Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Covid-19 : Les malades de cancer victimes de stress post-traumatique

{{ config.mag.article.published }} 11 mars 2021

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Les malades de cancer dont le suivi a été modifié en raison de la pandémie de Covid-19 souffrent de stress post-traumatique. C'est ce que révèle l'étude menée par le Dr Joly au sein des centres de lutte contre le cancer normands. Un constat qui a conduit à la mise en place d'un accompagnement psychologique adapté.

{{ config.mag.article.warning }}

Un choc post-traumatique. Voilà ce dont souffrent les malades de cancer qui ont vu leur prise en charge modifiée en raison de la pandémie de Covid-19. C’est la conclusion de l’étude COVIPACT-1 menée par le Dr Florence Joly, oncologue et chef de service de l’unité de recherche clinique du centre François-Baclesse de Caen. “Au départ, cette étude avait pour objectif de suivre l’adaptation des traitements contre le cancer pendant la pandémie. Mais on s’est vite aperçu que les patients étaient très inquiets. Nous avons donc décidé d’ajouter un volet psychologique à l’étude” explique le Dr Joly.

La double peine

Deux semaines après le début du confinement, les patients des 2 centres de lutte contre le cancer normands – le Centre François Baclesse de Caen et le Centre Henri Becquerel de Rouen – ont été soumis à des questionnaires afin d’évaluer leur stress, leur qualité de sommeil, leur qualité de vie et leur cognition (mémoire, raisonnement…). “Il s’agissait de patients suivis en hôpital de jour, sous chimiothérapies, thérapies ciblées ou immunothérapies, précise le Dr Joly. Cette étude n’a pas concerné les patients sous radiothérapie ou devant subir une chirurgie”.

Environ un quart de ces malades ont vu leurs traitements ou leur suivi adapté en raison du contexte sanitaire : espacement des injections d’immunothérapie, suivi par téléconsultation des traitements oraux… Résultat de l’étude : 20% des patients dont la prise en charge a été modifiée souffrent de choc post-traumatique. Angoisse, cauchemars répétitifs, irritabilité… Des troubles qui impactent directement la qualité de vie des malades.

« L’annonce d’un cancer est déjà un traumatisme en soi »

Ils avaient l’impression de vivre une double peine. Non seulement ils devaient lutter contre un cancer mais on leur répétait que, s’ils attrapaient le virus, ils risquaient d’en mourir. Pour certains, on leur a en plus annoncé qu’ils n’auraient pas le traitement prévu au départ. Ça fait beaucoup à gérer” reconnaît le Dr Joly. “L’annonce d’un cancer est en soi un événement traumatisant, ajoute Antony Narayanassamy, psychologue au Centre François Baclesse. C’est un événement imprévisible qui nous renvoie à notre finitude. Le psychisme est débordé et n’arrive pas à intégrer la nouvelle. Le mot “cancer” provoque une sidération. Parfois les personnes sont tellement choquées qu’elles sont incapables d’entendre ce qu’on va leur dire dans les minutes qui suivent. Si vous ajoutez à cela l’annonce du confinement, les annulations de rendez-vous… Tout cela se télescope.

Deuxième confinement, deuxième choc

Trois mois plus tard, lors d’une nouvelle évaluation, le Dr Joly est toutefois soulagée de constater que l’état psychologique de ces patients s’améliore : “Nous étions alors en été. La France avait été déconfinée. Les patients allaient tous beaucoup mieux.” Un soulagement de courte durée. La 2ème vague réveille le traumatisme. “Un traumatisme est un changement brutal de situation qui peut être amené à se répéter dans le temps. C’est le cas des attentats. C’est aussi le cas avec cette pandémie et les confinements récurrents” explique le Dr Joly.

Avec l’émergence des nouveaux variants et la perspective d’un nouveau confinement, pas question pour le Dr Joly de se contenter d’observer sans rien faire : “Les malades de cancer n’ont pas besoin de gérer ça en plus. On a donc décidé de tester tous les malades pour un stress post-traumatique et, pour ceux qui en souffrent, de leur proposer un soutien psychologique pendant 6 mois afin de les aider à traverser cette période Covid qui n’en finit plus.

Verbaliser pour se libérer

Cinq psychologues des centres normands dédient aujourd’hui une demi-journée par semaine au suivi de ces patients. Parmi eux, Antony Narayanassamy : “On demande aux patients de nous raconter chronologiquement l’événement traumatisant en y associant son ressenti. Souvent, il est aisé de relater l’enchaînement des faits mais ce qui est compliqué c’est d’y rattacher l’affect. Quand le patient se rappelle de l’événement, c’est comme s’il le revivait. L’inconscient ne connaît pas le temps. Ce sont des moments très forts émotionnellement parlant.

