Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer sport adapté au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

L’hospitalisation à domicile (HAD) : késako ?

{{ config.mag.article.published }} 30 mai 2023

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Alternative à l’hospitalisation classique, elle permet de recevoir ses soins et traitements à domicile, en coordination avec son équipe soignante. On l’appelle la HAD.

{{ config.mag.article.warning }}

Imaginez l’hôpital, avec les mêmes soins, médicaux et paramédicaux, mais sans les bruits de couloir qui empêchent de dormir quand on doit y séjourner ; sans les transports et les salles d’attente où il faut patienter quand on est traité en hôpital de jour. C’est le principe de l’hospitalisation à domicile. Reconnue par la loi en France depuis 1970, et largement encadrée, on la désigne plus communément par son sigle : l’HAD. Elle permet de raccourcir la durée de séjour à l’hôpital. De nombreuses séquences de soins des patients atteints de cancer peuvent être prises en charge en HAD aujourd’hui. Et pas seulement au stade des soins palliatifs : tout cancer en cours de traitement par chimiothérapie injectable est a priori éligible à une HAD (à l’exception des traitements les plus lourds ou expérimentaux).

Près de 300 établissements d’HAD en France

Que ce soit lors de son passage à l’hôpital ou en consultation chez son médecin traitant, un patient, quel que soit son âge, peut demander ou se voir proposer l’HAD. La décision est subordonnée à son accord et à l’aval du médecin, qui va évaluer le rapport bénéfice/risque et la possibilité d’effectuer les soins à domicile (certains ne peuvent pas être réalisés chez le malade, car ils nécessitent de recourir à un plateau technique). Une fois l’HAD prescrite, le bénéficiaire est mis en relation avec l’établissement d’HAD le plus proche de son domicile, qui va se charger d’organiser son parcours. Il existe 282 établissements d’HAD répartis sur tout le territoire. Ce dispositif est assuré par des équipes pluridisciplinaires (comprenant des médecins et des infirmiers), joignables 24/24 heures et 7/7 jours. En principe, toute chimiothérapie injectable peut être administrée en HAD. Pour chaque cure, le feu vert est donné par l’oncologue du patient. À deux conditions : que le produit soit suffisamment stable pour être transporté, et que les infirmiers soient formés à son administration, ce qui n’est pas encore le cas dans tous les établissements d’HAD.

Une infirmière de liaison pour tout coordonner

Une infirmière de liaison apprécie la faisabilité du traitement à domicile (accessibilité, eau courante, espace de stockage des médicaments, présence de proches en l’absence d’autonomie). Elle évalue les besoins en matériel (potences de perfusion, pompe à morphine ou lit médicalisé) – lequel sera livré à domicile –, organise avec les pharmaciens la fourniture des traitements pour les jours de chimiothérapie injectable, ou les immunothérapies. Enfin, elle coordonne les visites des personnels médicaux et paramédicaux (infirmier, aide-soignant, laborantin, qui peuvent être des salariés de l’établissement d’HAD ou des libéraux) pour administrer les traitements, suivre leur efficacité et leur tolérance, réaliser les bilans biologiques. Le tout entièrement pris en charge par la Sécurité sociale et en lien permanent avec l’équipe soignante de l’hôpital prescripteur.

 

En partenariat avec l’Institut National Du Cancer

Source : fnehad.fr

Retrouvez cet article dans Rose Magazine (Numéro 24, p.32)


{{ config.mag.team }}

Claudine Proust

Journaliste

Symptômes et diagnosticTout savoir sur

La mammographie : késako ?

Redoutée par certaines femmes, la mammographie est toutefois l’examen de référence pour détecter un cancer du sein.

5 juillet 2024

L’actu RoseUpActualité

Projet de réforme des ALD : RoseUp et 24 associations de patients se mobilisent !

Le 4 mars dernier, RoseUp signait une lettre avec 24 associations de patients suite aux déclarations des ministres en charge de la Santé sur le doublement des franchises médicales et la pertinence du dispositif d’ALD (Affection Longue Durée). Jeudi 11 avril, RoseUp et 6 des associations signataires ont été reçues par Marion Marty, directrice adjointe de cabinet de Frédéric Valletoux.

18 avril 2024

02:05

VaccinothérapieTout savoir sur

La Minute du Dr RoseUp – La vaccinothérapie, késako ?

La vaccinothérapie fait partie de ce qu’on appelle les immunothérapies : ces nouveaux traitements dont le but est de stimuler notre organisme pour qu’il lutte par lui-même contre le cancer. Comment ça marche ? On vous explique tout.

8 mars 2024

Double peineActualité

Projet de réforme des ALD : les femmes touchées par un cancer sont en première ligne !

Les récentes déclarations des deux ministres en charge de la Santé sur le doublement des franchises médicales et la pertinence du dispositif d’ALD (Affection Longue Durée) nous inquiètent très fortement. Elles sous-entendent que patients d’un côté et médecins prescripteurs de l’autre abuseraient du système. Cela témoigne d’une profonde méconnaissance du vécu de la maladie. Nous, RoseUp, venons donc de nous associer à la lettre ouverte écrite par 25 associations à Frédéric Valletoux pour exprimer notre indignation collective.

8 mars 2024