Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

L’immunothérapie révolutionne la prise en charge des cancers du poumon

{{ config.mag.article.published }} 28 novembre 2017

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Révolution dans le domaine du cancer du poumon métastasé : un traitement d’immunothérapie sera proposé aux patients en première ligne de traitement.

{{ config.mag.article.warning }}

Ca y est ! Le traitement d’immunothérapie Keytruda (pembrolizumab) est désormais disponible pour les patients en première ligne(1) de traitement.

Cette nouvelle arme thérapeutique s’inscrit dans une nouvelle génération de médicaments visant à renforcer le système immunitaire pour qu’il se défende mieux et parvienne à tuer les ­cellules cancéreuses. Autrement dit, son but est de «réveiller» le système immunitaire du patient pour lui permettre d’engager lui-même la bataille contre le cancer. Une stratégie  différente de celle utilisée avec la chimiothérapie, qui cible directement la tumeur pour tenter de l’éradiquer. Avec l’immunothérapie, on ne s’attaque pas de front à la tumeur, mais on stimule les défenses du patient pour mieux la combattre.

Pour le Dr Christos Chouaid, pneumologue au CHI de Créteil, c’est une nouvelle particulièrement enthousiasmante quand on sait que « le cancer du poumon est l’un des plus graves et des plus fréquents -45 000 nouveaux cas par an-, pour lequel il n’y a eu depuis trente ans que des progrès de très faible amplitude ». Particulièrement inquiétante selon lui, « l’explosion du nombre de cancers bronchiques chez les femmes, dû à l’augmentation du tabagisme chez les adolescentes ».

Une efficacité supérieure à la chimiothérapie, moins d’effets secondaires

Par rapport à la chimiothérapie à base de platine utilisée en standard dans les cancers du poumon non à petites cellules métastatiques, dont les tumeurs expriment à plus de 50 % le biomarqueur PDL1 – soit environ 20 % des 45 000 patients touchés chaque année par le cancer du poumon en France- cette thérapie ciblée a montré une amélioration de survie de trois à quatre ans.

Une véritable révolution et « un nouveau paradigme pour les 6 000 à 8 000 patients concernés », se réjouit Christos Chouaid, impliqué dans les essais cliniques.

En plus d’un doublement du taux de survie, les patients peuvent vivre quasi normalement. Le traitement étant moins toxique qu’une chimiothérapie (pas de nausées, de perte de cheveux ni d’effets secondaires graves…), « ils peuvent continuer à travailler ».

Un traitement très attendu dans cette indication

Déjà en 2014, cette molécule avait reçu une autorisation de mise sur le marché (AMM) pour le ­mélanome et, en deuxième ligne, pour certains cancers du poumon. Bien qu’elle ait obtenu l’AMM européenne pour cette extension d’indication, en première ligne, en janvier, il a fallu attendre près d’un an pour que le prix soit fixé : environ 6000 euros par mois, à raison d’une injection toutes les trois semaines, jusqu’à progression de la maladie.

« On ne peut que se féliciter de la possibilité de prescrire enfin le produit en première ligne », reconnaît le Dr Aurélien Marabelle, responsable du programme d’immunothérapie à Gustave Roussy. « Mais la France a été le dernier pays européen à s’y décider, ce qui montre à quel point il devient difficile d’accéder à l’innovation. » « L’accès à cette innovation majeure a un peu tardé en France, regrette aussi le Dr Chouaid, mais maintenant que nous avons démarré, nous allons être très bons ».

Être éligible au traitement

Pour savoir si le patient peut bénéficier du traitement, il faut qu’il soit éligible : pour cela, un test dit « compagnon », obligatoire avant prescription, a été développé. « Ce sont les patients dont plus de la moitié des cellules de la tumeur expriment le marqueur biologique PDL1 qui ont le plus de chance de tirer un bénéfice de cette immunothérapie », précise Frédérique Penault Llorca, pathologiste et directrice du centre régional de cancérologie Jean-Perrin à Clermont-Ferrand. Sa prescription sera donc conditionnée à un test réalisé à partir d’une biopsie de poumon ».

Il faut compter 3 à 5 jours pour connaître les résultats. Actuellement, 87 % des pathologistes ont été formés à ce test et plus de 86 % des cliniciens le prescrivent.

Actuellement 1400 patients sont traités. « Nous sommes sur starting blocks pour les prochains», conclut le Dr Chouaid, qui s’engage à ce que le taux de pénétration de cette innovation soit rapide.

