Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer sport adapté au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Cancer et chemofog : « Existe-t-il des exercices simples pour améliorer ma concentration ? »

{{ config.mag.article.published }} 22 décembre 2021

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Depuis son cancer, Sophie a du mal à se concentrer ou à suivre une conversation. Elle oublie souvent des rendez-vous, passe son temps à chercher mes clés... Elle se demande si elle peut "entrainer" mon cerveau pour améliorer mes fonctions mentales ? Jean Petrucci, psychologue spécialisé en neuropsychologie, répond à sa question.

{{ config.mag.article.warning }}

Jean Petrucci : Sophie, vous souffrez sans doute de chemofog : un trouble cognitif lié au cancer et ses traitements. Les fonctions mentales les plus souvent impactées sont : la concentration, la souplesse mentale qui permet de passer d’une chose à l’autre, et la mémoire à court terme dite de travail. Il est tout à fait possible de les travailler chez vous grâce à des exercices simples.

On peut citer les exercices de repérage : le jeu des 7 erreurs, par exemple. Les exercices de cherche-et-trouve comme Où est Charlie ou Trompissime. Le méli-mélo est également intéressant car il fait travailler l’attention visuelle, la souplesse mentale et le langage. Les points à relier exercent aussi l’attention.

Je ne conseille pas en revanche les mots-croisés. Ils font surtout appel à des connaissances encyclopédiques, on travaille donc moins les fonctions mentales qui nous intéressent.

Pour observer des résultats, mettez en place une routine. Faites-vous un programme Pour ne pas vous décourager, commencez par des exercices simples et prenez votre temps. Quand vous sentez que vous fatiguez moins, passez à un niveau de difficulté supérieur. Ou chronométrez-vous. Vous arrivez à terminer le jeu en 10 minutes ? La prochaine fois, essayez de le faire en 8. Inutile de vous imposer des objectifs inatteignables. Ce serait contreproductif. Votre seul comparateur doit être vous-même. Le plus important pour progresser, c’est la régularité.

D’autres activités sont bénéfiques pour votre cerveau. L’activité physique adaptée modérée et régulière, par exemple. La méditation de pleine conscience car elle “muscle” l’attention. Il est aussi important d’avoir un sommeil réparateur car la fatigue altère les fonctions cognitives, et une alimentation équilibrée, notamment en gras – les fameux omégas – car le cerveau en a besoin pour bien fonctionner.

À LIRE : Retrouvez notre rubrique « Question/réponse » ici

Propos recueillis par Emilie Groyer


{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

Activité physiqueInterviews d'experts

Ça m’énerve ! : « L’activité physique doit être remboursée ! »

Le Dr Alexandre Feltz est pionnier du sport-santé. Il milite pour un accès égalitaire à l'activité physique adaptée et à sa prise en charge par l'assurance maladie.

12 juillet 2024

Activité physiqueTémoignages

Mon « sport-thérapie » : le CrossFit par Sandie

Avant le diagnostic de son cancer, cette jeune femme de 33 ans pratiquait déjà assidûment le CrossFit depuis plus de 2 ans. Avec la maladie pas question de laisser tomber ! Son sport lui a permis de garder un lien social. Un atout précieux pour mieux vivre la maladie.

Activité physiqueTémoignages

Mon « sport-thérapie » : le rugby par Anne-Lise

Son premier cancer du sein, il y a 12 ans, avait déclenché chez cette montpelliéraine un besoin vital de faire du sport. Course à pied, handball… Aujourd’hui en récidive métastatique, elle s’est mise au rugby-santé. Une discipline où elle se sent portée par la force du collectif.

Activité physiqueTémoignages

Mon « sport-thérapie » : le marathon par Anaïs Quemener

Aide-soignante et marathonienne de haut niveau, Anaïs Quemener, 33 ans, vit pour la course à pied depuis l’enfance. Touchée à l’âge de 24 ans par un cancer, elle a trouvé dans son sport un formidable allié pour récupérer plus vite, voir plus loin que la maladie et vivre plus fort.

{{ config.event.all }}

En ligne

Cancers métastatiquesTemps d'échange

Cancers métastatiques : questions/réponses nutrition

15 juillet 2024 • 11h00 - 12h00

Vivre avec un cancer métastatique c'est vivre en permanence avec la maladie à l'esprit. Bien s'alimenter au quotidien est un challenge de plus ! Venez échanger en petit groupe, avec Emilie Masi, onco-diététicienne, elle répondra à toutes vos questions et vous proposera des astuces et recettes adaptées.

Paris

Activité physiqueAtelier

Activité Physique Adaptée : spéciale cancer métastatique

15 juillet 2024 • 13h00 - 14h30

L’activité physique peut être proposée de manière bénéfique à toute personne atteinte de cancer, qu’elle soit en cours de traitement ou après traitement.

Paris

Activité physiqueAtelier

Marche nordique

15 juillet 2024 • 15h00 - 17h00

Un kilomètre à pied, ça use, ça use ! Un kilomètre à pied, ça use les souliers …Et ça oxygène le corps et l’esprit également ! Proposé par Béatrice, coach sportive, la marche nordique fait travailler d’une façon naturelle 85% des muscles. La technique relativement simple se pratique à l’aide de deux bâtons et permet : un renforcement global du corps, l’amélioration du système cardiovasculaire, une dépense énergétique équivalente à un footing de faible allure tout en allégeant le travail sur les articulations. Sa pratique en extérieur vous offre un bol d'air, pendant et après vos traitements.

En ligne

Activité physiqueAtelier

Atelier Yoga

15 juillet 2024 • 16h00 - 17h00

Venez comme vous êtes ! Laissez vous guider par les Flow de Sabrina, notre professeur de yoga. C'est avec douceur, humour et simplicité que je me fais une joie de vous faire découvrir cette.pratique inclusive, un chemin d'exploration de soi, du corps et des sensations, au travers de postures douces et dynamiques, de respiration et de relaxation. Ici, ce n'est pas à vous de vous adapter au yoga, c'est le yoga qui s'adapte à vous.