Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Cancer du sein triple négatif – Un programme dédié pour trouver de nouveaux traitements

{{ config.mag.article.published }} 3 mars 2023

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Il existe aujourd'hui peu de traitements efficaces lorsqu'un cancer du sein triple négatif récidive en condition métastatique. Un vide thérapeutique que Gustave Roussy tente de combler grâce à son programme Compass.

{{ config.mag.article.warning }}

Les cancers du sein triple négatifs, qui représentent environ 20% des cancers du sein, sont particulièrement agressifs et restent difficiles à soigner. Contrairement aux 2 autres sous-types de cancers du sein (hormonodépendants et HER2+), ils ne présentent en effet pas à leur surface de biomarqueurs connus qui pourraient servir de cibles à des traitements.  Gustave Roussy lance le programme Compass (boussole en Anglais) pour combler ce désert thérapeutique. Le Dr Barbara Pistilli, cheffe du comité de pathologie mammaire de Gustave Roussy et porteuse du projet, nous explique en quoi consiste ce programme et à qui il s’adresse.

Pouvez-vous nous expliquer à quelle problématique le programme Compass essaie de répondre ?

Chaque année en France, 7 000 femmes sont touchées par un cancer du sein triple négatif. Il s’agit la plupart du temps de femmes jeunes : 40% d’entre elles ont moins de 40 ans. Et comme elles ne sont pas ciblées par les campagnes de dépistage organisé, qui s’adresse aux femmes de plus de 50 ans, elles sont souvent diagnostiquées tardivement. Par ailleurs, on sait qu’une patiente sur 5 fera une rechute métastatique précocement, un an après la fin de ses traitements.

Pour ces femmes, c’est un peu la double peine : non seulement elles répondent mal aux traitements actuels, par chimiothérapie notamment ; mais en plus, elles peinent à intégrer des essais cliniques sur de nouveaux médicaments car elles ne respectent souvent pas les critères d’inclusion, justement parce qu’elles ont rechuté.

Nous avons donc décider de créer un programme dédié spécifiquement à cette population de femmes atteintes d’un cancer du sein triple négatif ayant rechuté dans l’année qui suit l’arrêt de leurs traitements curatifs.

En quoi consiste ce programme ?

Pendant 3 ans, nous allons mener une série d’essais cliniques visant à tester, chez ces patientes, l’efficacité de traitements innovants. Pour les obtenir, nous contactons les laboratoires pharmaceutiques qui développent des molécules qui nous paraissent intéressantes et nous leur demandons de nous les fournir. Mais je tiens à souligner qu’il s’agit d’un programme entièrement académique financé par Gustave Roussy et par les dons récoltés lors des dernières campagnes d’Octobre Rose.

De quel type de traitement s’agit-il ?

Nous allons commencer avec des ADC (antibody-drug-conjugate, NDLR1) nouvelle génération, seuls ou en combinaison avec une immunothérapie. Nous prévoyons également de tester des thérapies cellulaires comme les CART-cells2.

Pour que ces traitements de précision soient efficaces, il faut avoir identifié un marqueur présent sur les cellules tumorales qui leur servira de cible. Or, c’est bien ce qu’il manque dans les cancers triple négatifs. Comment allez-vous faire ?

Toutes les patientes qui intègreront le programme effectueront une biopsie avant et pendant le traitement et, si le traitement ne fonctionne pas, pendant la phase de progression de la maladie. Nous rechercherons sur ces prélèvements de tissus tumoraux des biomarqueurs qui pourront servir de cibles pour les traitements. Nous souhaiterions également développer un modèle mathématique, grâce à l’intelligence artificielle, qui nous permettrait, à partir de ces biomarqueurs, d’identifier rapidement les femmes atteintes d’un cancer triple négatif susceptibles de faire une rechute précoce pour leur proposer un traitement adapté.

Qu’en est-il de la vaccinothérapie. Prévoyez-vous également de tester ce type d’approche ?

Il s’agit en effet d’une demande récurrente de la part des patientes touchées par un cancer du sein triple négatif. Notamment parce que certains centres en Allemagne la proposent comme une stratégie efficace alors qu’on ne dispose pas de données vraiment solides pour le prouver. Pourquoi pas tester les vaccinothérapies dans le futur mais pour le moment, on se focalise sur les thérapies cellulaires et les ADC car les recherches sur ces traitements sont plus avancées.

 

Quand les femmes pourront-elles accéder à ce programme ?

Nous allons commencer les 2 essais cliniques portant sur l’ADC, en combinaison ou pas avec une immunothérapie, d’ici quelques mois. Chaque essai inclura environ 25 patientes. Nous devrions avoir les premiers résultats dans le courant du 2ème trimestre 2024. Les autres essais suivront. Le programme durera 3 ans et devrait inclure 200 à 250 patientes au total.

Pour que les femmes y participent, qu’elles vivent à Paris ou non, nous allons mettre en ligne sur le site de Gustave Roussy une plateforme sur laquelle elles pourront vérifier qu’elles correspondent bien aux critères d’inclusion et d’exclusion. On leur proposera également une consultation en visio pour s’assurer, sans qu’elles aient besoin de se déplacer, qu’elles peuvent bien intégrer le programme.

