Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Les chiens de K-DOG poursuivent leur traque du cancer du sein

{{ config.mag.article.published }} 4 octobre 2019

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}
Un chien renifleur de cancer. Crédit: Alice Housou.

Le projet K-dog entre cet automne dans sa phase active. Environ 450 participantes, atteintes ou non d’un cancer du sein, vont être recrutées à travers la France.

{{ config.mag.article.warning }}

Montée en 2016 par Isabelle Fromantin, infirmière spécialisée dans les plaies et cicatrisation à l’Institut Curie et docteur es sciences, l’étude K-dog (dont on vous a déjà parlé dans Rose) visait à montrer que les chiens peuvent détecter, à un stade précoce, les tumeurs mammaires. Accueilli au départ avec scepticisme par certains spécialistes, le projet a prouvé sa justesse il y a 2 ans. Dans plus de 90% des cas, les 2 chiens spécialement dressés par les cynophiles de K–dog ont bien décelé les « composés volatiles odorants du cancer » sur des compresses mammaires avec lesquelles des femmes malades avaient passé la nuit. Le dépistage transcutané du cancer du sein par « odorologie canine » s’est d’ailleurs vu attribuer, en février 2019, le prestigieux titre de « programme hospitalier de recherche clinique en cancérologie » par l’Institut national du cancer (INCa).  L’idée est maintenant de passer à l’étude clinique, en vie réelle.

450 patientes recrutées

Le recrutement des participantes commence cet automne via cinq hôpitaux (l’Institut Curie à Paris et le Centre René Hugenin à Saint-Cloud, l’hôpital Saint-Joseph à Paris, le CHU Valenciennes, l’ICO de Nantes) et deux cabinets de radiologie parisiens privés (le Centre imagerie 114 et le Centre d’imagerie Pierre Louÿs). En tout, 450 femmes se verront proposer le protocole K-dog, parmi lesquelles la moitié seront touchées par la maladie. Toutes devront dormir avec une compresse mammaire qui sera transmise à l’équipe de K-dog sans que les cynophiles sachent si les échantillons proviennent de patientes malades ou non. Puis, les femmes passeront une mammographie. Seul le statisticien saura si les résultats fournis par les cynophiles sont conformes à ceux de la mammographie. Si le chien ne s’est pas arrêté devant une compresse positive, on considèrera qu’il s’est trompé. S’il s’est arrêté devant une compresse négative, la patiente sera placée sous surveillance particulière pendant six mois, pour voir si le chien a la capacité de sentir le cancer à un stade plus précoce que la machine.

Des équipes de 13 pays réunies

Le projet de l’Institut Curie n’est pas unique. Dans le monde, des équipes de 13 pays (Mexique, Chili, Brésil, États-Unis, Nouvelle-Zélande, Hongrie…) travaillent aussi sur la capacité de l’odorat canin à reconnaître différents types de cancers (poumon, prostate, ovaires, col utérin…) à partir de différents échantillons (urines, selles, air expiré). L’équipe K-Dog vient d’organiser un congrès international, à Paris, pour initier une communauté internationale de chercheurs. A terme, peut-être les équipes parviendront-elles à identifier une odeur commune à tous les cancers, mais l’hypothèse relève pour l’instant de la science-fiction…

Un pré-test envisageable

Dans un premier temps, si l’étude clinique de K-dog est validée, Isabelle Fromantin et son équipe espèrent pouvoir proposer cette technique de dépistage du cancer du sein par l’odorat canin comme pré-test. L’idée n’est évidemment pas de remplacer la machine, mais d’avoir suffisamment confiance en l’odorat de l’animal pour n’orienter vers la mammographie que les femmes qu’il aura détectées. En France, environ 40% de femmes ciblées par le dépistage organisé (50-74 ans) ne s’y soumettent pas, soit par peur du résultat, soit parce qu’elles habitent trop loin d’un centre de radiologie… Proposer un pré-dépistage par l’odorat canin permettrait sans doute d’améliorer le suivi global. Une possibilité encore plus importante dans les pays en développement, qui manquent d’appareils et de médecins. Un centre d’entraînement de chiens Kdog vient d’ailleurs d’ouvrir à Petropolis, non loin de Rio de Janeiro, au Brésil.