 

(1) (c’est-à-dire prescrit d’emblée, à la place de la chimiothérapie ou combiné à de la chimiothérapie)

DIFFÉRENTS TYPES DE CANCERS BRONCHIQUES

Il existe différents types de cancers bronchiques :
– les cancers dits « non à petites cellules » qui sont les plus fréquents (environ 80 % des cas) : ils regroupent les adénocarcinomes (50 % des cancers pulmonaires) et lescarcinomes épidermoïdes (30 % environ des cas de cancers du poumon),
– les cancers « à petites cellules », étroitement liés à la consommation tabagique, en voie de diminution, qui représentent environ 20 % des cancers bronchiques.


{{ config.mag.team }}

Céline Dufranc

Journaliste

21:44

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Nké : « Je découvre qu’on peut être atteint d’un cancer du poumon sans avoir jamais fumé »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu.  Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Nké. En novembre 2020, Nké a été diagnostiquée d'un cancer du poumon. Un choc. Elle n’a jamais fumé.  Pourquoi elle ? Devenu rapidement métastatique, son cancer s’est finalement révélé être d’une forme rare. Admise dans un essai clinique en avril 2022, cette maman solo de 49 ans en a été exclu 7 mois plus tard.  À ce jour, aucun traitement spécifique n’existe pour elle.

25 mars 2024

02:05

VaccinothérapieTout savoir sur

La Minute du Dr RoseUp – La vaccinothérapie, késako ?

La vaccinothérapie fait partie de ce qu’on appelle les immunothérapies : ces nouveaux traitements dont le but est de stimuler notre organisme pour qu’il lutte par lui-même contre le cancer. Comment ça marche ? On vous explique tout.

8 mars 2024

63:00

Réflexologie et acupuncture {{ config.replay.label }}

Replay Atelier réflexologie – Aider ses défenses immunitaires

Vos défenses immunitaires sont affaiblies par les traitements contre le cancer et le stress qu'ils génèrent ? Maxime Bansard, réflexologue, vous montre quelques points d'acupression faciles à trouver pour donner un coup de pouce à votre immunité.

15 février 2024

01:00

Symptômes et diagnosticTout savoir sur

La Minute du Dr RoseUp – La radiologie interventionnelle, késako ?

Aujourd’hui, on vous dit tout sur cette technologie de pointe qu’est la radiologie interventionnelle. Ça sert à quoi ? Comment ça marche ? Quels sont ses avantages ? Le Dr RoseUp, incarné par le Dr Kierzek, vous explique tout.

9 février 2024

{{ config.event.all }}

Bordeaux

TraitementsAtelier

ETP* pendant les traitements – Le rôle des soins support ?

20 mars 202414h00 - 15h00

Le Dr Ivan Krakowski, oncologue, vous présentera le rôle des soins supports et vous expliquera comment ils peuvent vous soulager durant les traitements.

Paris

Atelier

ETP* pendant les traitements – Le rôle des soins support

11 mars 202415h00 - 17h00

Docteur Laurent Migniot, médecin, vous présentera le rôle des soins supports durant les traitements . Cet atelier fait partie du programme d’Éducation Thérapeutique du Patient (ETP) pendant les traitements. Ce programme comprend 4 ateliers répartis sur 4 mois abordant les thèmes suivants : Être actrice de son parcours : le rôle des soins de supports Et si l'activité physique adaptée devenait une thérapie ? Prendre soin de soi après l'annonce Gérer son alimentation pendant les traitements

Paris

Image et estime de soiAtelier

ETP* pendant les traitements – Et si l’Activité physique adaptée devenait une thérapie ?

6 mars 202414h00 - 15h00

Débuter ou maintenir une activité physique pendant un cancer, c’est possible… à condition que celle-ci soit adaptée. Valérie Petit, coach sportive vous présentera les nombreux bienfaits de l'Activité physique adaptée : renforcement musculaire, diminution de la sensation de fatigue, amélioration de l’état émotionnel… Cet atelier fait partie du programme d’Éducation Thérapeutique du Patient* (ETP) pendant les traitements. Il a pour but d'aider le patient et son entourage à acquérir ou maintenir les compétences dont il aura besoin pour gérer au mieux son quotidien avec un cancer. Il comprend 4 ateliers répartis sur 4 mois abordant les thèmes suivants : - Être actrice de son parcours : le rôle des soins de supports - Et si l'activité physique adaptée devenait une thérapie ? - Prendre soin de soi après l'annonce - Gérer son alimentation pendant les traitements

En ligne

Angoisse et stressConférence

Webinaire Réflexologie : booster son immunité

9 février 202416h30 - 17h30

Pour se protéger des menaces extérieures nous possédons un système de défense appelé système immunitaire.  Maxime Bansard, réflexologue, vous montrera et vous guidera sur des points d'acupression pour stimuler les organes et les parties de votre corps impliqués dans ce système de défense.