Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer sport adapté au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Cancer et douleurs : « Où en est-on en France de l’usage du cannabis thérapeutique ? »

{{ config.mag.article.published }} 29 mars 2021

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Isabelle se demande si les médecins français peuvent prescrire du cannabis thérapeutique et, si oui, pour quelles indications ? Le Dr Lemaire, médecin spécialiste de la douleur et des soins palliatifs, chef du pôle Cancérologie et Spécialités Médicales du Centre Hospitalier de Valenciennes, répond à ses questions.

{{ config.mag.article.warning }}

Dr Lemaire : Les dernières recommandations européennes de prise en charge du cancer stipulent qu’on n’a pas assez des preuves scientifiques pour recommander, ou ne pas recommander, l’usage du cannabis thérapeutique.

Néanmoins, les médecins de la douleur peuvent prescrire depuis 2 ans du cannabis à visée thérapeutique dans le cadre d’une Autorisation Temporaire d’Utilisation (ATU). Cette ATU nous permet d’obtenir une dérogation pour utiliser le Marinol (ou Dronabinol) qui n’a pas encore d’autorisation de mise sur le marché. Elle est accordée uniquement pour les douleurs neuropathiques considérées comme rebelles. Il faut donc monter un dossier et prouver que les traitements contre la douleur prescrits jusque-là sont mal tolérés ou inefficaces. S’agissant d’une ATU, sa prescription et son suivi sont très codifiés : on revoit le patient tous les mois, le médicament est à disposition à la pharmacie de l’hôpital…

Au Centre Hospitalier de Valenciennes, on en a une bonne expérience parce qu’on l’a proposé à de nombreux patients atteints de douleurs liées au cancer. On a parfois une très bonne efficacité chez certains patients qui tolèrent parfaitement le traitement et en tirent un bénéfice très net. Parfois, l’efficacité est moindre ou ne se prolonge pas dans le temps. Les patients nous disent que le traitement a davantage agi sur leur anxiété ou sur leur manque d’appétit.

cannabis-therapeutique-rosemagazine-roseupassociationLIRE AUSSI : Retrouvez tous nos articles sur le cannabis thérapeutique.

 

Comme je le disais, nous manquons de données sur l’efficacité du cannabis thérapeutique. C’est sur ce constat que l’Agence nationale de sécurité du médicament, l’ANSM, a démarré une expérimentation nationale. Cette expérimentation est voulue depuis 2 ans. Elle a été très retardée par la crise Covid mais ça y est, elle va démarrer en avril. Il y a plusieurs indications : épilepsie sévère, spasticité de la sclérose en plaque, … Et pour ce qui concerne le cancer, il y a des indications pour les soins oncologiques de support et palliatifs, et pour les douleurs chroniques.

Les centres investigateurs, il y en a une cinquantaine en France, ont été identifiés en fonction d’une indication. Par exemple, notre centre à Valencienne est un soin expérimentateur au titre des soins oncologiques de support et palliatifs. Cela nous permet de prescrire du cannabis avec différentes compositions en THC et CBD, qui sont les principaux principes actifs du cannabis. On aura aussi accès à différentes formes galéniques, c’est-à-dire différentes présentations du médicament : des huiles, de la vaporisation à inhaler… Et on pourra les proposer dans différentes indications : anxiété, douleur réfractaire, troubles du sommeil, perte d’appétit…

On pourra ainsi évaluer le cannabis à usage médical à l’échelle nationale de manière scientifique et déterminer ce que les malades peuvent en attendre.

À LIRE : Retrouvez notre rubrique « Question/réponse » ici

Propos recueillis par Emilie Groyer


{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

Cuisine et nutritionTout savoir sur

Compléments alimentaires : ce qu’il faut savoir sur le millepertuis, le desmodium, le curcuma et le ginseng 

Que ce soit par pallier des carences, donner un coup de pouce à son système immunitaire ou encore lutter contre la fatigue, il peut être tentant de prendre des compléments alimentaires de phytothérapie. Il faut toutefois être prudent avec ces gélules d’apparence anodine, surtout quand on a un cancer. Démonstration avec 4 plantes couramment utilisées.

28 juin 2024

Relation avec les prochesQuestion/Réponse

Cancer et psycho : « Comment faire comprendre à mes proches que je ne veux pas parler de la maladie ? »

Depuis qu'elle leur a annoncé son cancer, les amis de Kate ne lui parlent plus que de ça : où en sont ses traitements, a-t-elle des effets secondaires... Elle sait qu'ils s'inquiètent pour elle mais elle aimerait parler d'autre chose quand elle les voit. Comment leur faire comprendre sans les froisser ? Sophie Lantheaume, psychologue clinicienne de la santé à l’hôpital privé Drôme Ardèche, la conseille.

17 juin 2024

Relation avec les prochesQuestion/Réponse

Cancer et psycho : « Mon hypersensibilité est-elle passagère ? »

Margot se sent beaucoup plus sensible depuis qu'elle a eu un cancer. Par exemple, les petites attentions de ses proches la touchent profondément, au point de la faire pleurer. Elle se demande si cette hypersensibilité est "normale" et si elle va passer. Sophie Lantheaume, psychologue clinicienne de la santé à l’hôpital privé Drôme Ardèche, la conseille.

19 février 2024

Relation avec les prochesQuestion/Réponse

Cancer et psycho : « Dois-je suivre le conseil de mes amis qui me disent de ralentir ? »

Béatrice est devenue hyperactive depuis son cancer. Entre le sport, les loisirs créatifs, les sorties avec ses amis, elle n'arrête pas. Son entourage lui demande de ralentir, ils ont peur qu'elle en fasse trop. Doit-elle suivre leur conseil ?  Sophie Lantheaume, psychologue clinicienne de la santé à l’hôpital privé Drôme Ardèche, la conseille.

15 janvier 2024