelle et démontrée à un excipient à effet notoire présent dans tous les médicaments génériques disponibles, mais absent du médicament princeps.

4 familles de médicaments exemptés

Par ailleurs, certains médicaments sont exemptés de justifications :

– lamotrigine, lévétiracétam, pregabaline, topiramate, valproate de sodium et zonisamide (des antiépileptiques),
– lévothyroxine (une hormone thyroïdienne),
– azathioprine, ciclosporine, évérolimus, mycophénolate mofétil et mycophénolate sodique (des immunosuppresseurs),
– buprénorphine (un traitement substitutif aux opiacés).

Des médicaments toujours remboursés mais plus de tiers payant automatique

Concrètement, si l’on prend l’exemple des hormonothérapies : ces médicaments ne sont pas considérés comme étant de marge thérapeutique étroite, votre médecin ne pourra donc vous prescrire le médicament princeps que s’il démontre que vous êtes intolérant aux excipients présents dans tous les génériques et que seul le médicament princeps en est dépourvu. Ce qui est fortement improbable.

Le pharmacien ne peut toutefois pas refuser de vous délivrer le médicament princeps, même si vous n’êtes pas en mesure de lui présenter une ordonnance en bonne et due forme. En revanche, il n’appliquera pas le tiers payant – sauf si le princeps est au même prix ou moins cher que le générique – et vous devrez payer le médicament en totalité.

Vous serez tout de même remboursé par l’assurance maladie. La prise en charge se fera sur celle du générique le plus cher du groupe générique correspondant. Si le prix du médicament princeps est supérieur à celui du générique, la différence sera à votre charge.

Le cas des génériques indisponibles

Un cas de figure peut être problématique : celui des médicaments dont les génériques ne sont plus disponibles (retrait ou rupture de stock). C’est notamment le cas du Faslodex (ou Fulvestrant), un anti-œstrogène utilisé comme hormonothérapie. En raison d’un défaut de mise à jour, le logiciel de votre pharmacie pourrait en effet toujours indiquer qu’il existe un générique et votre pharmacien pourrait, à tort, vous refuser le tiers payant et vous imputer un reste à charge. Attention donc…

Emilie Groyer


{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

Droits et aidesTout savoir sur

L’hospitalisation à domicile (HAD) : késako ?

Alternative à l’hospitalisation classique, elle permet de recevoir ses soins et traitements à domicile, en coordination avec son équipe soignante. On l’appelle la HAD.

30 mai 2023

Accès aux soinsActualité

Pénuries de médicaments : « Il manque un pilote dans l’avion »

Antibiotiques, cortisone, anti-nausées, produits d’anesthésie et même des anticancéreux, le nombre de médicaments en tension ou en rupture de stocks ne cesse de croître. Pourquoi ? Les explications du Pr Bruno Bonnemain, vice président de l’Académie de pharmacie.

10 février 2023

L’actu RoseUp

Présidentielles 2022, nos propositions – Thème 3 : femmes et cancer, lutter contre les risques de précarité et les inégalités de prise en charge

À l'occasion des Présidentielles, RoseUp se mobilise pour que les femmes atteintes de cancer ne soient pas les oubliées de la campagne et du prochain quinquennat. Voici le troisième grand thème de nos propositions : lutter contre le risque de précarité et les inégalités de prise en charge chez les femmes atteintes de cancer.

18 mars 2022

Troubles de la sexualitéActualité

« Il est temps de se préoccuper de l’épanouissement sexuel des femmes touchées par un cancer »

Audrey Dufeu, députée de Loire-Atlantique, a obtenu qu'un rapport soit conduit pour évaluer les traitements permettant aux femmes de maintenir une sexualité épanouie après un cancer. La première étape avant leur remboursement. Elle nous raconte comment elle a été alertée sur ce sujet tabou qui discrimine les femmes.

6 décembre 2021