Verbaliser son vécu. Auprès d’un professionnel formé. C’est ainsi que les malades de cancer traumatisés pourront se libérer de leur mal être comme l’explique Antony Narayanassamy : “Il est essentiel de mettre des mots sur des choses dont on ne parle pas habituellement, voire auxquelles on n’ose même pas penser. Le psychologue est alors un interlocuteur intéressant. On a tous des proches, des conjoints, des amis avec qui on peut discuter mais parfois il est plus facile de nouer un dialogue avec un étranger qui ne nous jugera pas. »

LIRE AUSSI : Retrouvez tous nos articles sur la vaccination, l’impact de la pandémie sur les malades de cancer, les risques face au Covid-19, les pertes de chance… dans notre dossier complet Cancer et coronavirus.

Emilie Groyer


{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

Relation avec les prochesQuestion/Réponse

Cancer et psycho : « Mon hypersensibilité est-elle passagère ? »

Margot se sent beaucoup plus sensible depuis qu'elle a eu un cancer. Par exemple, les petites attentions de ses proches la touchent profondément, au point de la faire pleurer. Elle se demande si cette hypersensibilité est "normale" et si elle va passer. Sophie Lantheaume, psychologue clinicienne de la santé à l’hôpital privé Drôme Ardèche, la conseille.

19 février 2024

Relation avec les prochesQuestion/Réponse

Cancer et psycho : « Dois-je suivre le conseil de mes amis qui me disent de ralentir ? »

Béatrice est devenue hyperactive depuis son cancer. Entre le sport, les loisirs créatifs, les sorties avec ses amis, elle n'arrête pas. Son entourage lui demande de ralentir, ils ont peur qu'elle en fasse trop. Doit-elle suivre leur conseil ?  Sophie Lantheaume, psychologue clinicienne de la santé à l’hôpital privé Drôme Ardèche, la conseille.

15 janvier 2024

Estime de soiEnquêtes

Cancers au masculin : quand le silence fait mâle

Si des hommes publics ont évoqué leur maladie, comme Florent Pagny en 2022, force est de constater que globalement, sur ce sujet, la gent masculine demeure mutique. Pourquoi est-ce si difficile, pour eux, de mettre des mots sur les maux ? On a posé la question.

13 novembre 2023

61:00

Conférence {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire psycho – Le retour à l’emploi après un cancer

Vous avez vécu une reprise professionnelle difficile, sans forcément vous sentir soutenue. Vous pensez avoir manqué de préparation et de conseils? Votre reprise professionnelle date de plus de 6 mois, 1 ou 3 ans? Vous estimez avoir repris trop tôt? Vous vous sentiez toujours en difficulté ? Vous vous demandez si vous avez mobilisé tous vos droits? Marie-Line Renard, psychologue du travail, intervenante de la Maison RoseUp Bordeaux depuis 7 ans, vous conseille pour une reprise professionnelle en toute sérénité.

10 novembre 2023

{{ config.event.all }}

Bordeaux

TraitementsAtelier

ETP* pendant les traitements – Le rôle des soins support ?

20 mars 202414h00 - 15h00

Le Dr Ivan Krakowski, oncologue, vous présentera le rôle des soins supports et vous expliquera comment ils peuvent vous soulager durant les traitements.

Paris

Angoisse et stressAtelier

Chant & expression

24 mars 202417h30 - 18h30

Saviez-vous que le chant, comme le sport, libère des endorphines, les hormones du bonheur ? Venez profiter de cette bouffée de bien-être en venant pousser la chansonnette dans notre atelier. Au-delà de l'approche musicale, cet atelier vous apprendra à travailler votre respiration pour toujours plus de détente. Il pourra aussi vous aider à libérer les tensions et les émotions enfouies. Nul besoin de chanter comme une diva ou même juste, cet atelier est ouvert à toutes ! Sylvana Yustino Gavatorta, chanteuse et professeur de chant, animera vos ateliers de chant toutes les semaines. Et si vous voulez en savoir plus... Voici sa présentation :  https://youtu.be/pS3TSqPljyo

Paris

Cancers métastatiquesAtelier

Mon nouveau parcours – Temps d’échange avec une psychologue

11 mars 202410h00 - 11h30

Thème : Les relations familiales Nous vous invitons à partager, en petit groupe, un temps d'échange encadré par Hélène de La Ménardière, psychologue. Cet atelier mensuel s'inscrit dans le cadre d'un accompagnement spécifique pour les femmes touchées par un cancer métastatique : Mon nouveau parcours. Le programme Mon nouveau parcours propose des ateliers de soins de support autour de 3 thématiques : l'activité physique adaptée, la nutrition, et la rencontre d'Hélène de la Ménardière.

Bordeaux

Estime de soiAtelier

Cycle thématique Se réconcilier avec son corps-Sophrologie

18 mars 202411h15 - 12h15

Grâce à différents exercices de respiration, d'écoute des sensations corporelles et de visualisation, la sophrologie vous aide à traverser cette épreuve en vous apprenant à relâcher vos tensions, à expulser vos peurs et à accepter votre état d'être. Cette séance est animée en petit groupe par Anne Bérangère, sophrologue et ouvert aux pratiquantes et non-pratiquantes.