Ce qu’il faut retenir :

  • Le programme Compass s’adresse aux femmes atteintes d’un cancer du sein triple négatif présentant une rechute dans l’année qui suit l’arrêt des traitements.
  • Il testera l’efficacité de traitements innovants comme les ADC et les CART-cells.
  • Les femmes correspondant aux critères d’inclusion de l’étude peuvent déposer leur demande de participation sur le site de Gustave Roussy, qu’elles vivent ou non à Paris.

Propos recueillis par Emilie Groyer

1. Chimiothérapie conjuguée à un anticorps dirigé contre un marqueur présent à la surface des cellules cancéreuses, permettant ainsi de la véhiculer au coeur de la tumeur.
2. Les CART-cells sont des cellules du système immunitaire (lymphocytes T) qui ont été modifiées en laboratoire pour les « entrainer » à reconnaître un marqueur présent à la surface des cellules cancéreuses et à les éliminer.


{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

Recherche et essais cliniquesC'est quoi la différence

Essais cliniques. Phases 1, 2, 3, c’est quoi la différence ?

Les essais cliniques permettent de déterminer l’efficacité et la toxicité d’un médicament. Cette évaluation comporte 3 phases. Quelles sont leurs différences dans le cadre du cancer ? On vous explique.

12 avril 2024

20:16

Podcast {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Cynthia : « Mon gynéco m’envoie un email : “Ce n’est pas bon…” »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu. Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Cynthia. Cynthia est créatrice de contenu sur les réseaux sociaux. Elle y fédère beaucoup de femmes touchées par un cancer du sein. Elle-même a vaincu la maladie. Elle garde un souvenir très précis du moment elle a su qu’elle avait un cancer. Elle se trouve alors à Paris, sur le toit du BHV. On est le mardi 13 septembre 2016.

8 avril 2024

21:44

Symptômes et diagnostic {{ config.podcast.label }}

Osons la vie – L’annonce du cancer. Nké : « Je découvre qu’on peut être atteint d’un cancer du poumon sans avoir jamais fumé »

Chaque année en France, plus de 380 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer. L’annonce de la maladie est toujours un moment de bascule qui laisse une trace dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont vécu.  Dans cet épisode, découvrez l’histoire de Nké. En novembre 2020, Nké a été diagnostiquée d'un cancer du poumon. Un choc. Elle n’a jamais fumé.  Pourquoi elle ? Devenu rapidement métastatique, son cancer s’est finalement révélé être d’une forme rare. Admise dans un essai clinique en avril 2022, cette maman solo de 49 ans en a été exclu 7 mois plus tard.  À ce jour, aucun traitement spécifique n’existe pour elle.

25 mars 2024

51:36

Conférence {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire médical – Les cancers du sein triple négatifs

Le cancer du sein triple négatif est un sous-type de cancer du sein particulièrement agressif qui touche souvent les femmes jeunes. Pourquoi ? Qu'est-ce qui le distingue des autres cancers du sein ? Est-il plus à risque de devenir métastatique ? Comment le soigne-t-on actuellement ? Où en est la recherche ? Le Dr Olivier Tredan, coordonnateur du département de cancérologie médicale du Centre Léon Bérard, accompagné de Claude Coutier, présidente du Collectif Triplettes Roses et Christelle, une Triplette, répondent à toutes vos questions.

14 mars 2024

{{ config.event.all }}

Paris

Activité physiqueAtelier

Activité Physique Adaptée : spéciale cancer métastatique

6 mai 202413h00 - 14h30

L’activité physique peut être proposée de manière bénéfique à toute personne atteinte de cancer, qu’elle soit en cours de traitement ou après traitement.

Paris

Cancers métastatiquesAtelier

Mon nouveau parcours – Atelier cuisine spécial cancer métastatique

22 avril 202411h30 - 13h30

Atelier plaisir pour apprendre à constituer un repas équilibré et adapté aux effets secondaires des traitements. Cet atelier se fait en petit groupe de 8 personnes et vous pourrez déjeuner ce que vous avez préparé. L'atelier nutrition fait partie du programme Mon Nouveau Parcours, dispositif dédié aux femmes touchées par un cancer métastatique. Le programme Mon nouveau parcours propose des ateliers de soins de support autour de 3 thématiques : l'activité physique adaptée, la nutrition, et la rencontre d'Hélène de la Ménardière.

En ligne

Cancers métastatiquesAtelier

Cancer métastatique : temps d’échange avec une psychologue.

25 avril 202410h00 - 11h30

Maintenir une communication fluide avec son entourage lorsqu'on est touchée par un cancer métastatique, c'est parfois difficile. Comment impliquer ses proches tout en gardant une juste distance ? Nous vous invitons à partager, en petit groupe, au cours d'un temps d'échange encadré par Hélène, psychologue. Thème du jour : La communication avec mon médecin Cet atelier s'inscrit dans le cadre d'un accompagnement spécifique pour les femmes touchées par un cancer métastatique.

En ligne

Activité physiqueAtelier

Atelier Pratique Kiné : Les routines de renforcement musculaire

17 avril 202411h30 - 12h30

Vous êtes fatiguée au quotidien ? A cause des traitements et parce que vous pouvez moins bouger, vos muscles ont fondu et vous souhaitez y remédier ? Lors de cet atelier en petit groupe de mise en pratique, Jocelyne Rolland, kinésithérapeute et fondatrice des méthodes Rose Pilates et Avirose, vous montrera une routine simple à mettre en place pour vous remobiliser en douceur et lutter contre la fonte musculaire.