Coronavirus : reprise du dépistage organisé du cancer

Les dépistages organisés des cancers du sein, du col de l'utérus et colorectal redémarrent enfin après une suspension pendant le confinement. Cette reprise, indispensable pour éviter toute perte de chance, sera toutefois progressive.

Le dépistage organisé du cancer reprend _ roseupassociation _ rosemagazine

Les oncologues le réclamaient depuis des semaines : les dépistages organisés des cancers du sein, du col de l’utérus et colorectal vont (enfin) reprendre. Depuis le début du confinement, les actes médicaux non urgents ont été annulés ou reportés. Le dépistage organisé a fait partie de la vague. Résultat : dans certains centres, comme l’Institut Bergonié à Bordeaux, le nombre de nouveaux cas de cancer du sein a dramatiquement chuté, laissant craindre des retards au diagnostic et des pertes de chance.

Des invitations envoyées au plus tard le 15 juin

Dans son communiqué publié ce jour, l’Institut national du cancer (INCa, en charge de l’organisation du dispositif) justifie sa décision : « L’évolution favorable de l’épidémie et le déconfinement permettent la reprise progressive des soins interrompus de cancérologie ».

Les courriers d’invitation au dépistage vont à nouveau être envoyés au plus tard le 15 juin. L’INCa a toutefois conscience que la reprise sera compliquée : les médecins devront en effet s’organiser pour absorber progressivement le retard accumulé. Un pilotage régional, prenant en compte la situation locale de l’épidémie de Covid-19, est donc prévu pour conseiller les professionnels de santé afin d’établir une « stratégie de rattrapage » et, au besoin, prioriser les examens.

Une reprise qui ne repose pas uniquement sur les médecins

Mais la bonne reprise du dépistage ne repose pas uniquement sur les médecins. Le redémarrage du dépistage du cancer du sein suppose une réouverture des centres d’imagerie médicale : ils ont en effet été nombreux à fermer leurs portes car en incapacité d’accueillir les malades dans des conditions de sécurité satisfaisantes. Pour que le dépistage du cancer colorectal fonctionne à nouveau, les services postaux devront être en mesure d’assurer l’envoi des kits de test…

L’INCa a assuré être mobilisé, avec le Ministère de la Santé et les Agences Régionales de Santé, pour « lever ces pré-requis ».

Emilie Groyer