Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Cancer et psycho : « Mon oncologue et moi, on ne se comprend pas »

{{ config.mag.article.published }} 2 septembre 2022

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

L'oncologue d'Odette est très froid à son égard. Il n'est pas du tout à son écoute ou ne fait preuve d'aucune compassion. En plus, il utilise un jargon médical qu'elle ne comprend pas. Mais elle n'ose pas le lui dire... Sophie Lantheaume, psychologue clinicienne de la santé à l’hôpital privé Drôme Ardèche, la conseille.

{{ config.mag.article.warning }}

La communication est un pilier de la relation médecin-patient et interroge les rapports entretenus entre les deux. Chaque médecin se doit de tenir compte du niveau de compréhension de son patient car, effectivement, le jargon médical peut parfois représenter un obstacle. La manière qu’a votre oncologue de communiquer peut être expliquée de plusieurs manières. Le jargon peut être le reflet des relations de pouvoir qui se jouent parfois entre médecin et patients : tantôt dans l’autorité de l’expert face au profane, tantôt dans le partage mutuel des informations. Le côté « froid » peut être un moyen pour votre médecin de se protéger émotionnellement. Être froid et utiliser un jargon médical, c’est un peu comme une manière pour lui de se cacher derrière son statut et d’éviter d’être trop atteint par ce qui se passe lors de la consultation.

« Il n’y a aucune honte à ne pas comprendre. »

Dans un premier temps, peut-être pourriez-vous lui demander de vous réexpliquer ce qu’il énonce avec des mots plus clairs, plus accessibles, en rappelant que c’est dans votre intérêt de bien comprendre ce qu’il se passe. Vous pourriez aussi lui demander qu’il note ou qu’il dessine certaines informations. C’est une démarche que certains médecins utilisent parfois pour que les patients puissent repartir avec les informations sous un autre format. Ça permet entre autres au patient de les transmettre aux autres membres de la famille. N’hésitez pas à lui dire lorsque vous n’avez pas compris certaines informations : il n’y a aucune honte à ne pas comprendre. Et si votre peur est de faire « perdre du temps » à votre médecin, mettez cette peur de côté ! Les études scientifiques montrent d’ailleurs qu’il y a de nombreux bénéfices à une meilleure compréhension : elle améliore en effet de nombreux marqueurs de santé, la qualité de la relation médecin-patient ainsi que l’observance thérapeutique.

À LIRE AUSSI : Retrouvez notre rubrique « Question/réponse psycho » ici.


{{ config.mag.team }}

Sophie Lantheaume

Docteur en psychologie de la santé

Relation avec les prochesQuestion/Réponse

Cancer et psycho : « Comment faire comprendre à mes proches que je ne veux pas parler de la maladie ? »

Depuis qu'elle leur a annoncé son cancer, les amis de Kate ne lui parlent plus que de ça : où en sont ses traitements, a-t-elle des effets secondaires... Elle sait qu'ils s'inquiètent pour elle mais elle aimerait parler d'autre chose quand elle les voit. Comment leur faire comprendre sans les froisser ? Sophie Lantheaume, psychologue clinicienne de la santé à l’hôpital privé Drôme Ardèche, la conseille.

17 juin 2024

Image et estime de soiQuestion/Réponse

Cancer et psycho. « J’ai honte d’avoir un cancer »

Louise a parfois honte d'avoir un cancer, comme si elle était atteinte d'une maladie qu'il faudrait cacher. Pourtant, elle sent bien que cela l'aiderait d'en parler, de briser ce tabou. De l'assumer, en quelque sorte. Elle se demande comment vaincre ce paradoxe. Sophie Lantheaume, psychologue clinicienne de la santé à l’hôpital privé Drôme Ardèche, la conseille.

15 avril 2024

Relation avec les prochesQuestion/Réponse

Cancer et psycho : « Mon hypersensibilité est-elle passagère ? »

Margot se sent beaucoup plus sensible depuis qu'elle a eu un cancer. Par exemple, les petites attentions de ses proches la touchent profondément, au point de la faire pleurer. Elle se demande si cette hypersensibilité est "normale" et si elle va passer. Sophie Lantheaume, psychologue clinicienne de la santé à l’hôpital privé Drôme Ardèche, la conseille.

19 février 2024

Relation avec les prochesQuestion/Réponse

Cancer et psycho : « Dois-je suivre le conseil de mes amis qui me disent de ralentir ? »

Béatrice est devenue hyperactive depuis son cancer. Entre le sport, les loisirs créatifs, les sorties avec ses amis, elle n'arrête pas. Son entourage lui demande de ralentir, ils ont peur qu'elle en fasse trop. Doit-elle suivre leur conseil ?  Sophie Lantheaume, psychologue clinicienne de la santé à l’hôpital privé Drôme Ardèche, la conseille.

15 janvier 2024