Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Cancer et fertilité : « Je suis sous hormonothérapie, puis-je la suspendre pour avoir un enfant ? »

{{ config.mag.article.published }} 24 mars 2021

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Marine a 36 ans et aimerait être mère mais elle est sous hormonothérapie suite à un cancer du sein. Peut-elle faire une pause dans son traitement pour tomber enceinte ? Le Pr Grynberg, spécialiste de la fertilité à l'hôpital Antoine-Béclère à Clamart et à Jean-Verdier à Bondy, répond à sa question.

{{ config.mag.article.warning }}

Pr Grynberg, spécialiste de la fertilité-rosemagazine-roseupPr Grynberg : Si on revient sur l’histoire de l’hormonothérapie, au départ, quand ce traitement est arrivé, les études ont montré que le cancer récidivait moins lorsque les femmes étaient sous hormonothérapie pendant 2 ans par rapport à celles qui ne prenaient pas de traitement. Ensuite, on s’est aperçu que 5 ans c’était mieux que 2. Maintenant, que 10 ans c’est mieux que 5. C’est sans fin à mon avis.

On diminue beaucoup le risque de récidive au début du traitement. Après, on continue de le diminuer mais un peu moins. Mais on le diminue toujours. C’est à mettre dans la balance.

Les recommandations officielles préconisent d’envisager une interruption de l’hormonothérapie pour un projet de grossesse après 5 ans de traitement. Mais il est communément admis de faire une pause après 3 ans pour permettre à ces femmes de faire des enfants naturellement ou en utilisant ce qu’on aurait congelé avant les traitements. Quitte à reprendre l’hormonothérapie après. Les premières données suggèrent qu’il n’y a pas de risque à opter pour cette stratégie.

À LIRE : Retrouvez notre rubrique « Question/réponse » ici

Propos recueillis par Emilie Groyer


{{ config.mag.team }}

Emilie Groyer

Docteur en biologie, journaliste scientifique et rédactrice en chef du site web de Rose magazine

Relation avec les prochesQuestion/Réponse

Cancer et psycho : « Comment faire comprendre à mes proches que je ne veux pas parler de la maladie ? »

Depuis qu'elle leur a annoncé son cancer, les amis de Kate ne lui parlent plus que de ça : où en sont ses traitements, a-t-elle des effets secondaires... Elle sait qu'ils s'inquiètent pour elle mais elle aimerait parler d'autre chose quand elle les voit. Comment leur faire comprendre sans les froisser ? Sophie Lantheaume, psychologue clinicienne de la santé à l’hôpital privé Drôme Ardèche, la conseille.

17 juin 2024

Tristesse et dépressionActualité

ASCO 2024 – Détecter précocement les signes de dépression post-cancer

Identifier les femmes susceptibles de développer une dépression après un cancer du sein et ce, dès leur diagnostic, c’était l’objectif des travaux présentés cette année au congrès international de cancérologie de l’ASCO par le Dr Antonio Di Meglio. Il les décrypte pour nous.

14 juin 2024

60:00

Reconstruction mammaire {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire médical – Tout savoir sur la reconstruction de l’aréole et du mamelon

Après une mastectomie, voir son mamelon et son aréole "redessinés" constitue souvent la touche finale à un (long…) parcours de reconstruction. Le Dr Benoit Couturaud, chirurgien plasticien et cancérologue à l'institut Curie, et Laurence Malzard, tatoueuse, fondatrice de Dermaréole et ancienne patiente, vous montreront les options qu'offrent la chirurgie et le tatouage.

7 juin 2024

ParentalitéInterviews d'experts

Cancers héréditaires et sélection d’embryon : que dit la loi ?

Être porteur d’une mutation prédisposant au cancer, c’est vivre avec la peur de la transmettre à ses enfants. Le diagnostic pré-implantatoire (DPI), en permettant de sélectionner les embryons exempts du gène défaillant, permet d’écarter ce risque. Est-il ouvert à tous les cancers héréditaires ? Comment peut-on en bénéficier ? Le Dr Céline Moutou, Présidente de la Société Française de Diagnostic Préimplantatoire, nous aide à y voir plus clair.

13 mai 2024