 

En plus des 450 participantes à l’étude, K-dog a besoin de volontaires dont les échantillons (compresses mammaires) permettront d’entraîner les chiens. Si vous voulez participer, vous pouvez écrire à contact@kdog.fr


{{ config.mag.team }}

Béatrice Lorant

Ancienne rédactrice en chef de Rose magazine

3:15

Cancers métastatiquesActualité

ESMO 2023. Cancer du sein : ce qu’il faut retenir

Un nouveau traitement prometteur pour les femmes touchées par un cancer du sein métastatique ayant déjà reçu plusieurs lignes de traitements. Le Dr Barbara Pistilli, , cheffe du comité de pathologie mammaire à Gustave Roussy, nous explique tout sur le Datopotamab deruxtecan.

3 novembre 2023

Actualité

ESMO 2023. L’exposition aux particules fines augmente le risque de cancer du sein

Selon une étude française présentée cette année à l’ESMO, les PM2,5 présentes dans l’air augmentent le risque de développer un cancer du sein, et ce même quand les seuils réglementaires sont respectés. Décryptage avec le Pr  Béatrice Fervers, l’épidémiologiste qui a conduit l’étude. 

30 octobre 2023

Cancers métastatiquesActualité

ESMO 2023. Du nouveau pour les cancers du sein hormonodépendants métastatiques

Cette année à l’ESMO, des résultats prometteurs dans les cancers du sein hormonodépendants métastatiques ont été présentés. Le Dr Barbara Pistilli, cheffe du comité de pathologie mammaire à Gustave Roussy, les commente pour nous.

23 octobre 2023

Reconstruction mammaireVrai-Faux

Reconstruction mammaire : le vrai du faux

Tout se dit et s’entend à propos de la reconstruction : on peut choisir sa technique, on retrouve son sein d’avant, la reconstruction à plat est impossible en France, ça coûte cher… Que croire ? On fait le point.

18 septembre 2023

{{ config.event.all }}

Bordeaux

HormonothérapieAtelier

Conseils nutritionnels et mise en pratique – Spécial Hormonothérapie

6 mai 2024 • 13h30 - 15h30

Je suis sous hormonothérapie, dois-je bannir certains aliments de mes repas ? C'est quoi les aliments dits hormone-like ? Dois-je opter pour des compléments alimentaires et en éviter certains ?  Notre onco-diététicienne répondra à toutes ces questions (et bien d'autres) lors de cet atelier. Elle vous donnera également des conseils pour conserver une alimentation saine et équilibrée, pendant votre traitement d'hormonothérapie. 

Bordeaux

HormonothérapieConférence

Conférence – Comprendre et pallier les effets indésirables de l’hormonothérapie

16 mai 2024 • 10h00 - 11h30

L’hormonothérapie est synonyme pour beaucoup de bouffées de chaleur, prise poids, douleurs articulaires, sécheresse vaginale et autres joyeusetés ! Comment vivre avec une hormonothérapie ? Comment adoucir ou éviter les effets secondaires ? Venez rencontrer Bérangère ARNAL-MORVAN, médecin de la femme et phytothérapeute. Conférencière et enseignante en France et à l’étranger, elle est l’auteure de nombreux ouvrages et articles sur la santé de la femme au naturel. 

Bordeaux

HormonothérapieAtelier

Café RoseUp- Spécial Hormonothérapie

14 mai 2024 • 15h00 - 16h30

Le Café RoseUp est un moment de partage organisé autour d'un goûter convivial et chaleureux.  L'idée ? Vous offrir l'opportunité d'échanger avec d'autres femmes qui traversent la même épreuve que vous, dans un cadre bienveillant. Chaque semaine, une nouvelle thématique est abordée. Aujourd'hui, le Café RoseUp est animé par Valérie, une patiente partenaire qui a elle-même été touchée par la maladie. Thème du jour : L'hormonothérapie

En ligne

Activité physiqueAtelier

Atelier Pratique Kiné : Les routines de renforcement musculaire

17 avril 2024 • 11h30 - 12h30

Vous êtes fatiguée au quotidien ? A cause des traitements et parce que vous pouvez moins bouger, vos muscles ont fondu et vous souhaitez y remédier ? Lors de cet atelier en petit groupe de mise en pratique, Jocelyne Rolland, kinésithérapeute et fondatrice des méthodes Rose Pilates et Avirose, vous montrera une routine simple à mettre en place pour vous remobiliser en douceur et lutter contre la fonte musculaire.